Publicité

Convoy – Tut Tut ! Laissez passer !

Un développeur indé a le loisir de développer ce qui lui fait envie, ce qui lui passe par la tête sans avoir à rendre des comptes, à une maison mère ou autres investisseurs, sur le concept même de l'idée. Très souvent, les concepts nouveaux qui seront répliqués dans de nouveaux jeux résultent de ces grains de folie. Du moins pour peu qu'ils arrivent à éclabousser de fun les joueurs.
Est-ce que ce sera le cas des versions consoles fraîchement débarquées de Convoy : un strategic roguelike déjà sorti il y a 5 ans sur PC  ?
C'est ce que nous allons découvrir dans ce petit test.

Dans Convoy, vous vous retrouvez dans la peau du responsable d'un convoi routier dont le but est de trouver des pièces pour réparer votre vaisseau spatial qui s'est échoué sur une planète bien hostile et qui s'inspire énormément de l'univers de Mad Max. Le jeu étant un rogue-like, la carte et la répartition des territoires des 3 factions existantes, tout comme les nombreux événements, sont générés aléatoirement, même si les objectifs principaux (4 pièces par partie) reviennent très très vite avec un déroulement de quêtes pour les obtenir qui leur est propre et qui pourra varier selon vos actions et décisions.
En effet, le jeu qui se trouve être un jeu de stratégie, s'articule en deux parties.
La première se déroule sur une carte sur laquelle vous déplacerez librement votre convoi, pour peu qu'il vous reste du carburant, le type de route influençant directement sur votre consommation,  et où vous déclencherez des événements pour lesquels vous aurez des textes avec des choix à réaliser comme des aventures dont vous êtes les héros. Et parfois vous déclencherez des affrontements qui déclenchent eux-mêmes un combat.

Sous forme de RTS, avec les mécanismes et la prise en main qui lui sont affiliés, ces combats vous permettront de gérer jusqu'à 4 véhicules protecteurs du véhicule principal (le transporteur), qui est incapable de faire des dégâts par lui-même.
Chacun des véhicules possède une barre de vie et une barre d'armure qui diminuera l'impact des dégâts infligés jusqu'à épuisement de celle-ci. Une fois la barre de vie d'un véhicule vidée, ce dernier est détruit définitivement. Sachant que si c'est le véhicule transporteur qui y passe, c'est directement le game over et il faudra recommencer depuis le début, avec comme éventuelle seule différence, les véhicules de départs débloqués sous certaines conditions, ce qui sera généralement plus intéressant que le set de base en tout début de jeu.

Le concept est très prometteur. Cependant, sa mise en application est bien plus maladroite.
En effet, la première phase dévoile une grosse lacune de lisibilité de l'interface. La faute à des textes hors histoire (objectifs et évènements) extrêmement petits, donc à déconseiller si vous jouez sur de petits écrans.
Le reste de cette première phase est somme toute efficace une fois les quelques légères subtilités saisies.

Malheureusement, on ne peut pas en dire autant pour la seconde phase qui est la plus problématique. La jouabilité à la manette (jeu testé sur Xbox One), bien que n'étant pas le coeur de l'origine du problème, n'aide pas. Je veux bien que l'idéal pour un RTS reste une bonne souris, mais de nombreux titres s'en sortent plus qu'honorablement avec une jouabilité console qui offre pourtant des mécaniques et fonctionnalités assez complexes et profonds pour certains d'entre eux. Alors ne pas arriver à rendre un curseur particulièrement visible car en blanc sur des environnements généralement très jaune sableux, je ne mets pas ça sur un défaut de jouabilité, mais bel et bien sur un manque d'ergonomie qui n'a pas été pensée efficacement !
Comme tout bon RTS, vous pourrez positionner vos véhicules d'escorte où bon vous semble et attaquer les assaillants. Malheureusement, si vous ne donnez pas d'ordre, vos véhicules ne réagiront pas d'un iota malgré le fait qu'ils se fassent attaquer. De même, une fois leur cible tuée, ils ne prennent même pas la peine d'attaquer l'ennemi, très souvent en surnombre et malgré le fait que ce dernier soit à portée de votre ou vos unités. Pire encore : ils ne cherchent même pas à avancer d'une ou deux cases pour continuer d'attaquer la cible qu'ils visaient 1 seconde plus tôt, mais qui a eu l'éclair de génie de se déplacer un peu tout en continuant d'attaquer. Ici, le joueur doit absolument tout faire ce qui, lorsqu'il y a trop d'ennemis et qu'on doit gérer les 4 unités en simultané plus les éventuels pouvoirs de soutien du transporteur, devient complètement ingérable et fastidieux.

C'est d'ailleurs le premier jeu de stratégie sur lequel je vois mes unités se faire tuer sans qu'elles ne réagissent automatiquement à leur assaillant...
Le but du joueur sur un jeu de stratégie étant d'élaborer des stratégies et d'indiquer des cibles prioritaires à ses unités selon un certain rapport de force établi entre les points forts et les points faibles de chaque type d'unité. Or ici, la stratégie se limite à éviter des obstacles sur la route, à placer ses unités de manière à se prendre les tirs à la place du transporteur et de jouer aux baby-sitters envers les véhicules protecteurs qui sont censés être votre force de frappe et pourtant restent incapables de se gérer un minimum eux-mêmes sur des choses élémentaires que les RTS font depuis des dizaines d'années.

Et c'est pour cela que Convoy, en l'état, n'est pas très bon malgré son concept rogue-like, certes très léger, trop peut-être car sans réelle progressivité de stats sur le long terme, mais possède des lacunes d'IA alliée inexistante face à une IA adverse très agressive qui rend les situations complètement ingérables au bout d'un moment avec des combats qui tournent rapidement à la lenteur et à la lourdeur tout en rajoutant l'acharnement du rogue-like.
C'est bien dommage, car le concept de mélanger rogue-like et jeu de stratégie reste extrêmement intéressant, mais ce n'est pas avec Convoy que les joueurs console vont garder de bons souvenirs de cette fusion de types de jeux d'un nouveau genre...


Jeux du moment

>> Liste complète <<