Publicité

One Piece Pirate Warriors 4 – Gear 4th Presque !

Forte de 3 épisodes, la série One Piece Pirate Warriors n'est guère reconnaissable, puisque le premier très médiocre s'est transformé en titre très sympa dans le 2 pour devenir encore meilleur pour la troisième itération. C'est alors que, lorsque le 4 s'est annoncé, que la légitime question pour ce spin-off de Dynasty Warriors du "Va-t-il pouvoir faire mieux ?" se pose. Quant à la réponse à cette question, à l'instar de ce qu'affiche une majorité de profils Facebook au niveau de la section relation : c'est compliqué...

Et c'est compliqué tant l'excellence côtoie la déception. Et puisque j'ai envie de vous faire languir, nous allons commencer par l'excellence avec tout d'abord le visuel qui est tout simplement parfait avec son style crayonné bien plus maîtrisé que dans le 3 et qui nous donne l'impression de jouer au manga en couleurs (pas l'animé, mais bel et bien le manga). Ce visuel étant même sublimé par une technique et des animations au top qui retranscrivent encore mieux le dynamisme de la série et le déhancher de chaque personnage.
Mais là où le jeu fait vraiment fort c'est qu'il ne se repose pas sur ses lauriers en termes de gameplay.
C'est d'ailleurs quelque chose de curieux chez Omega Force, le développeur du jeu : leurs séries spin-off, majoritairement basées sur des licences de mangas (Hokuto no Ken, L'attaque des Titans, Arslan ou encore, bien évidemment, One Piece), se permettent plus d'ambition, de profondeur et d'améliorations dans le gameplay d'un opus à l'autre alors que la série de base évolue bien plus lentement et sans réels chamboulements. Peut-être est-ce dû aux exigences des ayants droits, peut-être est-ce dû au fait que les développeurs sont en plus de gros otakus comme moi et donc mettent encore plus de cœur à l'ouvrage sur quelque chose qui leur plaît, ou peut-être est-ce juste le hasard ?

Quoi qu'il en soit, une fois de plus, le gameplay a fortement évolué avec notamment via la disparition pure et simple de la barre Musou qui permettait de déclencher une attaque dévastatrice. Bien évidemment, le jeu propose un système nouveau pour le remplacer (voir encadré), et on peut dire que le tout fonctionne à merveille et permet bien plus de variété.
Le jeu tournant toujours sur le même modèle, les bases du concept restent les mêmes, à savoir réaliser des objectifs sur des cartes inspirées des lieux du manga, tout en se frayant son chemin à coups de poings, pieds, épées ou quelques autres armes et pouvoirs que possèdent les personnages impliqués dans la bataille. On garde donc toujours les coups faibles et les coups forts ainsi que les sauts. Le bouton B initialement affilié à l'attaque musou désormais libéré, il sert maintenant à effectuer une manœuvre d'esquive/dash/course selon le personnage et la situation. Le sous exploiter serait vraiment une erreur malgré la relative facilité du jeu en normal.

Le système d'évolution des personnages a également reçu un coup de lifting puisque le système de niveau de personnage a purement et simplement été supprimé au profit d'un système de compétences à acheter (voir encadré). Le système de liens entre les personnages a cependant été conservé et n'a pas vraiment été revu. Ce qui entre nous n'est pas plus mal.

Nouveau gameplay

Fini la barre de Musou, le jeu permet désormais des combos plus variées. Rassurez-vous, ce 4ème opus propose en remplacement, 4 emplacements de techniques spéciales que vous pourrez booster via les achats de compétences sur les cartes de personnages.

Chacune de ces techniques a sa propre jauge de charge qui augmente plus ou moins vite grâce aux coups de base.
Une fois la barre de la technique chargée, le bouton de tranche combiné avec un des boutons de face le déclenchera pour des effets on ne peut plus divers.

En plus de l'Histoire, le mode Libre est de retour et permet toujours de jouer aux niveaux de l'histoire avec n'importe quel personnage du jeu.
À cela on dit au revoir au mode Rêve/Cauchemar de One Piece Pirate Warriors 3 au profit du mode Trésor, aussi riche, si ce n'est plus, en contenu, objectifs et missions que son prédécesseur. Ce sera aussi dans ce mode que vous débloquerez les personnages qui ne l'auront pas été par le mode histoire. Quelle que soit votre préférence, vous pourrez jouer dans votre coin ou en online avec 1 à 3 joueurs en plus selon les missions. Et sans souci réseau à signaler !

Mais alors pourquoi ce tiraillement entre excellence et déception ?
La réponse se trouve dans le contenu. Non pas qu'il soit chétif, c'est plutôt le fait que l'histoire soit amputée de très nombreux arcs de l'histoire. Exit donc l'île de Drum, Whiskey Peak, East Blue et tout ce qui se passe avant Alabasta. On coupe déjà les 16 premiers tomes du manga. Mais les coupes ne s'arrêtent pas là puisqu'ont été également sacrifiés Jaya/Skypiea (9 tomes), le Davy Back Fight (2 tomes), Thriller Bark (5 tomes), Impel Down (3 tomes), l'île des Hommes-Poissons Ryugu (5 tomes), Punk Hazard (5 tomes), Zou (2 tomes). 47 tomes d'ignorés, cela fait beaucoup : quasiment la moitié de l'aventure publiée à ce jour. Surtout lorsqu'on sait que d'une part, parmi ces manques, il y a des arcs parmi les plus appréciés comme Skypiea ou Impel Down ou des arcs importants comme les moments qui vont découler sur le recrutement de quelqu'un en dehors de Franky, et que d'autre part, bien que l'histoire du jeu traite le reste et essaie de le faire de manière intelligente, il manque des événements importants par-ci par-là comme par exemple toute la partie usine de SMILE sur Dressrosa.

Déjà que ces manques sont dommageables, mais en plus les raccords rendent des choses incohérentes. Par exemple dans le jeu, Brook ne fait pas partie de l'équipage durant le premier passage aux îles de Saobondy. Et lors du second passage (après la coupure de 2 ans), il arrive dans le jeu comme s'il était là depuis le début. Et encore... Brook a eu un traitement de faveur car il fait partie des personnages principaux. Ceux qui sont présents dans les passages non traités ont tout simplement été supprimés du jeu.
Alors certes, le nouveau système de combat obligeait à retravailler une partie des personnages par rapport au précédent, mais en les coupant on supprime des personnages hyper intéressants en germes de gameplay comme Peronna, Ener, Moria, Oz qui ont plus de cases dans le manga que des personnages mineurs présents dans ce 4ème opus comme Mihawk. Attention, je n'ai rien contre Mihawk, c'est juste qu'il y a une sorte de 2 poids 2 mesures pour ce personnage mineur présent alors que Moria a plus d'impact sur l'histoire. Complètement incohérent.
D'autant plus frustrant que le jeu met en avant les personnages géants jouables (Kaïdo, Big Mum, Katakuri, etc.) Mais pourquoi ne pas mettre un personnage au gameplay intéressant et géant aussi ? Oui, je suis toujours sur Moria, mais ce personnage est tellement parlant dans les coupes faites sur le jeu... Il n'a même pas droit à une figuration dans une cinématique de la bataille de Marineford ou à une voix off durant la bataille...

Alors oui, chaque personnage présent a été retravaillé pour être encore plus abouti que dans l'opus précédent. Oui, les nouveaux venus sont tous intéressants même s'il manque tout de même des représentants comme Pedro, Carrot étant la seule représentante Minks, Brûlée qui est présentée sans vraiment l'être puisque c'est Luffy qui apparaît pour elle. Vu ses pouvoirs ça peut se comprendre, mais des personnages plus faibles ont leur propre modèle 3D et leurs propres coups... Et ne me lancez pas sur les personnages dans le jeu en tant qu'alliés ou ennemis, mais qui ne sont pas jouables.

Les Pièces et Monter de "niveau"

Une fois de plus, les pièces sont de retour. Mais cette fois-ci, elles permettent d'acheter compétences, techniques et statistiques individuelles ou collectives. Bien moins répétitif que de devoir faire du grinding avec chaque personnage.

Ces absences sont très frustrantes pour quiconque aime One Piece. Si vous achetez un jeu One Piece, c'est normalement le cas, donc attendez-vous à de la frustration de ce côté là...

Et je ne suis pas certain que les efforts réalisés pour proposer un déroulement fidèle à ce qui est traité efface cet énorme manque. Du moins de mon côté ça ne passe pas vraiment...
J’exclus volontairement l'arc de Wano qui propose une version originale dans le jeu, étant donné qu'il est toujours en cours de publication au Japon. Surtout que contrairement à One Piece Pirate Warriors 3 avec l'arc de Dressrosa qui se trouvait dans la même situation et avait été traité de manière fainéante. Ici ce n'est pas le cas pour cet arc inachevé qui a dans le jeu le droit à une vraie histoire, même si elle n'est pas des plus originales, elle a le mérite d'être là et d'être efficace pour un prétexte à de la castagne de masse.

En début de test, je vous ai parlé d'une technique parfaite. Mais c'était sans compter sur le verrouillage de la caméra qui, en dehors de contrer les géants pour laquelle elle est très adaptée, est le reste du temps carrément à la ramasse. L'action étant très rapide et le positionnement de la caméra rapproché de votre personnage, cette dernière devient folle obligeant à ne pas utiliser le lock et se contenter de la caméra libre qui honnêtement est le moindre mal des deux types de caméra.

Vous comprenez maintenant la frustration exprimée en introduction. Une frustration qui sera surtout pesante pour les nombreux fans de la licence malgré la qualité du jeu et les dizaines et les dizaines d'heures de fun.


Jeux du moment

>> Liste complète <<