Publicité

Curse of the Dead Gods – Soyez maudits !

Curse of the Dead Gods est le tout nouveau jeu de Passtech Games, studio lyonnais (décidément, on reste dans le 100% français ces temps-ci) qui s'était notamment fait connaître avec Masters of Anima en 2018.

Son nouveau bébé se présente comme un roguelike en accès anticipé depuis aujourd'hui (3 mars) et actuellement disponible sur PC dans 9 langues dont le français 😉

 

 

Présentation

Gameplay

Dans Curse of the Dead Gods (CotDG par la suite) on incarne un aventurier explorant des temples labyrinthiques dans le but de... Et bien tout principalement de s'enrichir, faut dire que le pitch n'est pas encore vraiment présent et laisse donc libre court à son imagination.

Le jeu propose de l'action-RPG en vue en 3D isométrique à la manière d'Hades, le petit dernier de Supergiant Games, qui est selon moi le titre se rapprochant le plus de CotDG. Je vais cependant éviter des les comparer, les deux étant en accès anticipé et sujets à changements (j'ai passé pas mal de temps sur Hades cela dit, donc l'envie est forte), et par conséquent uniquement me focaliser sur CotDG.

Le déplacement se fait au clavier (ZQSD) : espace permet d'effectuer une esquive consommant des points d'endurance (5 par défaut), shift de parer et on vise avec la souris tout en attaquant en cliquant. Il est aussi possible (et recommandé par les développeurs) de jouer à la manette, de mon côté je suis resté avec le couple clavier/souris jusqu'à présent.

On évolue au sein de salles sombres et pour lesquelles il est nécessaire d'allumer des petits braseros afin de faire disparaitre les ténèbres qui ont un rôle à jouer ! D'une part, ces dernières réduisent drastiquement votre distance de vue rendant les pièges plus difficiles à détecter mais d'autre part,  elles semblent aussi vous rendre plus vulnérables aux dégâts. Pour allumer les dits braseros vous disposez d'une torche que vous pouvez sortir et qui remplace ainsi vos armes. Cette dernière vous permet aussi d'y voir plus clair lors de vos déplacements et d'attaquer/enflammer vos ennemis ou certains éléments du décor (pièges).

En complément de la torche on dispose d'un couple de deux armes à une main, par défaut il s'agit d'une épée et d'un pistolet (pas d’inquiétude, des boucliers sont au programme). Le clic gauche permet d'utiliser la première et le clic droit la seconde (avec un coût en endurance). Un clic long permet de charger l'attaque, consommant ainsi de l'endurance en échange d'un effet plus puissant.

Enfin il est aussi possible de s'équiper d'une arme à 2 mains, pouvant aussi bien être une arme de corps à corps qu'une arme à distance. Cette dernière, plus puissante, consomme systématiquement de l'endurance.

A noter qu'il est très utile de jouer avec le décor et ainsi de l'utiliser à son avantage pour tuer les ennemis présents dans les différentes salles. Ainsi n'hésitez pas à faire flamber le sol si ce dernier est recouvert d'huile, à activer manuellement les pièges de feu, à pousser les ennemis dans des piques ou bien encore à les amener à proximité de puissantes bombes. Il y a pas mal de possibilités et c'est trop puissant pour s'en passer 😉

 

Une histoire de choix

Au lancement d'une partie on sélectionne un chemin, synonyme d'exploration plus ou moins longue/difficile. Une carte est alors générée aléatoirement et vous invite à faire un choix de salle. Il en existe différents types, certaines vous permettant de vous enrichir, d'autres d'obtenir de nouvelles armes, de puissantes reliques ou encore un bonus de statistiques tandis que d'autres vous soigneront... Sans parler des salles mystères qui ne demandent qu'à être découvertes !

Comme toujours il est impératif de planifier son exploration, ainsi il est par exemple relativement inutile d'accéder à une salle de butin si l'on ne dispose pas des ressources (or) nécessaires pour faire une offrande. Ou encore il peut être vital de s'arrêter à une salle offrant du soin peu avant le boss de fin, sous peine d'arriver devant lui à moitié mourant.

Le jeu propose actuellement de nombreuses salles (une trentaine), 9 types d'armes différents au style unique (et aux propriétés aléatoires) et une quarantaine de reliques qu'il faudra équiper de manière réfléchie afin de créer les meilleurs combos.

Votre fiche de personnage vous permet en effet d'équiper jusqu'à 6 reliques différentes (obtenues durant votre parcours), de jouer sur 3 stats impactant votre santé, vos dégâts ou votre bonus d'or et d'avoir un aperçu des bénédictions et malédictions subies par votre personnage.

 

Non pas une, pas deux, mais bien ciiinnnq malédictions

La principale originalité du titre réside dans ces dernières, pas pour rien que le nom du jeu lui même en fait mention 😉

L'UI affiche une jauge en bas à droite, cette dernière va (par défaut) de 0 à 100. Si vous atteignez 100 vous êtes maudit, en sachant que vous pouvez l'être 5 fois dans la même partie. Cette jauge est remplie de plusieurs façons, les 3 plus courantes sont : à chaque changement de salle (20 de malédiction), lorsque vous êtes touché par certaines attaques d'ennemis ou bien lorsque vous décidez de faire une offrande de sang à la place d'une offrande d'or.
Il existe d'autres moyens de remplir cette jauge mais aussi de la vider 😉

Les malédictions vont venir grandement perturber vos runs d'autant plus que ces dernières sont aléatoires (une dizaine pour le moment) et apportent systématiquement un gros malus complété par un "petit" bonus. Par exemple vous pouvez obtenir davantage d'or dans les coffres mais ces derniers vous infligent de la corruption à leur ouverture (ce qui a pour effet de remplir la jauge). L'un des pires effets rencontrés jusqu'à présent étant celui qui vous provoque des hallucinations, ces dernières se manifestent par le retrait temporaire pur et simple de l'UI, rendant le jeu bien plus difficile surtout face au boss !

En sachant qu'il est impossible de ne pas être maudit, le but va donc être de l'être le moins possible et surtout de changer sa façon de jouer pour palier les effets.

 

Qui dit malédiction dit bénédiction

Comme dans la plupart des roguelike, chaque run vous permet d'améliorer le prochain. Dans Curse of the Dead Gods il est possible de ramasser des crânes de cristal pouvant être échangés contre des bénédictions ou de la faveur divine.

Les bénédictions vous permettent d'avoir 3 gros bonus que vous pouvez choisir avant de lancer votre partie, par exemple commencer un run avec 3000 pièces d'or, vous permettant ainsi d'être plus serein ou bien encore de réduire les dégâts subis lorsque vous êtes en train d'attaquer. Il en existe une vingtaine actuellement et ces dernières imposent parfois certaines conditions en complément du déblocage via les crânes, comme terminer un chemin.

La faveur divine vous permet de "relancer" les objets que l'on peut obtenir via les offrandes, si par exemple vous n'avez rien d'intéressant alors vous pouvez consommer une faveur divine et obtenir un nouveau tirage et par conséquent de nouveaux choix.

Enfin les crânes pourront visiblement être échangés contre autre chose mais c'est actuellement en WIP (Work In Progress) et nous n'avons pas d'informations. Surprise 🙂

 

Du coup y a quoi dans cet accès anticipé et est-ce bien ?

Et bien déjà pas mal de choses, outre le temple du jaguar offrant 4 types d'explorations, de nombreux ennemis/pièges et mécaniques, 2 champions uniques + un boss final plus des défis, on retrouve aussi toutes les bénédictions/malédictions/reliques/armes évoquées plus haut. Il manque cependant les statistiques des parties effectuées ainsi que l'éternel codex permettant de lister tout ce qui est présent en jeu.

Mais le jeu est en constante évolution et en ce mois de mars une mise à jour majeure sera apportée avec la possibilité de récupérer les armes des champions mais aussi de nouvelles salles/apparences d'armes/reliques/malédictions et bénédictions.

Et d'ici la sortie les développeurs nous promettent de nouveaux temples disposant de leur propre atmosphères, pièges et ennemis. De nouvelles armes/reliques malédictions, de nouveaux champions/boss et de nouvelles mécaniques de jeu.

Bref, si cet accès anticipé plutôt conséquent ne vous suffit pas, pas mal de contenu semble être prévu 😉

Est-ce que cela vaut le coup ?
Oui, très clairement, à condition d'apprécier le genre 🙂
Si vous aimez Hades, vous pouvez y aller les yeux fermés, c'est très proche tout en étant suffisamment différent pour ne pas avoir l'impression de jouer au même jeu.

Curse of the Dead Gods est déjà bien avancé, relativement stable (très peu de bugs constatés), disposant d'une direction artistique et d'un gameplay très agréables ! Il risque de se faire une place de choix dans le monde des roguelikes. Une excellente surprise en ce début d'année 😉


Jeux du moment

>> Liste complète <<