Publicité

Thronebreaker – Un conte du Sorceleur, sur Switch

Paru fin 2018 sur PS4, Xbox One et PC, le jeu de cartes Thronebreaker : A Witcher Tales s'est récemment invité sur Nintendo Switch, à peine un mois après l'arrivée de notre sorceleur préféré sur nos petits écrans, via la plateforme Netflix. Une aubaine pour CD Projekt RED, qui a pu surfer sur le regain de popularité indécent de sa licence. C'est donc à point nommé qu'arrive ce titre qui reprend l'univers de la série et pose comme base de gameplay ce qui était à l'origine un mini-jeu : le gwynt.

Autant vous prévenir de suite, vous ne verrez point de sorceleur dans cette aventure. Quelques mentions de ces mutants seront faites durant la trentaine d'heures de jeu offertes par le titre, mais nous ne les incarnerons pas, et pour tout vous dire, ce n'est pas franchement un mal, tant l'univers d'Andrzej Sapkowski est dense et permet de réaliser un spin-off aussi intéressant que les autres jeux tirés de cette licence. On incarnera ici Meve - qui n'est autre que la reine de Lyre et de Riv - devant lutter contre l'invasion des Nilfgaardiens au nord, après avoir été trahie par ses plus proches conseillers.

L'armée de la reine n'étant pas assez grande, elle voyagera dans bon nombre de contrées pour rallier clans, familles et autres villages à sa cause et ainsi monter une armée capable de tenir tête à l'Empire du Nilfgaard. On voyagera dans de nombreux endroits du monde de The Witcher (dont certains lieux inédits) en amassant des ressources, tels que le bois, l'or ou encore des troupes. Les différentes actions effectuées sur le terrain auront également une influence sur le moral de notre armée, ce qui se traduit soit pas un bonus, soit par un malus, en fonction de l'humeur de l'équipe.

En sus de la quête principale qui servira de fil conducteur, de nombreuses quêtes secondaires seront proposées dans les villages (via un panneau d'informations qui révélera les nombreux points d'intérêt aux alentours) et par des personnages requérant certains services, contre des récompenses plus ou moins intéressantes. Des événements aléatoires poindront également de temps à autre pour varier un peu les plaisirs, et la manière d'aborder le gwent, qui n'est autre que le cœur du jeu.

Le jeu prend le pari d'abandonner l'action-RPG bien connu par tous ceux ayant posé leurs mains sur les jeux principaux, et de mettre en scène toutes les batailles du jeu sous forme d'un jeu de cartes. Si l'on devait simplifier à l'extrême, le but du gwent est en réalité très simple : il faut aligner le plus gros score au terme d'une manche pour l'emporter. Chaque carte dispose en effet d'un score, score qui va s'additionner et accordera le "point" à la fin d'une manche à la personne ayant aligné le plus beau chiffre. Bien sûr, chaque carte dispose d'un ou plusieurs effets qui viendront pimenter chaque partie. Deux lignes d'attaques sont présentes, qui permettront l'utilisation d'effets spéciaux en fonction du placement. La notion de Loyauté pointe ici le bout de son nez, avec des cartes qui activeront des effets spéciaux lorsque la reine lancera son sort. A vous donc de réaliser les meilleurs combos pour mettre à mal les défenses adverses et remporter les nombreuses batailles qui parsèment l'aventure.

Afin de ne nous lasser trop rapidement, CD Projekt RED propose trois types de batailles. Tout d'abord, les batailles classiques, tel que décrites ci-dessus. Ensuite les challenges, qui rappelleront certains défis, ce qui m'a fait penser à certaines missions d'Hearthstone, et enfin des missions scénarisées, souvent associées à la campagne principale, qui modifient grandement les règles du terrain et proposent des batailles très intéressantes !

Comme tout jeu de cartes qui se respecte, nous aurons la possibilité de modifier notre deck dans notre campement (que nous devrons améliorer pour pouvoir construire des decks plus variés et puissants, voire s'adapter à certaines missions spécifiques). La difficulté de l'IA peut également être ajustée, mais j'avoue ne pas avoir constaté de grands changements dans les décisions. Même dans son mode le plus simple, les propositions faites par le studio dans certains défis nécessitent surtout de la réflexion, comme dans un puzzle-game.

Un bien beau jeu donc, nullement entaché par ce portage Switch merveilleusement réalisé. On pourra pester sur le fait d'avoir à télécharger le pack de langues séparément du jeu, mais en dehors de cela, il me paraît difficile de faire la fine-bouche tant le jeu est riche, que ça soit artistiquement ou sur l'aspect sonore (tous les dialogues sont doublés, et c'est un régal à écouter). Un jeu à faire donc, si vous n'avez pas encore eu le loisir de vous y essayer sur consoles de salon et PC. Pour 19,99€, vous serez généreusement servis, si tant est que le format jeu de cartes ne soit pas un facteur horripilant pour vous.


Jeux du moment

>> Liste complète <<