Publicité

Heroland – Gare à toi, Disneyland !

Le RPG est un genre qui n'offre pas vraiment de surprises en dehors de son univers et de son scénario. Que le jeu soit au tour par tour ou en temps réel, les mêmes éléments reviennent sous une forme ou une autre sans vraiment de révolution, mais toujours avec un aspect qui le démarquera de la multitude de jeux concurrents. Alors quand un RPG comme Heroland se déroule dans un parc d'attractions et se veut être humoristique, ma curiosité ne fait qu'un tour.

Mais est-ce que cela sera suffisant pour en faire un bon jeu ? Réponse dans ce test.

Dans Heroland, le joueur incarne Lucky, le nouveau guide du parc d'attractions Heroland. Ce parc a pour concept de proposer à ses visiteurs des circuits touristiques dans lesquels les membres de chaque groupe devront affronter une série de créatures (des employés de Heroland) jusqu'à atteindre le boss final et récolter un trésor en fin de circuit. Votre rôle dans tout cela ? Vous devrez les guider, les conseiller durant les combats, voire leur filer un petit coup de pouce.

Concrètement, le jeu est une sorte de RPG au tour par tour dans lequel les membres du groupe repartis en classes (guerrier, tank, mage, guérisseur et freelance) agiront de manière autonome lorsque leur tour arrivera. En tant que guide, votre tour durera un peu plus de temps que le tour d'un joueur (le délai raccourcira avec les niveaux d'expérience), mais vous aurez la possibilité d'influencer, lorsque votre jauge d'action est remplie, de diverses manières sur les combats en donnant des conseils à un membre en particulier sur ce qu'il doit faire, en utilisant des objets de soutien sur votre groupe, en ordonnant au groupe entier d'adopter une attitude de combat ou… En aucun cas vos actions ne provoqueront de dégâts aux adversaires.

En fin de combat, ce sera également au joueur de décider de qui va récupérer le contenu de chaque coffre entre les 4 membres du groupe et vous- même.
Chacune de vos actions générera des points d'amitié qui permettront de renforcer les liens entre vous et le personnage et ainsi de débloquer des quêtes annexes, voire même des techniques.

Le concept est un peu déstabilisant au début. Surtout que vos actions peuvent aussi avoir un effet sur le niveau de satisfaction de chaque personnage représenté par un smiley. Donnez des conseils utiles, permettez-lui de donner le coup de grâce à un ou plusieurs ennemis, favorisez l'un d'entre eux avec le loot et sa barre de satisfaction augmentera en flèche. Le but de cette satisfaction étant de gagner plus d'argent en fin de circuit. Car cet argent sera utilisé, non pas pour vous, mais pour vos clients, puisque les objets utilisés et les armes qu'ils utiliseront (et qui peuvent se casser) seront à vos frais. Vous pouvez les laisser faire avec juste les armes de base, mais les ennemis étant de plus en plus redoutables, ce serait contre- productif de les laisser perdre car, dès lors qu'un des membres du groupe se retrouve à terre, sa jauge de satisfaction chute radicalement, impactant votre récompense.

Cela semble compliqué comme cela, mais vraiment tout est bien expliqué et s'assimile avec naturel.

On regrette cependant que le concept n'évolue pas au fil des circuits, plongeant le joueur dans une certaine redondance qui pourrait rapidement lasser si vous n'accrochez pas à la légèreté et à l'humour permanent du jeu. En effet, ce dernier ne se prend pas vraiment au sérieux, colle bien au visuel mignon et original et ne se cache pas de proposer des discussions huluberluesques à quasiment chaque ligne de dialogue, jusqu'à vous demander par moments ce qui a été mis dans votre bouteille d'eau tellement les échanges peuvent être perchés. Malheureusement pour ce jeu adressé à toute la famille, non seulement certains passages sont plus que délicats à aborder pour des enfants vu le langage utilisé, mais surtout parce que le jeu est entièrement en anglais avec parfois un vocabulaire plutôt élaboré pour des préadolescents français et que cela peut en faire un challenge de compréhension, pas vraiment insurmontable, mais relativement lourd pour qu'il puisse être un frein pour les moins courageux d'entre eux qui ne surmonteront pas les quelques dizaines d'heures pour boucler le jeu.

L'aspect technique est assez simpliste mais possède un cachet reconnaissable entre mille grâce au design des personnages assez difficile à expliquer, mais bien typés puisque les personnages ressemblent à Paper Mario en pixel art et avec un peu d'épaisseur.

Du coup, je ne peux vous conseiller le jeu que si vous êtes anglophones, ou que si vous préférez l'ambiance déjantée au détriment d'une histoire complexe et bien ficelée, ou encore que le gameplay un peu original ne vous effraie pas. Si vous ne vous reconnaissez pas dans ce petit portrait, Heroland ne sera probablement pas pour vous et c'est bien dommage car ce "presque RPG" est original et les sourires, voire éclats de rires qu'il provoque sont plus que bienvenus dans un univers vidéoludique qui se prend un peu trop au sérieux.


Jeux du moment

>> Liste complète <<