Publicité

Dragon Ball Z Kakarot – Une belle adaptation fidèle

Comme tout bon trentenaire, moi aussi j'ai été bercé par le Club Dorothée, et donc par les mangas de l'époque : Olive et Tom, les Chevaliers du Zodiaque... et bien sûr Dragon Ball !

C'est d'ailleurs certainement le manga qui a été le plus adapté en jeu vidéo, en tout cas dans nos contrées occidentales. Je garde notamment un souvenir très clair du Dragon Ball Z Budokai de 2002 (sur Playstation 2), qui reprenait de façon assez fidèle l'animé, avec un système de combat relativement frais. La série s'est ensuite éparpillée, avec la suite des Budokai, puis les Xenoverse, et enfin le FighterZ récent, qui proposaient tous un contenu plutôt conséquent en termes de personnages mais qui, à mon sens, avaient un peu perdu l'essence de l'animé.

Sorti il y a quelques jours, Dragon Ball Z Kakarot, comme son nom l'indique, met l'accent sur le personnage de San Goku (oui oui, Kakarot est son nom Saiyen - ne comptez pas sur moi pour faire des blagues à base de légume orange !).

 

Histoire

Rassurez-vous, je ne vais pas vous faire l'affront de vous résumer l'histoire de Dragon Ball. Je pense que le manga est suffisamment ancré dans notre pop culture pour pouvoir s'en passer.

Sachez tout d'abord que l'histoire du jeu commence à partir de la version "Z". Pas de San Goku enfant donc, hormis des petits flashbacks, récupérés ici et là pendant les phases d'exploration du jeu. Une petite déception pour moi, j'avoue, j'aurais bien aimé pouvoir retracer la vie de San Goku depuis le début, même dans un simple résumé.

Au programme donc, les débuts sur Terre avec l'arc des Saiyens, où l'on combat Raditz, puis enfin Nappa et Vegeta.

Vient ensuite l'arc Namek et l'inévitable Freezer. On embrayera avec l'arc des Cyborgs qui mettra les Super Saiyens aux prises avec Cell. Et on finira par l'Arc Buu. Clairement, au niveau du contenu, on peut s'attendre à de longues heures de jeu pour parcourir toute la saga . Pour vous faire une idée, j'en suis à 15 heures de jeu au moment où j'écris ces lignes, et j'en suis au début de l'arc de Namek. Il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir ! J'espère toutefois que l'histoire pourra être prolongée par la suite, peut-être par l'ajout de DLC, pour parcourir des éléments empruntés notamment aux films (comme Broly), ou peut-être même par l'ajout de l'histoire de Dragon Ball Super (suite officielle de Dragon Ball Z, Dragon Ball GT étant considéré comme une histoire alternative et non canon).

Notez qu'en plus des histoires principales que (presque) tout le monde connaît, il est aussi possible d'effectuer quelques quêtes secondaires, qui permettent d'étoffer un peu l'univers et de découvrir de nouvelles facettes de certains personnages.

 

Exploration

Même si le jeu n'est pas un monde ouvert à proprement parler, on a la possibilité, entre deux quêtes histoire, de se balader et d'explorer la carte. Une exploration qui peut se révéler intéressante, et je dirais même nécessaire.

D'une part, comme je l'expliquais précédemment, on peut effectuer quelques quêtes secondaires, pas forcément toujours très intéressantes (souvent il s'agit d'ennemis à éliminer ou d'objets à aller chercher), mais qui donnent un contexte à un univers qui est souvent centré sur les mêmes personnages (Goku, Gohan, Vegeta, etc).

D'autre part, ces phases d'exploration sont un bon moyen d'aller chercher des objets bien utiles : des orbes Z. De plusieurs types, ces orbes permettent d'améliorer les personnages jouables, à travers des arbres de talents pour débloquer de nouvelles techniques et les rendre plus puissantes.

Si vous êtes un habitué du manga, vous savez que pour San Goku, la bouffe est certainement ce qu'il aime le plus, après se battre bien sûr. C'est un élément qui est également dans le jeu, avec la possibilité de farmer de la nourriture sur la carte (que ça soit des fruits, des poissons, de la viande, etc) et d'en acheter, pour pouvoir ensuite concocter de bons petits plats. Et avec une importance a priori bienvenue, chaque plat octroyant des bonus divers (augmentation des PV, des dégâts, etc). Je dis bien a priori, car les bonus obtenus sont souvent assez dérisoires en comparaison du temps passé à obtenir les ingrédients.

 

Système de combat

Bien sûr, que serait Dragon Ball sans ses combats titanesques ! Associant un gameplay relativement simple, à base de combo à un seul bouton et des attaques spéciales, et un sens du timing bien dosé, pour se téléporter dans les bons moments, cette partie-là est plutôt réussie. Accessible aux novices, il y a quand même un certain degré de technicité pour en maîtriser les subtilités. C'est notamment le cas des téléportations, qui seront vite nécessaires pour éviter les attaques ennemies.

Malgré tout, les débuts de l'aventure s'avèrent assez laborieux, les techniques les plus sympas (les transformations en Saiyen notamment) n'étant disponibles que plus tard dans l'aventure. Il faut donc s'attendre à voir un peu de monotonie pointer le bout de son nez après quelques heures de jeu. Heureusement, les combats contre les ennemis principaux (les boss en gros) sont plutôt bien retranscrits, fidèles à l'animé et ponctués de petites scènes lors de certaines attaques.

Le système de combat est complété par une composante RPG, sous la forme de "Communautés". Un nom pas vraiment engageant, qui permet en fait de collecter des emblèmes de personnages (globalement des personnages principaux et secondaires), que l'on peut ensuite placer sur des plateaux. Chaque plateau est d'un type bien particulier (7 au total) et donnera des bonus divers.

Par exemple, le premier plateau débloqué est celui des Guerriers Z, dont le leader est San Goku, et qui augmentera de façon globale les statistiques de combat. Un autre, dirigé par Chichi, est celui de la cuisine et donnera donc des bonus sur les repas.

Mais ce n'est pas tout. Chaque emblème peut aussi être "lié" avec d'autres pour former des ensembles et profiter d'autres bonus. Par exemple, sur ma partie actuelle, j'ai associé quatre personnages : San Goku, Vegeta, Piccolo et Tenshinhan. Cela active le bonus "D'ennemi à ami" qui booste ainsi le niveau de la communauté des Guerriers Z.

Au fil des niveaux dans chaque Communauté, je peux ainsi gagner des bonus non négligeables.

Petite précision mais qui a son importance, tous les personnages du jeu ne sont pas jouables, loin de là. Seuls 8 personnages au total sont jouables :

  • San Goku
  • San Gohan
  • Piccolo
  • Vegeta
  • Trunks adulte
  • Gotenks
  • Vegito
  • Great Saiyaman

 

Mon avis

Bien que les versions Xenoverse et FighterZ de la franchise côté jeux vidéo avaient des qualités indéniables, je n'ai jamais vraiment accroché. La faute, je pense, à des univers trop éloignés du matériau de base. Dragon Ball Z Kakarot n'est pas non plus exempt de défauts, et notamment tout son côté RPG qui aurait mérité un peu plus d'affinage pour avoir un réel intérêt. On peut aussi regretter certains passages répétitifs et des combats hors quête principale un peu monotones.

Néanmoins, pour celui qui souhaite parcourir, de façon un peu plus interactive, l'histoire de l'animé et revivre des moments épiques, voilà le jeu que l'on espérait depuis un moment. Donc non, je le dis très clairement, les Kakarot ne sont pas cuites ! (désolé...)


Jeux du moment

>> Liste complète <<