Publicité

Interrogation : You will be deceived – Une enquête en noir & blanc

Être policier, enquêter sur les crimes le plus méprisables, aider les citoyens, ne jamais rater un apéro, analyser des indices, commettre des bavures à la pelle pour faciliter la paperasse et les heures de permanence... Tant de tâches glamour qui rendent le métier tellement excitant !
Il reste cependant une tâche volontairement mise hors de cette liste et pourtant qui fascine tous les téléspectateurs de séries ou films policiers : l'interrogatoire.
Et ça tombe bien pour tous mes amis aficionados des bottins, manipulations et tartes aux phalanges, puisque le jeu qui nous intéresse aujourd'hui, Interrogation : you will be deceived, se concentre quasi exclusivement sur cet aspect d'une enquête, ou plutôt d'une série d'enquêtes liées par un fil rouge : un groupe terroriste nommé le "Liberation Front".
Vous avez bien lu, ce n'est pas le Front de Libération car le jeu est intégralement en anglais et en texte (un peu maladroit de surcroît). Pas de français disponible, donc il est vraiment primordial que vous ayez un très bon niveau en anglais, surtout que les dialogues des interrogatoires sont extrêmement denses et nombreux, parfois chronométrés, non pas en temps réel, mais sous forme de perte de secondes pour chaque question posée. Il faut donc poser les bonnes questions, le faire convenablement et surtout mettre suspect(e) ou suspect(e)s en condition optimale pour leur faire cracher le maximum d'infos précises et utiles.

Et pour cela, ce sont vos questions qui feront le travail et influenceront les deux jauges de Tension et d'Ouverture : la première permettant de mettre la pression et de faire peur à une personne, l'autre qui influencera sur son degré de coopération. Les deux jauges ne sont pas forcément incompatibles, mais attention à ne pas trop braquer un témoin ou à poser les mauvaises questions qui pourraient vous conduire vers une impasse. Car si sur les interrogatoires où vous avez le temps, vous pourrez toujours vous rattraper, sur ceux où le temps est un facteur important, cela revient souvent à l'échec de l'interrogatoire. Surtout lorsque ce temps doit être partagé entre plusieurs suspects et témoins en simultané, poser les bonnes questions au bon moment et mettre les intéressés en condition rapidement sont primordiaux.

L'intrigue du jeu est intéressante (encore une fois, l'intérêt du jeu étant 100% narratif, on va éviter de spoiler), tout comme les personnages. Cependant, les dialogues aussi complets soient-ils donnent une impression de manque de profondeur et d'épaisseur, impression encore renforcée avec l'arbre de dialogue assez fouillis dès lorsqu'on essaie de trouver des questions non posées ou qui se seraient déverrouillées. Les questions pouvant être très nombreuses, parfois très très proches, un système indiquant les questions déjà posées de celles non posées aurait pu être utile. Car poser une question déjà posée n'est vraiment utile que lorsque l'état d'esprit de l'interrogé est différent : vous pourriez bien alors avoir une réponse un peu plus intéressante qui fait avancer l'enquête.
Vous pouvez également utiliser d'autres moyens un peu plus physiques lorsque vous êtes désespéré pour faire cracher plus que le morceau, mais éthiquement, le jeu vous le fera payer car le jeu implémente un léger aspect gestion avec quelques sanctions, mais aussi des bonus et des comptes à rendre, transformant par moments l'aspect gestion (allocation de ressources humaines et financières, rédaction de rapports publics pour la presse, etc. ) en bataille politique, un peu comme le fait This is the Police.

Côté gameplay et prise en main, le jeu reste très accessible pour les anglophones que ce soit à la souris ou au clavier. L'interface étant très minimaliste, on se surprend à facilement abandonner la souris pour les touches de direction et la barre espace qui effectueront le moindre de vos caprices.

Il en résulte une expérience ludique intéressante malgré une technique limitée camouflée par une direction artistique très intéressante qui fait vaguement penser à un comics en noir et blanc ou à un filtre noir et blanc d'appareil photo dont l'effet crayonné et les contours sont un peu forcés pour donner un aspect entre le réalisme et le dessiné. Pour peu que vous aimez les enquêtes et que de longues tirades écrites en anglais ne vous font pas peur, Interrogation pourrait bien vous tirer de vos séries policières pour vous impliquer dans l'une d'entre elles.


Jeux du moment

>> Liste complète <<