Publicité

Need For Speed Heat – Un NFS un peu tiède

Le 8 novembre est sorti Need For Speed Heat, développé par Ghost Games et édité par EA. Grands fans de cette licence, nous n'avions qu'une seule hâte : monter à bord des bolides et enchaîner les courses. Mais, tout d'abord, il convient de rappeler ce qu'est Need for Speed : une série de jeux de type arcade. Il n'a pas une vocation à être une simulation de pilotage. Ca doit aller vite, et c'est tout ! De ce côté, pas de souci car, une nouvelle fois, c'est le cas ! La voiture file, glissant à tout va, à grand renfort de nitro et de fumée de pneus. Les arbres, les poteaux électriques, et en fait tout ce que la voiture rencontre sur la route, sont pulvérisés sans aucun réalisme.

NFS Heat se déroule à Palm City, une version alternative d'une grande ville de Floride, Miami. La nouveauté de cette version est le mode jour/nuit. En mode jour, lors des épreuves, on gagnera de l'argent afin d'acheter de nouveaux véhicules parmi les 127 proposés. Cet argent servira également à les agrémenter que ce soit sur le plan mécanique ou esthétique. En mode nuit, on accumulera de la réputation, afin de débloquer les véhicules et leurs améliorations.

En termes d’épreuves, on ne sera pas dépaysé :

  • le mode circuit qui demande d'accomplir plusieurs tours d’un parcours défini.
  • le mode sprint, où il faut arriver le plus rapidement possible en passant par des points de passages et terminer premier (comme pour toutes les épreuves de course).
  • le mode drift, dans lequel il faut battre un certain nombre de points.

On trouvera sur toute la carte différents événements, avec les radars fixes, les épreuves de saut, la destruction des panneaux publicitaires, des zones de drift... On pourra aussi trouver, dans des endroits plus ou moins bien cachés, des flamants roses qui rapportent du cash ou de la réputation. Enfin, les zones d’arts sont nécessaires pour débloquer des personnalisations cosmétiques des véhicules.

Les défis sont un autre moyen de gagner du cash et de la réputation. Par contre, il est à noter qu'ici le gain est inversé : la nuit ce sera du cash, tandis que le jour ce sera de la réputation. Cela peut s’avérer utile si on est à court de cash et qu'on souhaite faire le dernier type d’épreuves qui en demande malheureusement beaucoup : l'épreuve d'alerte. J'en suis actuellement au niveau d'alerte 3, je tiens à préciser qu'il existe peut-être des niveaux supérieurs, mais je n'ai pas encore accès à mieux.

On possède 13 cachettes qu'il faut découvrir avant de pouvoir les utiliser. De façon prioritaire, c'est l'endroit où se réfugier pour échapper aux forces de l’ordre. Vu comment la police est agressive sur cet opus, se rappeler de l'emplacement de chaque cachette est primordial, car se faire arrêter coûte très cher, autant en termes de points que d'argent. La cachette permet aussi de gérer son parc automobile et de mettre un terme à une nuit endiablée en repassant en mode jour. Enfin, cela cumule les gains d’argent en les multipliant par le niveau d’alerte cumulé auprès de la police.

Les stations-services sont au nombre de 28 et permettent la réparation instantanée du véhicule la journée. En mode nocturne, on est limité à deux passages ! Il y a aussi un concessionnaire ainsi qu’un magasin.

La zone de jeu est immense avec 18 quartiers, chacun d’eux possédant un nombre d’événements à compléter. Du coup, cette répartition se révèle bien moins démoralisante qu'un gros chiffre, style 15/150 à faire. Les conditions météo sont variées : la pluie, le vent et l’interaction avec les arbres est de toute beauté. Par contre, la ville est globalement très vide... Les habitants de Palm City n'aiment a priori pas trop sortir de chez eux.

La personnalisation de l’avatar en quelques chiffres :

  1. Tête : 118 (casquettes, bonnets, coupe …)
  2. Accessoires : 82 (lunettes, masques…)
  3. Haut : 199 (blousons, chemises, t-shirt …)
  4. Bas : 159 (pantalons, jogging, shirt…)
  5. Chaussures : 81

Il sera plus difficile de donner des chiffres sur les véhicules car ils ne bénéficient pas tous du même nombre d’alternatives. Cependant, pour rappel, il est possible de personnaliser : disque de freins, étrier de freins, jante, aile avant et arrière, pare-chocs avant et arrière, lame de pare-chocs avant, capot, rétroviseur, aileron, phare avant et arrière, échappement, antenne, et teinture des vitres. Il est aussi possible de changer le son du klaxon, d’ajouter des néons, de changer la couleur du nitro, de modifier la couleur de la fumée des pneus ou encore de régler la hauteur des suspensions du carrossage... Reste la peinture. Vous pourrez donner libre cours à votre esprit créatif, ou bien piocher dans ce que la communauté aura partagé !

Parmi les modèles, on citera notamment la Ferrari F40, la BMW M3 Evolution, la Ford Mustang de 1965, la VW Golf GTI de 1976, la Chevrolet Bel Air de 1955, la Nissan GT-R, la Giulietta Quadrifoglio, la Koenigsegg Regera, et une foultitude de modèles des marques BMW et Porsche. Merci les licences !

Les modes de jeux sont simples : solo ou en ligne. Dans les deux cas, on a droit au mode histoire. Il vaut ce qu’il vaut, avec des personnages caricaturaux. Ce n’est pas le dernier Nolan, mais l'histoire n'est pas non plus ce qu'on attend le plus dans ce type de jeu. En plus, elle a l'avantage d'être entièrement doublée en français. Le mode en ligne se déclenche de deux façons : soit on rejoint une épreuve en cours, soit on se rend sur un spot épreuve pour combattre d’autres adversaires.

Avant de conclure, un point sur les graphismes du jeu. Ils sont magnifiques sur PC ! Il y a des ombres dynamiques, des effets de lumière sur les carrosseries, un cycle jour/nuit époustouflant. C’est beau, fluide et en plus en HDR (bloqué à 30 FPS). Il n'y a rien d’autre à ajouter, si ce n'est l'existence du mode photo, indispensable pour capturer les beaux moments avec les options habituelles. Par contre, j'ai eu quelques soucis d'écran noir au lancement de la course, sans que je ne réussisse à identifier pourquoi !  La musique est fidèle à ce qu’on va retrouver dans un Fast and Furious : on aime, on n’aime pas… moi j’aime bien ! 😊

Je suis un fan de la franchise et j’adore cette série de jeux. Maintenant, je suis un peu mitigé concernant Heat sur deux points. Le premier : quelles sont les nouveautés ? Il y en a quelques unes, ici et là, notamment avec ce cycle jour/nuit, mais je reste sur ma faim. J'ai la désagréable impression de me voir resservir la même recette, avec juste un assaisonnement légèrement différent. Le second aborde un autre point que malheureusement l'éditeur EA peine à comprendre, le porte-monnaie : les possesseurs d’une version Deluxe du jeu gagnent plus de réputation et de cash...

Vous l'aurez compris. Si vous adorez conduire vite en défiant les lois de la nature, NFS Heat vous ravira. Si vous aimez les jeux de course un peu réaliste, passez votre chemin. Le jeu est disponible sur Origin (PC), Xbox One et PlayStation 4.

Vidéos sur YouTube


Jeux du moment

>> Liste complète <<