Publicité

The Outer Worlds – Ca fera un crédit sur 50 générations s’il vous plaît

The Outer Worlds, jeu attendu par de nombreuses personnes après la baisse de régime de Fallout 4 et la débâcle de Fallout 76. Voulu par ceux qui souhaitent un jeu de rôles solide saupoudré d'humour allant de débile à caustique. C'est ce que nous promettaient les développeurs via leur trailer d'annonce, mais aussi lors des nombreuses fois où ils se sont manifestés pour parler de leur jeu.

Il faut dire qu'ils ont déjà eu de quoi se faire les dents, puisque ce sont les petits gars responsables de Fallout New Vegas qui sont responsables de The Outer Worlds : Obsidian. Mais malgré tout cela, cette nouvelle licence saura-t-elle convaincre ? Réponse dans ce test.

The Outer Worlds est, comme précisé en intro, un jeu de rôle qui se déroule dans d'autres mondes. Comprenez par là qu'on va être propulsé tout droit dans l'espace, sur le système colonial d'Halcyon pour être plus précis. Dans cet univers, les colons appartiennent dès leur naissance aux sociétés membres du tout puissant Conseil, un conglomérat de grosses sociétés pour qui tout se monnaie, dictant les lois qui gouvernent les gens. Ainsi, par ce biais, se dessine une légère satire de notre société, amplifiant puissance 5000 cet aspect et apportant des situations et des dialogues assez cocasses. L'humour du jeu vient en grande partie du décalage présent dans les dialogues.

Vous incarnez un individu venant tout juste d'être décongelé par un savant fou qui a enfin retrouvé le vaisseau l'Espoir, disparu depuis un certain temps : un gros scandale que le Conseil a étouffé. Votre réapparition pourrait être un problème pour le Conseil qui aimerait ne pas avoir à faire face à leur plus gros souci PR venir lui tirer les poils du nez.

Mais parlons du gameplay, plutôt que d'aller plus loin et vous gâcher la surprise et les multiples embranchements scénaristiques des missions. Le jeu fait clairement penser dès les premières secondes de jeu à du Fallout dans ses versions FPS par son approche des combats, son système de dialogues et son gameplay en général. Pour être honnête, en y jouant, 3 grands jeux me sont venus en tête : Fallout 3 dont l'influence est évidente, Mass Effect 1 pour son aspect voyage spatial d'abord, mais surtout son système de compagnons plutôt réussi avec lesquels on peut interagir et faire monter de niveau, et enfin Borderlands pour son humour parfois bien débile comme je l'aime dans ses dialogues et ses personnages loufoques. Si vous arrivez à vous imaginez ces trois jeux ensemble, vous ne devriez pas être bien loin de ce que peut donner The Outer Worlds qui tente même d'améliorer ces systèmes. Mais ce n'est pas tout, puisqu'en plus, le jeu se permet d'apporter sa propre pierre à l'édifice avec la possibilité de monter notre personnage comme bon nous semble, un peu comme Fallout, mais avec - à mon avis - plus de souplesse et de richesse dans ses possibilités, puisque vous pouvez non seulement monter une catégorie de caractéristiques, et/ou vous spécialiser dans une des sous-caractéristiques disponibles. En plus de cela, vous aurez accès à des talents, compétences, des boosts de stats apportés par votre équipement, également modifiable et customisable, ainsi que par vos alliés qui apporteront des bonus bienvenus, tout comme leurs lignes de dialogues et commentaires spontanés réagissant à ce qui se passe et vos actions. Dans l'esprit, cela ressemble à Fallout, mais en pratique, The Outer Worlds dégage un sentiment de plus abouti.

Surtout que ces bonus pourront vous être utiles car le jeu propose au joueur d'adopter l'approche qu'il souhaite non seulement dans les combats (furtif, bourrin, stratégique, fainéant, etc), mais aussi dans l'exploration et les dialogues. Chaque action faisant appel à des compétences ou des traits de caractère rapportent de l'expérience. Ainsi, il est tout à fait possible de progresser en limitant au maximum les combats qui peuvent être délicats par moments. Il faut faire cependant attention car chaque action, chaque décision, chaque choix de dialogue a des incidences plus ou moins profondes sur le futur d'une mission ayant des conséquences potentielles aussi bien légères comme le fait qu'un type ne vous aimera pas ou une fluctuation de votre réputation auprès d'une faction que graves, comme une mission qui échoue ou la mort d'une ou plusieurs parties concernées (de préférence pas vous). Les dialogues sont vraiment un des points forts du jeu, les écrivains du jeu ont bossé dur et ça se voit !

Personnellement je préfère la diplomatie et use et abuse des choix de persuasion autant que possible. Je ne vole pas chez les gens (ce qui a des conséquences à choix multiples pour vous sortir si vous vous faites repérer), mais je suis le premier à pirater tous les terminaux et crocheter toutes les serrures possibles afin de glaner des informations qui pourraient m'être utiles et débloquer de nouvelles lignes de dialogues liées à ces découvertes. J'aurais pu être un gros pourri de base et parler de mes armes et de mes provocations et intimidations, j'aurais pu jouer en mode standard sans utiliser mes traits de caractère. Comme le dit l'Ancien : "Tous les chemins mènent à Rome, mais selon le sentier que tu prends, tu risques de grave en baver !". Cette liberté de choix se transparaît dans les combats également. Une petite customisation par-ci, une amélioration d'arme par là et me voilà prêt à sniper tout ce qui bouge. Et si le machin survit à un premier coup dans la tête ou que ses alliés sont alertés, un switch d'arme plus appropriée et les compétences de mes alliés feront le reste du travail. Mais libre à moi d'y aller en bourrin tel un barbare sur un champ de bataille si l'envie se fait sentir. tout comme j'aurais pu faire ce qu'il fallait pour éviter l'affrontement. Seul regret dans le système de combat : les armes que je ne trouve pas assez variées. Mais bon, elles ont au moins le mérite d'être efficaces !

D'ailleurs, les armes et le système de visée fort inspirés de Fallout suppriment le système de chances de toucher, ô combien ridicule et frustrant lorsqu'on joue à la première personne, pour un système nommé DDT. Ce dernier ralentit le temps jusqu'à ce que vous le désactiviez ou que la jauge soit vide (elle se recharge avec le temps), vous permettant de prendre un peu de temps pour agir en pleine action et faire jouer de votre précision. Bien plus juste comme système de combat : si vous ratez, c'est que vous êtes un pied !

L'univers du jeu est riche, gigantesque avec ses nombreux secteurs de planètes à visiter, offrant une aventure longue (j'en suis à plus de 20 heures de jeu et loin d'avoir fini) et hautement rejouable en faisant d'autres choix et adoptant d'autres comportements. Mais pour que tout se déroule bien, il faut que la technique suive. Ce qui est à peu près le cas.

Le jeu est techniquement au niveau de Fallout 4 en un peu plus soigné. Concrètement, l'ensemble est propre sur Xbox One, mais souffre de quelques ralentissements allant jusqu'aux chargements en plein milieu de zone, des retards de chargement de textures plus ou moins importants peuvent survenir et des temps de chargements ma foi assez longs viendront rompre le rythme entre chaque zone.

La bande vocale entièrement en anglais est, heureusement pour les non anglophones, sous-titrée intégralement en français. Le reste de la bande sonore reste plutôt discrète, surtout en ce qui concerne les ambiances musicales et sonores, qui seront oubliées dès lors que le jeu sera stoppé.

Le seul regret dans la jouabilité est le mappage des boutons pas forcément parfait à la manette. La croix de direction étant affiliée aux ordres pour vos compagnons, on se retrouve avec un système de switch d'armes pas assez dynamique lorsque la situation exige un changement d'équipement. Tout comme le fait que le bouton X soit celui utilisé pour interagir et récupérer des objets. C'était déjà pas très ergonomique sur Fallout et ça ne l'est toujours pas ici.

Je pourrais conclure ce test en abordant et récapitulant les points forts et faibles du jeu, en ajoutant des éléments, mais je me contenterai de ceci : jouez-y, The Outer Worlds est ultra fun et ultra libre :


Jeux du moment

>> Liste complète <<