Publicité

Dead by Daylight (Stranger Things Chapter) – Petits meurtres entre amis

 

Historique et concepts du jeu

Disponible en B2P (jeu payant mais sans abonnement) depuis juin 2016 sur PC, PS4 et Xbox et, depuis septembre 2019, côté Switch, Dead by Daylight n'est pas nouveau, mais il cartonne toujours autant !
Régulièrement dans le top 15 des jeux les plus joués sur la plateforme Steam, ce dernier dispose d'une solide base de joueurs et se voit être enrichi en permanence par de nombreux DLCs apportant de nouveaux personnages/gameplays en provenance de licences phares. Le dernier en date n'est autre que celui lié à la série Stranger Things sur laquelle je reviendrai plus en détails plus loin dans cet aperçu.

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept de Dead by Daylight, celui-ci est très simple : c'est un jeu PvP asymétrique opposant 4 survivants à un tueur comme tout bon slasher movie !

 

Le principe

Les survivants doivent allumer 5 générateurs afin d'alimenter une porte de sortie leur permettant de s'échapper de la zone dans laquelle le tueur les traque. Ces derniers doivent s'entraider un maximum que ce soit en faisant diversion, en se soignant/secourant ou en s'associant pour réparer plus efficacement un générateur, entre autres. De son côté, le tueur doit traquer et mettre à terre ses victimes afin de pouvoir les suspendre à un crochet en guise d'offrande à l'Entité (la mort) ! Si l'ensemble des survivants sont tués, le tueur remporte la partie... Sinon seuls les survivants réussissant à s'échapper seront victorieux. A noter qu'en cas de 1vs1 (1 tueur contre 1 seul survivant restant dans la partie), une trappe s'ouvre et permet de faciliter la fuite du survivant, trappe pouvant être fermée par le tueur et qui induit de ce fait une véritable course contre la montre pour être le premier qui arrivera à l'endroit.

Lorsqu'un survivant est mis à terre et que le tueur le place sur l'un des nombreux crochets disponibles dans la zone, ce dernier dispose d'un laps de temps durant lequel il peut soit tenter de s'échapper de lui- même (la probabilité étant très faible, et la contrepartie en cas d'échec étant trop importante, c'est rarement le bon plan) soit attendre qu'un autre survivant vienne le détacher. Si ce dernier est à nouveau suspendu sans avoir été soigné alors le délai sera très court et l'Entité viendra rapidement réclamer son dû !

La principale différence entre survivants et tueur, outre l'objectif qui est évidemment totalement opposé, se situe dans la vue imposée. Là où un survivant jouera à la troisième personne (TPS) et profitera ainsi d'un atout indéniable lui permettant de voir sur le côté/derrière un obstacle tout en restant caché, le tueur lui, doit se contenter d'une vue à la première personne (FPS). C'est cette différence qui permet aux survivants les plus aguerris de prendre le dessus sur le tueur. A noter que ce dernier dispose d'un champ de vision réduit et ne peut pas voir les survivants cachés dans les hautes herbes sauf en étant à proximité. Le tueur doit donc être particulièrement attentif aux signaux visuels (corbeaux qui s'envolent au passage d'un joueur, traces lumineuses au sol lorsqu'un survivant court ou encore traces de sang lorsqu'un survivant est blessé...) et sonores (bruits de pas, de l'environnement, des générateurs...) afin d'être efficace sur le terrain. Petite information qui a son importance : la présence de totems au nombre de 5 eux aussi, qui s'activent lorsque le tueur utilise certaines compétences et qui devront être, si possible, détruits par les survivants afin d'éviter toute mauvaise surprise surtout en fin de partie 😉

Voilà pour le déroulement type d'une partie, partie qui résulte donc d'un choix de survivant pour le joueur souhaitant endosser le rôle du chassé et du choix du tueur pour celui préférant être le chasseur.
Chaque personnage dispose de compétences ("perks") qui lui sont propres mais qui peuvent être débloquées pour l'ensemble des personnages, permettant ainsi, passé un certain temps, de jouer le personnage de son choix sans se soucier de ses bonus. Ces compétences s'obtiennent petit à petit en montant de niveau sur le personnage joué, une toile doit ainsi être complétée à chaque niveau et cette dernière vous propose de manière aléatoire des compétences et des objets/offrandes. Une fois la toile complétée, votre personnage passe un niveau ! Pour la compléter, vous devrez utiliser une devise spéciale, les points de sang qui sont remportés à chaque partie : plus votre score est important et plus vous en obtiendrez 😉

La fameuse toile, générée aléatoirement

Avant le lancement de chaque partie vous choisissez donc votre survivant/tueur, l'équipez d'objets/accessoires pouvant modifier drastiquement le gameplay et le déroulement d'une partie mais qui sont perdus en cas de défaite (le tueur les perd systématiquement !) et choisissez une offrande (bonus divers perdus en fin de partie) et vos compétences au nombre de 4 une fois votre personnage niveau 15+.

 

Devises en jeu

Il existe 4 devises très différentes en jeu :

  • Les "points de sang évoqués plus haut et permettant de faire progresser votre personnage au fur et à mesure de vos parties.
  • Les éclats irisés liés à votre progression en tant que joueur (compte) et qui sont principalement utilisés pour débloquer des compétences enseignables (évitant ainsi de "pex" un personnage pour les obtenir) ou bien encore personnages/objets de personnalisation cosmétique.
  • Les cellules d'Ora, devise cash shop offrant la possibilité d'acheter personnages/objets cosmétiques et pouvant être néanmoins obtenus dans la Faille des Archives (j'y reviendrai).
  • Le sérum putride, monnaie spécifique à la Faille du tome I des archives et à utiliser pour acheter des objets de personnalisation liés à cette dernière.

Jeu multijoueurs B2P oblige (on va dire ça...), des micro transactions existent donc au travers des cellules d'Ora ou bien encore via l'achat de passes de Faille (Battle Pass) voire tout simplement l'achat des DLCs offrant de nouveaux personnages (tueurs/survivants) et leurs compétences + d'éventuelles maps.

 

Les archives

Tout récemment incorporées au jeu, les Archives se divisent en tome et en faille.
Le tome offre de nombreux défis permettant d'obtenir des récompenses diverses dont des fragments de faille qui font progresser le rang de faille.
La Faille est un battle pass à deux branches, l'une totalement gratuite et une autre nécessitant l'achat du battle pass (passe de Faille), les récompenses de la branche payante étant bien évidemment plus intéressantes 🙂
L'objectif étant donc de progresser au niveau des rangs.

Le battle pass se retrouve désormais un peu partout sur les jeux en ligne (F2P et B2P) et permet d'inciter facilement le joueur à régulièrement faire des parties afin de progresser dans ce dernier en sachant qu'il est toujours à durée limitée. Si le concept est intéressant, sa mise en place sur un jeu tel que Dead by Daylight amène inéluctablement à des comportements qui ont un impact sur les parties. Si votre défi est de sauver X personnes des crochets lors d'une seule et unique partie, vous allez forcément vous focaliser là-dessus au détriment de l'objectif principal lié aux générateurs. Cela perturbe in fine le bon déroulement d'une partie misant sur la collaboration (côté survivants), idem côté tueurs. Sentiment mitigé vis à vis de ce récent ajout donc...

Cela vient d'ailleurs compléter les rituels journaliers qui "imposent" des objectifs sans pour autant véritablement dénaturer une partie.

Les rituels journaliers

 

DLC Stranger Things

Dead by Daylight - Stranger Things Chapter

Ce tout nouveau DLC apporte un nouveau tueur, le Démogorgon mais aussi les survivants Nancy Wheeler et Steve Harrington, tous les trois bien connus des fans de la série. Une nouvelle map est aussi disponible, le Complexe souterrain.

Le Démogorgon dispose de compétences ayant chacune un impact direct sur les générateurs et a la possibilité de se téléporter via des portails qu'il place dans la map. Nancy quant à elle affiche l'aura du générateur que l'on répare à l'ensemble des survivants ou bien marche plus rapidement lorsqu'elle est à son maximum de santé tout en disposant d'un soin automatique en se cachant dans un casier à condition d'avoir purifié un totem auparavant. Enfin, Steve évitera qu'un survivant sauvé ne laisse des trainées de sang, mettra en pause son timer s'il est lui même suspendu et qu'un survivant est à proximité ou bien encore se soignera automatiquement une fois détaché du crochet à condition d'avoir soigné un survivant au préalable.

La nouvelle map offre un environnement en intérieur (le troisième) ce qui contraste avec les autres maps qui sont en général en extérieur.

Bref les fans de la série devraient y trouver leur compte !

 

Le mot de la fin

Dead by Daylight continue d'évoluer année après année et incorpore petit à petit de nombreux personnages en provenance de licences s'y prêtant bien. Le jeu a énormément changé depuis son lancement en 2016 et, même si tout n'est pas toujours parfait, Behaviour Digital Inc. (développeur et éditeur du titre) assure un suivi qui semble contenter un maximum de joueurs. Petite réticence toutefois sur le récent ajout d'un battle pass et des dérives que cela peut engendrer durant les parties, à voir avec le temps !

A noter que le jeu est très souvent proposé gratuitement le temps d'un week-end, permettant ainsi à tout un chacun de s'y essayer avant un éventuel achat 🙂


Jeux du moment

>> Liste complète <<