Publicité

Concrete Genie — À toi l’artiste !

Concrete Genie est un jeu développé par PixelOpus qui nous propose donc une aventure singulière pour toute la famille. Les génies de la peinture se sont-ils penchés sur ce jeu ? Ou bien est-ce plutôt le démon du jeu ? La réponse un peu plus bas, sans (trop) de spoil, sur ce jeu testé sur une PS4 Pro.

 

Histoire

Vous contrôlez Ash, résidant dans la ville de Denska qui, après avoir passé nombre d'années visiblement agréables dans cette ville, est devenu un souffre douleur pour les brutes du coin, ainsi que le contemplateur de la déchéance de cette ville consumée par les ténèbres. Le jour où l'une de vos créations prend vie après avoir été expédiée dans un phare par les délinquants qui vous harcèlent, vous découvrez un pinceau qui vous permet de transposer votre art sur les murs de cette ville pour nettoyer la corruption. Votre grande aventure commence...

 

Design & ambiance

L'ambiance du jeu est réellement réussie dans son contraste de ville complètement fantomatique, rongée par les ténèbres, qui vous laisse place pour faire votre boulot. Visuellement, on voit que le soin apporté par PixelOpus a payé : que ce soit les peintures, les génies, les décors, ou bien les reflets dans l'eau, tout a été peaufiné pour nous en mettre plein la vue. Même si ma PS4 Pro a parfois eu besoin de se ventiler, je n'ai jamais eu le moindre souci au niveau des frames. L'ambiance sonore et visuelle fonctionne parfaitement pour livrer un produit immersif, que l'on prend plaisir à visiter pleinement.

 

Gameplay

Le jeu se compose réellement en quatre zones et en deux phases. L'une des phases est celle qui va nous faire explorer le jeu et peindre pour éliminer les ténèbres qui recouvrent cette ville, la seconde sera vers la fin du jeu : une phase d'action où l'on devra combattre. Il est réellement intéressant de noter que le passage de ces deux phases modifie le gameplay de manière profonde, mais était-ce vraiment la chose à faire ?

 

Phase peinture

Avant toute chose, le jeu nous propose le contrôle via la détection de mouvement par la manette. Cependant il est possible d'activer le contrôle via les sticks assez rapidement dans l'aventure.

Contrôle via la détection de mouvement : pour moi, je pense que c'est la meilleure manière de jouer à ce jeu. Cela demandera de l'adaptation, de la précision, un peu plus d'effort, mais je trouve que c'est largement plus amusant et gratifiant que les sticks.

Contrôle via le stick : pour ceux qui n'ont vraiment pas envie de s’embêter, ce sera le meilleur moyen de jouer. Plus simple, plus rapide, mais également moins immersif, cela reste un choix tout à fait valable si l'on n'arrive pas à se dépatouiller avec la détection de mouvement.

La phase peinture nous lance dans la première zone où notre but, comme dans TOUTES les zones du jeu, sera d'allumer les ampoules qui sont au mur. Cela peut paraître basique et rébarbatif, mais pour ma part, j'ai pris ça surtout comme un prétexte pour explorer la ville et trouver tous les petits secrets qui traînent ici et là...

Vous devrez trouver toutes les pages de votre carnet, qui débloqueront des croquis utilisables et personnalisables  sur vos peintures murales, qui sont disséminées un peu partout dans la ville et, pour vous aider à progresser, vous pourrez donner vie à des génies. Successivement, vous aurez aux emplacements prévus fait appel à des génies élémentaires (de feu, de foudre, de vent) pour vous aider dans les différents casse-têtes que propose le jeu. Même si, pour être honnête, ce côté est un peu anecdotique tant il est obligatoire, certes, mais trop peu présent.

Les génies seront là pour vous aider à avancer, mais également à charger votre pinceau en super-peinture qui nettoie les ténèbres. En leur créant une oeuvre selon ce qu'ils demandent, les génies seront comblés et, par ce biais, chargeront votre pinceau. Il existe également des marques, un peu partout, qui débloquent des pages de croquis en accomplissant les demandes des génies avec des œuvres.

Une fois une zone nettoyée et l'ampoule allumée et, selon votre envie, avoir chassé toutes les pages pour remplir votre carnet, vous pourrez passer à la zone suivante. Cependant, il faut prendre en compte deux choses : les puzzles et plate-formes, et les lascars. Même si ces seconds sont réellement peu gênants, car il suffit de les attirer dans un coin pour passer dans leur dos, s' il vous attrapent et vous tiennent pour de bon, vous finirez dans une poubelle (oui j'ai voulu essayer).

Les puzzles et plate-formes sont assez simples à comprendre et sont davantage présents comme prétexte à bloquer la progression via des portes et autre choses pour que le joueur finisse la zone. On ne va pas se croire dans un Tomb Raider ou autre, c'est sûr, mais ça reste intéressant pour la pêche aux pages qui se cachent absolument partout.  Une fois les quatre zones effectuées, on passe à la seconde phase de jeu...

 

Phase combat

Après un événement particulier, vous devrez passer par une phase de combat qui vous permettra d'utiliser trois types d'éléments (feu, foudre, vent) au fil de votre progression, chacun ayant une utilité et un but différents. Vous devrez chasser des créatures, les calmer et ensuite passer à la suivante en refaisant les zones que vous avez finies les unes après les autres. Vous aurez également deux nouvelles compétences : l'esquive et la course sur peinture, qui vous permettra d'aller beaucoup plus vite et d'augmenter la portée de vos compétences d'attaques.

Après les combats franchement un peu ennuyeux, vous arriverez au boss, et à la conclusion finale du jeu qui s'avère un poil trop simpliste à mon goût. Je pense que cette phase aurait pu donner beaucoup de choses, mais a été mal implantée ou mal exploitée et, même si elle apporte un plus vraiment intéressant, aurait dû être un peu plus pêchue et différente. Sans parler de point faible, elle constitue un point en demi-teinte à mon sens.

 

Peinture libre

Ce mode est accessible dès le début et vous propose de peindre de manière totalement libre sur les murs des zones qui vous intéressent. Pour ma part, j'ai un faible pour le village et ses reflets au sol qui permettent de sublimer nos œuvres.

En s'essayant à la peinture libre, c'est également la meilleure façon de faire les succès que l'on n' a pas fait durant l'aventure, ou bien simplement de laisser libre cours à son imagination de manière la plus simple qui soit : trouver son mur, peindre, trouver un autre mur, peindre, etc... De plus, vous pourrez trouver des emplacements de génie qui viendront se mêler à vos créations. Petit bonus, vous aurez accès à la course sur peinture pour vous déplacer plus vite.

 

Durée de vie

Pour une trentaine d'euros (et dix euros de plus pour le DLC), vous en aurez pour une petite dizaine d'heures en faisant l'aventure et en chassant les pages, trouvant les marques, etc. Néanmoins, le mode de peinture libre pourra vous donner largement plus d'heures de jeu, que ce soit par petite session ou bien juste pour vous détendre après vous êtes fait massacrer sur un FPS divers pour la dix-huitième fois, ou bien être tombé sous les coups du même boss douze fois de suite sur un Xème jeu...

 

La VR

Kyotenshi a testé également la partie PS VR du titre :

Concrete Genie dispose également d’un mode VR, intitulé « Expérience en VR ». N’espérez donc pas traverser Denska en réalité virtuelle, le mode VR se contentant de 2 environnements 3D et quelques tableaux en 2D pour exprimer nos talents d’artiste. Tout comme le jeu standard, vous ne pourrez pas réellement peindre. Vous devrez apposer des motifs sur les surfaces, piochés dans le carnet de notre héros. Les différents motifs se débloqueront en accomplissant les différentes requêtes de Splotch, qui ne sera pas, cette fois-ci, attaché à votre dos. On déplorera tout de même un choix de motifs plus restreint que dans le jeu de base, ce qui limite grandement l’intérêt de l’expérience, auquel on ne consacrera guère plus d’une heure. Techniquement, la résolution pique un peu, mais le jeu reste assez joli. En ce qui concerne les contrôles, la prise en main se fait très naturellement, le combo de PS Move répondant au doigt et à l’œil.

 

Résumé

Concrete Genie a été conçu pour être un divertissement pour toute la famille. Alors oui... il souffre de nombreux défauts qui viennent éventuellement entacher l'ensemble (manque de diversité des objectifs, phase de combat en demi-teinte, puzzle trop simpliste), il n'en reste pas moins un jeu qui nous en envoie plein la vue, rempli de couleur et d'imagination. Il est mettable entre toutes les mains et reste pour ma part un jeu sur lequel j'ai passé de vrais et agréables moments. Pour le côté VR, je trouve un peu dommage que le jeu soit aussi limité au final... peut- être qu'une mise à jour modifiera cela, mais je n'y crois pas trop.

Disponible sur PlayStation Store, également compatible avec le PlayStation VR.


Jeux du moment

>> Liste complète <<