Publicité

Night Call – Vis ma vie de taxi parisien

Jouer un chauffeur de taxi dans une ville comme Paris me donnait envie, et les divers trailers et vidéos de gameplay que j'avais pu voir n'étaient pas parvenus à entacher l'intérêt que j'avais pour ce jeu, bien au contraire, je trépignais d'impatience à l'idée d'y jouer. C'est donc avec un intérêt certain que j'ai lancé Night Call, et ma joie s'est muée en peine après quelques heures, tant mon impression est mitigée.

Après chaque course, on se retrouvera sur cette belle carte de Paris !

La chose qui frappe avant tout, et qui donnera envie de poursuivre l'aventure, c'est la qualité des dialogues. En bon chauffeur de taxi, notre tâche principale sera de récupérer des clients à en endroit, pour les emmener à bon port ensuite. L'humain étant ce qu'il est, il ne suffira que de quelques secondes pour qu'il fasse la conversation avec notre protagoniste, en abordant des sujets plus ou moins sérieux. On passera donc d'une course où un dragueur raconte sa méthode infaillible pour draguer à l'aéroport, à celle d'un DJ raté et totalement ivre qui exprime ses regrets, en passant par un couple de femmes qui cherche le meilleur prétendant pour une FIV...voire même à des rencontres un peu plus exotiques. Je ne m'étendrai pas davantage sur les clients, histoire que vous puissiez découvrir par vous-même.

Vivre un petit pan de vie de chaque client est intéressant, et participer (dans une certaine mesure) à leur choix l'est tout autant. Nos interactions sont certes limitées  et cantonnées à différents types de répliques (compassion, sarcasme, ignorance...), mais grâce à  l'écriture de notre "héros", on a un peu l'impression d'être le psychologue de quartier qui fournit une consultation gratuite pendant une course, et le fait de recroiser certains clients plusieurs fois participe à cette sensation. Une sorte de lien se crée, futile mais présent, et la confiance naît dans ce petit habitacle en métal.

Certains clients sont plus étranges que d'autres !

Ces rencontres permettent également de glaner des informations, qui nous aideront à résoudre les différentes enquêtes du jeu. Chaque scénario correspond à une enquête spécifique, et l'on fera progresser cette dernière après chaque nuit passée, à l'aide d'un tableau sur lequel sont présents 5 suspects. Après avoir analysé les différents indices, des éléments apparaîtront sur le tableau, vous permettant d'en apprendre plus sur chaque personne, et de trouver le coupable.

Et c'est là où le bât blesse. Les 3 enquêtes sont calquées sur le même schéma. En dehors du nom du suspect qui change, on ne distinguera quasiment pas de variations sur les 3 scénarios. Et c'est bien dommage. Qui plus est, le jeu a une fâcheuse tendance à vouloir tout gérer. Le système d'enquête du jeu en pâtit donc, puisqu'on se retrouve avec un système qui lie les éléments entre eux sans que l'on puisse interagir... Difficile donc de se tromper de suspect, surtout que, si par mégarde vous sélectionnez un mauvais coupable, vous aurez droit à une certaine méfiance de la part des forces de l'ordre, qui vous feront gentiment comprendre que choisir un autre coupable serait plus pertinent.

Une fois sa tournée terminée, on rentre chez soi pour avancer dans l'enquête

Seul l'aspect "gestion" du titre parviendra à complexifier  l'aventure. Cet aspect n'est pas bien profond mais demandera un certain équilibre, et se manifestera via 2 éléments : la fatigue et l'argent.

Pour la fatigue, elle se manifestera pendant les phases d'enquêtes. Une jauge sera visible en haut de l'écran, et diminuera à chaque fois que vous analysez un élément fourni par un client ou un lieu visité. En ce qui concerne l'argent, c'est là où il faudra gérer : vous devrez générer suffisamment de recettes pour pouvoir continuer l'aventure. Chaque course rapportera quelques précieux euros, ainsi qu'un pourboire plus ou moins généreux en fonction du client, vous pourrez aussi gagner quelques deniers en achetant des jeux à gratter. Il faut être un peu chanceux, mais ça peut parfois soulager le porte-monnaie ! Côté dépenses, on s'en doute, ça grimpe vite : il y aura les charges quotidiennes : les cigarettes de votre protagoniste, sa nourriture, et la part de gain à reverser à votre compagnie de taxi. Plus ponctuel et coûteux : le plein d'essence, qui devra être fait à quelques reprises pour chaque enquête, et qui creusera un joli trou dans le budget. Vous pourrez aussi, si vous le souhaitez, acheter le journal (qui permet de glaner quelques indices).

Un petit bilan est dressé après chaque nuit pour lister les personnes rencontrées, les indices glanés, ainsi que les revenus et dépenses de chaque jour

C'est la seule difficulté du jeu : si vous ne choisissez pas les bonnes courses, vous allez vite vous retrouver en difficulté, et ça peut vite signer la fin de l'aventure. A noter que, en fonction du mode de difficulté sélectionnée, les gains varieront beaucoup. Le premier mode de difficulté vous permettra de compléter de manière peinarde l'enquête, et vous n'aurez pas à vous soucier de l'argent, tant les clients sont généreux. En revanche, les derniers modes de difficultés vont mettre votre compte en banque à rude épreuve.

En ce qui concerne l'aspect technique, j'ai rencontré quelques bugs : des passagers sur lesquels je ne peux pas cliquer (pas trop gênant), voire qui n'apparaissent pas et qui nécessitent de relancer le jeu (un peu plus problématique). Le jeu a également crashé à 3 reprises. A noter que depuis le patch déployé jeudi, je n'ai plus rencontré de souci particulier. Artistiquement, c'est très soigné, le Paris en noir et blanc dégage une ambiance polar du plus bel effet, et même si les décors en fond se répètent, ça ne dessert jamais le jeu, soutenu par une bande-son discrète mais qui colle parfaitement au côté polar du jeu.

On verra certaines personnes plusieurs fois durant son aventure, et on suivra la progression de ces intrigues parallèles

Que retenir donc de ce Night Call ? Son écriture, assurément, on lira avec un intérêt certain les différents échanges, et on se surprendra à s'attacher à certains passants, après un trajet de seulement quelques minutes. L'ambiance participera également à l'immersion, et permettra de se mettre dans la peau de ce chauffeur de taxi durant quelques heures. Toutefois, l'expérience sera limitée par des ajouts qui paraissent bons sur le papier, mais qui sont exploités trop maladroitement. Ainsi, la gestion de l'argent frustrera plus qu'autre chose dès qu'on choisit un mode de difficulté assez corsée. Dans un mode de difficulté bas, pour profiter de l'écriture et de l'ambiance, pourquoi pas ! Mais ne vous attendez pas à un jeu d'enquête complexe.


Jeux du moment

>> Liste complète <<