Publicité

Goat of Duty – Les chèvres passent au FPS

Les chèvres sont particulièrement populaires dans les jeux vidéo en ce moment... Après l’indétrônable (et ridicule) Goat Simulator, voilà maintenant le tour du FPS : Goat of Duty. Développé par 34BigThings et Raiser Games, ce nouveau jeu de tir est sorti le 10 juillet en accès anticipé sur Steam. Intriguée autant que perplexe, j'ai mis mon a priori de côté pour partir bêler sur les champs de bataille... et j'ai été agréablement surprise.

Mais laissez-moi vous le présenter plus en détail, en commençant par un trailer :

Il y a quatre modes de jeu (cinq en comptant l'entraînement) :

  • Dernière chèvre : aucune règle lors de ce match où l'objectif est juste de tuer le maximum de chèvres ennemies, en évitant de mourir bien sûr.
  • Guerre de troupeau : un match à mort en équipe (Team Deathmatch) où une nouvelle fois l'objectif est de tuer le maximum d'ennemis de l'équipe adverse, tout en défendant les membres de sa propre équipe.
  • Furie de cabris : chaque chèvre débute avec un lance-roquettes, puis l'arme change automatiquement toutes les deux tueries.
  • Fus Ro Arena : ce mode exclusif se déroule dans des arènes spéciales dans lesquelles les chèvres sont équipées d'une arme spéciale qui repousse. L'objectif est d'éjecter les ennemis hors des limites de la carte ou de les faire sauter sur des cubes tueurs.

Les parties sont hébergées par des joueurs volontaires, qui choisissent le mode de jeu par défaut. Ce mode semble ensuite bloqué pour tout le reste de la session. La carte par contre est sélectionnée au vote après chaque match, permettant ainsi de changer souvent d'environnements. Le jeu met en relation les joueurs entre eux, de 2 à 10 chèvres suivant les cartes, et une fonctionnalité est en place pour que les amis puissent se retrouver.

Une fois en jeu, les chèvres bougent très vite et sautent très haut, offrant un rythme général effréné. Les joueurs galopent partout et bondissent à tout va dans un joyeux bordel. Il n'est pas toujours facile de suivre le rythme, mais c'est l'objectif annoncé : le but est de proposer quelque chose d'amusant, sans besoin d'élaborer des stratégies compliquées ou d'apprendre à maîtriser des classes diverses. Tout le monde est sur un plan d'égalité, seul le talent compte... et un peu de chance aussi !

La jouabilité est bonne avec des tirs destructeurs et un arsenal varié doté d'une bonne précision globale. Les cartes des trois modes classiques sont bien équilibrées, conçues pour offrir suffisamment de cachettes, sans en abuser, avec des boosts, des seringues de soin et des armes à récupérer un peu partout. Les cartes des arènes du mode Fus Ro Arena sont elles spécifiques et meurtrières : composées de différentes plateformes aériennes, la moindre erreur est fatale. D'autant plus que des cubes armés de pointes ou parcourus d'électricité sont dispatchés un peu partout pour achever les chèvres trop proches... ou qui sont poussées par un adversaire.

Les graphismes sont corrects, il y a plus beau, il y a également bien pire. Cela fonctionne bien. La musique est optionnelle, j'ai rapidement fait sans, et les bruitages sont amusants, sans plus.

Un tableau de scores s'affiche à la fin d'un match et résume les performances de chacun en terme de tués et de morts subites. Mes scores ont été assez aléatoires, allant de la seconde place à la dernière. Les opportunités se créent, mais parfois elles ne viennent tout simplement pas. Sur des parties qui durent généralement cinq minutes, les occasions de remonter au classement sont assez maigres. Mais cela donne également l'occasion de repartir d'un meilleur pied tout aussi vite.

La moyenne tué/mort amène au gain d'une quantité d'expérience donnée, faisant grimper à travers des niveaux, qui débloquent des apparences plus farfelues les unes que les autres. Voilà pour mes trois préférées :

 

Pour conclure, Goat of Duty est un jeu chèvrement amusant, sans prétention, qui vous amusera ponctuellement pour des parties effrénées de cinq minutes maximum. L'aspect "chèvre" peut faire peur. Pourtant, au-delà du ridicule des chèvres, cela fonctionne plutôt bien. Si vous aimez les jeux de tir à l'ancienne, l'investissement de 7€ vaut clairement le coup, ne serait-ce que pour supporter les développements futurs prévus par le développeur. En plus, le jeu est traduit en français; alors que demander de plus :


Jeux du moment

>> Liste complète <<