Publicité

Pawarumi – Jan Ken Paw !

Tiens, cela faisait longtemps que je n'avais pas raconté ma vie en intro. Au moins 2 tests de cela !

J'aime à peu près tous les genres de jeux. Il n'y a guère que les jeux de sports et de course pure et dure pour lesquels mon cœur, à quelques ultra rares exceptions, a envie de vomir. Dans la catégorie des jeux que je tolère par contre mais vraiment si je n'ai rien d'autre sous la main, il y a les Tactical RPG qui jouent avec les probabilités pour faire rater un tir à bout portant au fusil à pompe dans lequel le jeu m'indique pourtant 100% de réussite et que j'évite à cause de ces mêmes probabilités généralement aberrantes malgré certains concepts tactiques forts intéressants sur ce genre de titre.

Aujourd'hui, nous n'allons donc pas parler d'un Tactical RPG, mais d'un Shoot Them Up. Oui, parce que j'aime les shoots. Pas tous, j'exècre les Manic Shooter qui sont plus du par coeur qu'autre chose et que le par coeur ça m'ennuie d'une puissance et ne m'amuse pas. Mais à petites doses, un bon petit shoot c'est plaisant. Nous sommes pile dans cette période. Tous les 4-5 ans environ, je tombe sur un Shoot Them Up et me dis : "Le concept est chouette, l'univers est futuristico-aztèque, si j'y jouais ?" C'est donc Pawamuri, un shoot them up à scrolling vertical, qui se retrouve ce coup-ci entre mes mains dans sa version Xbox One - mais le jeu est également disponible sur Playstation 4 et Switch - et qui va avoir la très lourde tâche de représenter les Shoot Them Up pour ces 4-5 prochaines années et me faire oublier le dernier, une bouse assez odorante.

Dans Pawamuri, vous êtes aux commandes d'un vaisseau assez spécial, puisqu'il possède 3 tirs, chacun étant régi sous un équilibre trinitaire : le tir serpent (vert) qui correspond à une sorte de mitrailleuse arquée, le tir condor (bleu) qui consiste en un rayon laser en ligne droite et le tir rouge (jaguar) nécessite d'être un peu plus proche de ses ennemis pour envoyer des missiles guidés sur les cibles lockées selon un système de cône de vision. Jusque là, rien de plus facile à assimiler, mais cela ne va pas durer, car voyez- vous, chaque tir a des effets différent selon le type de vaisseau adverse qu'il touche. Ainsi le tir vert sur un vaisseau vert infligera moins de dégâts, mais rechargera progressivement les boucliers du vaisseau (vie). Sur un vaisseau bleu, les dégâts seront standards, mais rechargeront la jauge de l'arme spéciale. Quant aux vaisseaux, ils subiront plus de dégâts (crush). Chaque tir possède ces affinités avec les autres couleurs. Un peu délicat de se rappeler dans le feu de l'action qui interagit comment avec quoi. Rappelez-vous juste que tirer sur un vaisseau avec sa propre couleur recharge votre jauge de bouclier. Le reste viendra avec le temps et, si vous avez un trou de mémoire, c'est de toute façon indiqué dynamiquement sur le bas de l'écran.

En plus de vos 3 tirs, pour peu que votre jauge soit remplie, vous pourrez utiliser un tir spécial dont la puissance augmentera selon le nombre de fois où votre jauge est chargée (jusqu'à 3 niveaux). Bien pratique pour vider l'écran ou pour infliger d'énormes dégâts à un boss trop taquin.

Visuellement le jeu est très coloré et les vaisseaux sont bien animés, même si le scrolling du décor donne un effet bizarre par moments. Un peu comme si on était devant un fond vide sur lequel on fait déplacer des vaisseaux. Les commandes répondent au quart de tour et il va falloir au moins cela pour esquiver les tirs qui peuvent envahir l'écran si vous vous laissez déborder.

Venons-en aux points qui fâchent, maintenant. La prise en main exploite par défaut les boutons de face, (bouton bleu pour le tir bleu, bouton rouge pour le tir rouge, bouton vert pour le tir vert et bouton jaune pour le tir spécial), le joystick servant à se déplacer librement sur l'écran. Personnellement cette configuration ne me convient pas, alors j'ai modifié les touches comme le permet le jeu. Bien utile. Cependant il aurait peut être été mieux que, lorsqu'on redémarre le jeu, ce dernier s'en souvienne ! Alors oui, les boutons dans les options sont toujours théoriquement affiliés aux touches qu'on a indiquées, mais en jeu, les touches des trois tirs de base reprennent aussi le dessus, faisant que le tir spécial passe à la trappe. On est alors obligé pour retrouver toutes les fonctionnalités du vaisseau à chaque lancement du jeu de retourner dans les options, de réinitialiser les commandes par défaut et de remapper tout cela à sa convenance. Fastidieux...

Le jeu en lui même propose une histoire complètement anecdotique, normal pour un Shoot me direz-vous. Mais pour ce titre résolument orienté arcade, 5 niveaux c'est vraiment trop peu. Alors oui, devoir enchaîner les 5 en une seule vie pour finir le mode arcade dans chacune des 3 difficultés est un challenge en soi, oui le mode entraînement permet de s'entraîner sur un niveau et une difficulté déjà finis (allez comprendre la logique) mais cela rend le titre finalement très répétitif et très frustrant à cause de cette répétitivité et cette impossibilité d'apprendre à connaître le niveau avant de s'y attaquer sérieusement. Je sais : pas vous, mais moi, lorsque je me lance dans à une compétition, je m'entraîne pour me préparer, pas l'inverse.

Bref, Pawarumi est un Shoot Them Up avec un concept génial, mais dont l'exécution un peu maladroite et la relative courte durée de vie du titre font qu'on reste un peu sur notre faim malgré son potentiel fun indéniable :

 


Jeux du moment

>> Liste complète <<