Publicité

Battle Worlds: Kronos – Du tour par tour pour les pros

Créé grâce au financement participatif sur Kickstarter, Battle Worlds: Kronos a réussi à récolter 260 235$ en... avril 2013. Mais si je vous parle de ce jeu, d'ailleurs sorti fort peu après cette campagne réussie sur ordinateurs, c'est en raison de sa réédition récente sur la console Nintendo Switch avec THQ Nordic.

Le studio KING Art Games n'en est pas à son premier portage. En effet, à l'été 2014, le jeu avait déjà été adapté aux plateformes mobiles, avec une sortie Android/iOS en août 2014, suivie par une version sur navigateur et Ouya. Il n'en est pas non plus à son premier jeu. Un second titre a été financé sur Kickstarter en 2015, The Dwarves, un jeu de rôle fantasy sorti fin 2016. En 2018, un troisième titre signe le retour au jeu de stratégie avec Iron Harvest dans un fulgurant succès : la campagne en avril 2018 a récolté 1,3 million de dollars !

Mais revenons donc à Battle Worlds: Kronos dans sa version Switch. Je ne suis pas une professionnelle du jeu de stratégie, je suis même particulièrement mauvaise, je n'ai donc malheureusement pas réussi à aller très loin dans la campagne et vous m'excuserez par avance sur les lacunes évidentes que cet article contiendra. J'ose cependant espérer que cela offrira aux intéressés un premier aperçu.

Dès l'interface, l'âge du jeu se ressent, mais il est très vite oublié car, pour une fois, l'écran tactile est pris en charge. Trop souvent, les portages des jeux PC sur la console de Nintendo oblitèrent totalement cette fonctionnalité, se contentant d'offrir des commandes aux manettes. Comme je le découvrirai peu après, cela est également vrai une fois en jeu, offrant ainsi des doubles raccourcis écran/manette, ramenant à ce que les habitués du genre connaissent avec la combinaison souris/clavier. Même si les doigts sont parfois un peu gros, cela est très appréciable.

Deuxième chose que je remarque aussi très rapidement après avoir passé le jeu en français (il faut penser à faire un tour dans la configuration car le jeu se lance par défaut en anglais) : certains accents ne fonctionnent pas. Cela n'est pas systématique non plus, je n'ai pas trop réussi à comprendre la logique. La traduction est correcte, il n'y a pas de faute d'orthographe, mais on sent un peu trop souvent la traduction littérale et un manque d'uniformisation (il n'y a sans doute pas eu de relecture en situation pour assurer une cohérence d'ensemble).

Passons maintenant au contenu en lui-même :

  • Campagne, répartie en trois chapitres : une nouvelle guerre, un nouveau monde et trains pour un total de 17 missions.
  • Solo avec des défis se déroulant sur les quatre cartes : gardiens du temple (défendre le temple aussi longtemps que possible et détruire des ennemis), marchandises volées (capturer les transporteurs et les escorter), 10 champs de bataille (passer les lignes ennemies et s'emparer de points) et capturez- les tous (attaquer puis défendre des points).
  • Multijoueur avec 16 cartes officielles.

Si vous jouez également sur PC, vous remarquerez l'absence du support de cartes non-officielles créées par la communauté. En fait, toute cette partie a été supprimée de la version Switch, qui propose donc un contenu moins important que son aînée, sans générateur de carte ni catalogue pour les découvrir.

Pour en revenir au gameplay, la copie proposée est très propre, s'inspirant directement de standards tels que Battle Isle ou Advance Wars pour les connaisseurs. À son tour, chaque joueur gère ses unités, avec la possibilité de les déplacer sur une grille composée d'hexagones ou d'effectuer une action offensive, le tout dans la limite des points d'action de chacune. Les unités possèdent leurs avantages et leurs inconvénients, et elles sont plus ou moins efficaces suivant les situations. Vous l'aurez compris, il faudra donc choisir avec soin quelle unité déployer contre telle autre, et jouer avec les portées minimales et maximales pour maximiser les dégâts produits, tout en minimisant les dégâts subis. Même si ça semble couler de source, le jeu est difficile, très difficile, l'intelligence artificielle ne laissera passer aucune erreur. Un panneau met pourtant les choses au point lors de la première mission de la campagne : si vous n'y arrivez pas, ce n'est pas que le jeu est trop dur, mais que vous n'avez pas tout compris. Et j'ai pu le tester à mes dépens... pestant contre ce message qui réapparaît à chaque tentative. Je suis morte trois fois avant de réussir péniblement à accomplir cette première mission, tout ça pour mieux échouer ensuite. Et je suis dans la difficulté la moins élevée !

Les raccourcis sur les manettes doublent les actions pouvant être effectuées à l'écran. J'ai assez vite préféré tout faire au tactile, qui offre une meilleure précision et réactivité, n'utilisant la manette que pour quelques actions rapides (comme terminer le tour avec X).

L'interface est claire et donne les informations essentielles, avec sur la gauche toutes les actions effectuées, et des calques activables/désactivables qui procurent des informations complémentaires (portée des véhicules, couleur des ennemis, hexagones de la carte...). Un compteur sous la mini-carte à droite indique le nombre d'unités ayant encore des points d'action. Une touche dessus  emmène directement sur l'unité en question : très appréciable lors des larges mêlées, durant lesquelles oublier un véhicule arrive vite.

Un petit mot sur l'ambiance avant de conclure. Il est très clair que l'accent a été mis sur les combats et la stratégie, tout le reste parait donc assez accessoire. Il y a une petite histoire malgré tout durant la campagne, et même des dialogues, avec des choix des sujets à aborder.

Du côté des graphismes, les unités se ressemblent beaucoup dans une vue globale, cela s'améliore un peu en zoomant au maximal (que ce soit avec la manette ou au doigt), même si ça reste globalement de petits véhicules de guerre assez peu variés. Les environnements sont classiques, alternant forêt et prairie, avec des étendues d'eau plus ou moins grandes qui concentrent l'action, que ce soit sur des langues de terre ou des ponts n'offrant parfois qu'une seule case de large. Mais les mêmes décors reviennent, encore et encore.

La musique est martiale, un poil répétitive, sans que cela ne soit réellement gênant dans la mesure où il y a déjà bien assez à penser, et bien peu de temps pour profiter de l'environnement sonore.

 

Pour conclure, je ne peux conseiller ce jeu qu'aux connaisseurs. Les joueurs occasionnels se lasseront rapidement, et ne pourront profiter que d'un pourcentage ridicule du titre qui offre tellement aux bons joueurs à la recherche d'un véritable défi. Si vous avez envie de jouer sur PC, à l'occasion des soldes Steam d'été, le jeu est actuellement à -75% !


Jeux du moment

>> Liste complète <<