Publicité

PixARK – Des dinos au carré

Minecraft a été une égérie vidéo-ludique pendant des années. Aujourd'hui encore, le jeu a un fort taux de fréquentation sur tous les supports imaginables. Et comme tout jeu à succès, des concurrents se sont mis à approcher le marché juteux des jeux de construction, de minage, chacun essayant de se démarquer du mastodonte afin de survivre. C'est ainsi que sont apparus Terraria, Dragon Quest Builders ou encore, et c'est celui qui nous intéresse aujourd'hui, PixARK sur Xbox One.

Mais qu'est-ce donc que ce PixARK ?
Pour faire court : un ingénieux mélange de jeu de guilde avec la licence MMO ARK, monde persistant.
Pour faire encore plus court : un beau gâchis.

Je vois déjà de nombreux fans d'ARK venir avec des pieux et des canons lasers pour venir me faire regretter ces paroles, alors je vais faire un test court pour une fois, histoire de pouvoir intégrer le programme de protection des testeurs.
Le gros souci du jeu, celui qui gâche tout le charme du titre, le gameplay, car la durée de vie a un seul et unique nom : la prise en main.
Voyez-vous, le jeu a été testé sur console. Xbox One pour être précis, mais la version PS4 ne doit pas être bien différente (j'écarte volontairement la version Switch qui, par la nature de la console, a eu un traitement différent, en tout cas je l'espère). Et bien pour consoles, les développeurs ont un peu oublié que ce n'est pas parce que le clavier et la souris sont depuis peu pris en charge officiellement par les deux constructeurs qu'il n'est pas nécessaire d'adapter la jouabilité et l'interface pour une manette !

Chaque action est un pur calvaire d'ergonomie et les menus sont une horreur à appréhender et à naviguer dedans. Atteindre certaines options des menus est un vrai cauchemar et surtout lorsqu'on sait qu'il n'y a aucun raccourci pour valider une action de menu, demandant donc de tenter de rediriger à nouveau la sélection sur l'icône de validation. Chose bien plus facile à dire qu'à faire,  car on essaie frénétiquement d'atteindre la case désirée, mais le curseur la saute, allant directement à l'opposé de l'écran, ce qui demande de faire des détours incroyables pour atteindre une option juste en dessous. Quand on sait que le craft, élément essentiel au jeu, se fait dans ces mêmes menus, cela devient tout simplement du masochisme.
Dès lors, jouer devient une plaie. Alors oui, il y a eu un semblant de portage des contrôles pour les déplacements du personnage et la barre de raccourci notamment. Mais même le peu qui a été fait, notamment du côté de la barre, est contre-intuitif.

Ainsi, partir à l'aventure préhistorique, dresser des créatures, construire une base, survivre dans ces contrées sauvages et dangereuses, évoluer dans une guilde devient le cadet de vos soucis, voire même pas assez motivants pour surmonter cette prise en main catastrophique sur console. Surtout que ce n'est pas la gestion des sauts on ne peut plus aléatoire qui va arranger quoi que ce soit en cas de fuite face à un danger trop grand ou pour la constructions de bâtisses. Et je ne dis pas ça à cause de l'inertie un peu plus importante que ce dont nous avons droit habituellement, mais bel et bien parce que les sauts ne sont pas toujours pris en compte...

Seuls les joueurs PC ou ceux qui ont un clavier et une souris pour leur console arriveront probablement à s'amuser, ce lourd fardeau des menus en moins. Mais à la manette, c'est pour le moment même pas la peine de penser s'y essayer et c'est bien dommage, car on sent dès les premières minutes de jeu, un potentiel d'amusement non négligeable bombardé par une prise en main complètement bâclée. Et sincèrement, c'est extrêmement dommage. Peut-être qu'une prochaine mise à jour corrigera le tir, mais pour l'instant, je ne peux que conseiller de s'aventurer d'y jouer sur console.

Vous pourrez acheter PixARK pour 39,99€ :


Jeux du moment

>> Liste complète <<