Publicité

Mortal Kombat 11 – Q est jaloux maintenant

*Une scène du quotidien*
- Je t'enfonce un balai dans les fesses pour t'éplucher façon quebab !
- Je te plaque au sol et te saute dessus pour faire équlater ton torse !
- Je t'arrache un bras pour te l'enfoncer dans l'anus, puis l'autre que je fourre dans ta bouche et j'aqroche ma veste avec ta version porte manteau !
- Je te fais éqouter toute la disqographie de Jul !
-... Euh, ça qraint ça. La qonvention de Genève, qrimes contre l'humanité, tout ça.
- Ah ouais t'as raison. Désolé. Alors je t'émasqule avec les dents et quauterise la plaie à l'acide sulfurique !
- C'est mieux !

Vous faites quoi les qopains ? Vous ne seriez pas en train de jouer au fameux jeu Kakamou Kakamou Kakamou...

-... Ça, c'est ce qui va sortir de ton derrière une fois que je t'aurai gavé des fayots de force puis pendu avec tes boyaux préalablement arrachés à vif si tu finis ce jingle qomplètement débile.

-... Lox !
Bingo, t'as gagné.

*qris de souffrance et de douleur ultime*

Non mais, oser nous interrompre pendant notre entraînement aux fatalités.
- Quel goujaterie ce mal élevé !
- Quarrément ! Tu veux du suqre avec ton thé ?
- 2, tu seras bien aimable. Merci, mon cher. Oh, suis-je distrait, j'allais oublier d'avoir le petit doigt levé. Ohohoh !

 

Déjà le troisième Mortal Kombat de la nouvelle timeline et les choses se gâtent. En effet, Raiden a légèrement pété les plombs à la fin de MK X sous l'influence du médaillon de Shinnok et privilégie désormais la tyrannie et l'offensive préventive du Royaume Terre, plutôt que la défense, transformant l'anciennement bienveillant dieu protecteur du Royaume Terre en une menace pour à peu près quiconque n'est pas d'accord avec lui. Et c'est Shinnok qui en fait le premier les frais depuis deux ans, torturé suite à sa défaite dans le précédent jeu : le dieu ancien ne fait pas le fier ! Mais c'était sans compter sur l'arrivée de l'énigmatique maîtresse du temps, Kronika, qui tente de rétablir la ligne temporelle originelle, et ainsi effacer les événements qui ont eu lieu depuis MK9, ses relations, ses évolutions de personnages... Pour une série de jeux de baston hyper gore, on peut dire que les scénaristes lorgnent pas mal du soap américain.
De toute façon, ce n'est qu'un prétexte pour voir le nouveau cast se massacrer joyeusement, mais c'est encore une fois tellement mieux que l'histoire de la majorité des jeux de combats.
La formule scénaristique ne change pas et propose donc de suivre les différents personnages face à la double menace Raiden / Kronika.
Mais c'est avant tout l'habillage du jeu qui saute aux yeux. Très rares sont les jeux qui peuvent se vanter d'avoir autant de soin dans les menus, dans l'interface, dans la mise en forme et Mortal Kombat 11 ose être le jeu à l'habillage le plus classe que j'ai vu de toute ma vie de joueur. Et ça en fait des interfaces !

 

Le jeu est magnifique et est techniquement quasiment irréprochable. Mieux encore, il accueille et chouchoute les joueurs en leur proposant un mode d'entraînement et de familiarisation avec le système de jeu on ne peut plus complet et surtout extrêmement bien expliqué, les différents menus sont clairs, facilement accessibles et, malgré le style légèrement oppressant, MK oblige, on ne peut plus chaleureux.
Rien que pour cela, je tire mon chapeau.
Le jeu va vous apprendre chaque élément des combats, allant de ce qu'est un coup de poing, un juggle, en passant par le nombre d'images des animations de chaque personnage, en tirer avantage, comme les conséquences, etc. Extrêmement complet. Peut-être un peu trop pour un joueur lambda. Mais pour ceux qui veulent monter sur la scène professionnelle, ou ceux qui n'ont pas envie de trouver un vrai boulot et qui transforment ce merveilleux loisir en indésirable prise de tête, tout est là.

Parlons-en d'ailleurs du gameplay qui a encore évolué depuis le précédent jeu. Déjà, on dit adieu aux attaques X-ray qui ont été remplacées par les fatal blows, de puissants enchaînements disponibles une fois par combat dès lors qu'il ne reste qu'un tiers de vie au personnage.
Mais c'est loin d'être la seule chose qui ait changé. Le gameplay est toujours aussi délicat au joystick, si ce n'est plus, préférez la croix de direction, mais les combos et autres techniques ont évolué pour un système encore plus complet et calibré au poil de fesses, faisant regretter les premiers opus qui tout en étant aussi stricts, permettaient tout de même quelques excentricités. Ce n'est pas pour rien si le jeu affiche des actes de punition, pour littéralement indiquer tout adversaire qui fait une erreur et se fait stopper. Non, les kontres, c'est un peu différent. À peu près aussi différent qu'une brutalité avec une fatalité: la finalité est la même, le plaisir de les sortir est différent.
Tout ça pour dire que la direction compétitive que prend la série ne va pas forcément plaire à tout le monde.
D'ailleurs, le mode online est déjà dans cet esprit avec une compétition prévue pour bientôt et une seule variante en dehors du mode d'affrontements online classique est présente : le roi de la colline. Le concept n'est pas inconnu des fans de jeux de baston, il y a un homme du salon à abattre pour prendre sa place et affronter les autres. Ca ressemble un peu aux après-midis en salles d'arcades à essayer de détrôner un type qui jouait donc gratuitement, alimenté par les pièces des challengers, tant qu'il était invaincu.

Ce n'est pas forcément inintéressant, mais ce n'est clairement pas mon état d'esprit pour un jeu de bourre-pif. Un jeu de baston est pour moi fait pour s'amuser de manière décomplexée, un bon défouloir dans une bonne ambiance sur un canapé entre amis et en profiter pour chambrer le pote qu'on vient tout juste de démembrer avec une moissonneuse-batteuse en guise de fatalité via un personnage tout juste customisé visuellement et en termes de gameplay, de manière très complète, un peu à la manière d'Injustice 2 pour mieux coller au style du joueur.
Car sincèrement, affronter des inconnus me file de l'urticaire. Entre les cons, les tricheurs, les râleurs, ceux qui streament sans couper le chat vocal ingame et donc on entend toutes les choses pas bien qu'ils racontent sur leur adversaire alors qu'ils n'oseraient pas dire un quart de ces choses dans la même pièce, ceux qui mettent Scorpion en rose bonbon et affublé d'un logo Hello Kitty, les mauvais perdants, les mauvais gagnants et j'en passe. Il y a de nombreux paramètres qui font que je n'aime pas les gens derrière leur écran qui se sentent tout puissants et se permettent tout au détriment des autres.

Alors certes, la technique du online est quasi parfaite. Mais conceptuellement, il manque deux-trois choses comme un meilleur équilibrage des parties. Il est par exemple anormal de retrouver un énorme écart dans le nombre de matchs joués, le jeu préférant utiliser une sorte de système de ratio victoires/ défaites. Mais le gros problème est l'absence de système de signalement. Avoir un type qui hurle dans son micro durant tout le match pour déstabiliser, ce n'est pas aussi grave que le type qui va tricher ou ragequit en plein combat, mais ça passe dans la case de personnes indésirables pour des parties saines. Or, il n'y a pas vraiment d'options pour indiquer que "untel n'a pas été fair play" et ne comptons pas sur la passivité de Microsoft et Sony avec leur système de signalement propre qui est très laxiste. Dès lors, on se dit qu'un système de "fatalités" réelles à la hauteur de chaque infraction pour ce genre d'individus ne serait pas du luxe car c'est peut-être un jeu avec des personnages violents, mais cela ne veut pas dire que les joueurs doivent l'être entre eux.

Mais je m'éloigne du sujet, revenons à Mortal Kombat 11 en quittant le mode Online que j'ai essayé juste pour ce test et sur lequel je ne retournerai jamais.
Car en solo ou en local, il y a de quoi bien s'amuser seul ou à plusieurs avec les tours classiques, les affrontements simples, les tours temporaires, le mode histoire et sa petite rejouabilité, etc.
La durée de vie est importante. Et tout est fait pour se retrouver dans le mode Krypte connu des fans de la saga et qui permet de débloquer de nouvelles fatalités, des skins, des objets de customisation, des concepts art, des musiques et bien d'autres choses que toutes les citer serait trop fastidieux de supporter après mes divagations sur les joueurs en online.
Mais si le concept reste inchangé, la forme a pas mal bougé, puisqu'elle se présente sous l'allure d'une petite et timide aventure sur l'île de Shang Tsung, remplie de coffres et autres artefacts qui se dévoileront en échange des sous gagnés, des coeurs amassés en réalisant des fatalités sur les autres modes de jeu, ou des âmes.

Ce n'est pas vraiment un mode passionnant, l'exploration libre de l'île étant sans réelle surprise, le scénario quasi inexistant, ni même avec des enjeux intéressants si ce n'est le contenu de ces coffres et les rares énigmes plutôt simplistes, mais ce passage nécessaire pour débloquer le gros des récompenses du jeu est un clin d'oeil bienvenu aux rumeurs de suite au très bon Mortal Kombat Shaolin Monks de plus en plus persistantes ces derniers temps. Il n'est pas désagréable, d'errer sur cette île désolée, mais l'absence d'objectif réel est plus pesant que la mort qui y règne.

Voilà, tout est à plat.
Hein ? J'ai oublié quelque chose ? De parler des combattants ? Des nouveaux venus ? Des revenants ainsi que des revenants ?
C'est volontaire, parce que mine de rien, il y a un peu de spoil dans le cast, alors parlons plutôt des nouveaux, ou plutôt d'un nouveau parmi les quelques nouveaux : Le Kollecteur. Je suis désolé pour ceux qui vont l'adorer, mais qu'est-ce qu'il vient fiche ici ? On a l'impression qu'un figurant s'est perdu dans l'histoire et dans le roster de base du jeu et n'a absolument aucun impact dans l'histoire, sans même compter en termes de charisme, largement bien en deçà de ses camarades ou même des personnages absents dont on aurait aimé voir le retour pour certains ou des quelques personnages présents dans le jeu, dont les mouvements ont été codés dans le jeu, dont les visuels sont dans le jeu, que l'on peut affronter dans le jeu, mais qui sont impossibles à jouer dans le jeu...

Cyrax, je voulais utiliser tes filets,
Mais je ne peux que te maraver
Dans ton chapitre qui nous est narré.
Et c'est Sektor qui doit bien se marrer.
À la tête des Cyber Lin Kueis
#ÔdeÀCyrax

Bref, en dehors de lui, et même si vous n'adhérez pas à l'orientation compétition que prend la saga, Mortal Kombat 11 a quand même de quoi offrir de très nombreuses et exquises heures de massacre en perspective pour tous types de joueurs.

FINISH HIM !


Et puis c'est quoi comme nom Le Kollecteur ?
On dirait le nom d'une fosse sceptique !

FLAWLESS VICTORY
FATALITY !

Le jeu de NetherRealm, et édité par Warner Bros, est disponible sur toutes les plateformes habituelles :


Jeux du moment

>> Liste complète <<