Publicité

Fate/Extella Link – Défouloir héroique

Avant de commencer, j’aimerais vous prévenir d’avance : le jeu n’est pas traduit en français, les voix sont en japonais et les textes en anglais.

Sorti sur Switch, PS4, PS Vita et PC, Fate/Extella Link est la suite quasi directe de Fate/EXTELLA The Umbral Star et le 4eme jeu se déroulant dans l’univers de Fate/Extra. La licence Fate est à la base un visual novel qui a, par la suite, été décliné en anime, en manga, en jeux vidéo. De style Musou pour les puristes, on pourra aussi parler d'Action RPG pour plus de compréhension. 

Faire le premier Extella est évidement conseillé mais loin d’être obligatoire. Si vous êtes totalement néophyte à l’univers Fate votre héros ou héroïne selon votre choix résume très brièvement l’histoire au début du jeu ainsi que son univers. Un autre résumé un peu plus complet est disponible sur le site officiel du jeu.

Et attention, si vous êtes un puriste de l’Histoire, mythologie et récits en tous genre, vous risquez de faire une attaque cardiaque en voyant Charlemagne tabasser des hordes d’ennemis sur les lunes avec en face des figures légendaires et/ou mythologiques tel que Lu Bu, Cúchulainn, Gawain et sans parler du fait que Nero Claudius est ici une femme. Pour rappel, c’est là la particularité des Fate : l’utilisation de créatures/personnages mythiques.

Comme je l’ai brièvement cité plus haut, vous allez affronter des hordes et des hordes d’ennemis, à la fin d’une mission il ne sera pas rare que votre compteur d’ennemis tués soit proche des 5000. Heureusement le jeu possède un gameplay agréable même avec ses classiques attaque faible et attaque forte permettant des petits combos simples mais peu variés.

Cependant un système d’attaque spécial vient s’ y ajouter et chaque servant, le personnage que vous contrôlez en combat, possède quatre attaques qui lui sont spécifiques ainsi que des « install skill » pouvant être considérés comme de l’équipement, ce dernier vous donnant des bonus variés : plus de défense brute, des attaques de feu, des attaques qui gèlent, barre qui se charge plus vite etc.

 

Le but de la grande majorité des missions de Extella consiste à capturer des secteurs bien définis en tuant les petits ennemis pour faire apparaître le gardien et le vaincre. Ainsi le secteur vous appartiendra et en général surviendra un boss à affronter à la fin de chaque mission. Bien sûr des tas d’évènements interviendront durant les missions. Le jeu reste répétitif malgré tout à cause de son genre de gameplay, mais il est très agréable à jouer.

Pour les modes de jeu il y a bien sûr le mode histoire, mais viennent s'y adjoindre des Extra Battle qui sont des mission bonus permettant de prendre de l’expérience sur votre servant et de trouver des tas de trésors. Un mode galerie est présent et vous propose d’écouter l’OST du jeu, regarder les dessins de Arco Wada, des petits historiques sur les servants, consulter son glossaire et j’en passe. Un mode online est disponible également permettant d’affronter d’autres joueurs.

Du côté technique le jeu est loin d’être moche mais il est aussi loin d’être magnifique. Il aurait été difficile de proposer un jeu magnifique avec autant d’ennemis sur la carte sans le transformer en diaporama ! Pour ce qui est du côté musical du jeu c’est du très bon, la faute à Keiichi Okabe et son studio Monaca qui se sont occupés des musiques de Nier Automata par exemple.

Passons au scénario ! Il est plus que correct et pour cause puisque c’est l’auteur original de la franchise Fate qui s’est occupé de Extella Link, Kinoko Nasu. Mais il va falloir lire, lire vraiment beaucoup, probablement plus que jouer. Mais si vous voulez juste taper des trucs, vous pouvez absolument passer toutes les cinématiques et dialogues du jeu.

Il serait cependant dommage de se passer de l’histoire !

Terminons par une vidéo afin de livrer un aperçu du gameplay dynamique et des hordes d'ennemis que vous devrez combattre.

Vous pouvez trouver dès maintenant le jeu sur les plateformes habituelles :


Jeux du moment

>> Liste complète <<