Publicité

Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy – Le doigt accusateur de la justice 

La tension d'un procès, l'avocat de la défense qui défend son client bec et ongle afin de l'innocenter contre le procureur des terribles accusations pesant sur lui. Tout ça sous l’œil attentif du juge, qui suivra cette véritable joute verbale dont l'issue sera un verdict déterminant pour l'accusé.

Dans ce monde sans merci, des innocents sont parfois accusés à tort, et c'est le rôle de Phoenix Wright, jeune avocat de la défense débutant de faire ses preuves et de faire éclater la vérité !

La saga Phoenix Wright a commencé il y a de cela 18 ans avec son premier opus sorti au Japon en 2001 sur Game Boy Advance sous le nom de Gyakuten Saiban. Ce ne fut cependant qu'en 2006 que l'Europe découvrit Phoenix Wright : Ace Attorney.

Depuis, bon nombre de jeux sont sortis : Justice for All, Trials and Tribulations (ce sont les trois premiers épisodes qui sont ici regroupés dans cette compilation), Apollo Justice Ace Attorney, des séries dérivées avec un des procureurs- phares de la série, Miles Edgeworth, des films ou encore des séries animées.

Le jeu se déroule principalement dans le tribunal via des écrans fixes. Ici, très peu d'animations.

Généralement, la résolution d'un cas se déroule comme ceci :

Un crime est commis et vous devrez par la suite mener une phase d'investigation en essayant de collecter un maximum d'informations qui pourront provenir de votre environnement.

Plusieurs actions seront possibles durant cette phase :

  • Examiner (qui permet de passer à la loupe le décor)
  • Se déplacer (changer d'écran pour explorer les différents endroits)
  • Parler (si un personnage est présent, vous pourrez engager la conversation avec lui)
  • Présenter (montrer à votre interlocuteur une pièce à conviction ou une description de personnage)

Cette phase d'investigation vous oblige à naviguer à travers plusieurs écrans et vous faire faire un nombre conséquent d'allers- retours, ce qui, à la longue, peut paraître fastidieux quand vous devez traverser quatre ou cinq fois les écrans, surtout qu'il vous faudra mémoriser le parcours.

Une fois suffisamment d'indices récupérés, vous pourrez passer à la phase du procès en lui -même qui se subdivise en plusieurs parties.

  • L'ouverture du procès par le juge qui rappelle ce dont est accusé votre client
  • Le témoignage de l'appelé à la barre par le procureur.
  • La phase de contre interrogatoire mené par vous même
  • Le rendu du verdict

La phase cruciale pour vous est bien évidemment celle du contre interrogatoire, qui vous permettra de mettre en exergue les failles dans le discours du témoin. Vous pourrez soit présenter des documents qui sont en contradiction avec ses affirmations, (avec le fameux Take that ! Prends ça ), ou encore lui demander d'être plus précis en insistant (avec le non moins célèbre Un instant ! Hold it!).

En faisant cela, vous devrez présenter les bons éléments au bon moment sous peine de faire baisser une jauge qui, quand elle arrive à zéro, vous fait perdre toute crédibilité auprès du jury et vous obtiendrez un verdict coupable qui mettra fin à votre carrière d'avocat.

Une nouvelle mécanique de jeu apparaît cependant, l'utilisation du magatama (c'est un ornement en forme de virgule), qui permet de révéler des secrets gardés par les verrous mentaux de votre interlocuteur.

 

Néanmoins, si vous ne présentez pas les bonnes pièces à conviction, celui ci perdra de la santé mentale et il faudra recommencer depuis le début.En cas de réussite, le témoin sera plus apte à vous délivrer des informations. Il peut y avoir au maximum cinq verrous sur une personne.

De prime abord, un simple jeu textuel n'est pas très passionnant. Mais le charisme des personnages (tels que Phoenix Wright, la famille Fey, Miles Edgeworth ou encore Godot par exemple), couplé à la satisfaction de trouver la faille dans l'argumentaire de l'accusation en lâchant à voix haute un OBJECTION ! en se surprenant à pointer du doigt l'écran font que finalement, on se prend au jeu, transporté par des musiques simples mais qui resteront gravées dans votre mémoire (je ne peux que vous conseiller d'écouter le concert orchestré des 15 ans de la saga ou encore Phoenix Wright Jazz ~ Gyakuten Meets Jazz Soul)

 

Je n'aborderai pas ici les différents cas, car une des forces des jeux est justement l'histoire qui  les relient. Sachez toutefois que cette compilation comporte 14 cas différents, ce qui offre une durée de vie plus que correcte. Cela dépend évidemment de votre habilité à trouver les contradictions, mais si vous n'avez jamais essayé ce genre de jeu, je ne peux que vous le conseiller.

Vous disposez également de dix emplacements de sauvegarde, ce qui vous permet de progresser sur les trois jeux en même temps si vous le souhaitez, bien que je recommande FORTEMENT de suivre l'ordre des épisodes.

 

Point négatif mais qui sera réglé au mois d’Août 2019, ce sont les langues proposées. A la sortie du jeu, seulement la langue anglaise et japonaise sont proposées. Mais par la suite, la compilation se dotera des traductions pour les langues suivantes : français, allemand, coréen, cshinois simplifié et chinois traditionnel.

Cette trilogie était déjà sortie sur 3DS notamment, mais maintenant, vous pouvez y jouer sur PC (via Steam), Nintendo Switch, Xbox One et Playstation 4 !

Le portage sur ces supports ne rajoutent pas grand chose en terme de systèmes de jeu, ni d'histoire, mais cela a au moins le mérite d'étendre la possibilité de faire découvrir cette saga à de nouveaux joueurs avec des graphismes adaptés aux écrans actuels, et ce serait vraiment dommage de passer à côté !


Jeux du moment

>> Liste complète <<