Publicité

We. The Revolution – Qu’on lui coupe la tête !

We. The Revolution est un jeu narratif/stratégique dévelopé par Polyslash, édité par Klabater, sorti le 21 mars 2019 sur PC (Steam et GoG), Xbox One et PS4.

We. The Revolution nous place dans la peau d'un juge de tribunal en pleine révolution française. Il faudra ainsi non seulement faire le travail d'un juge, mais aussi réussir à survivre dans un monde où règnent trahison, complot et manipulation en tout genre, et dans lequel la moindre accusation, même sans preuve, peut mener à une brutale décapitation !

Le jeu se présente sous la forme d'un jeu narratif/point & click, mais ayant un très fort côté stratégique, avec des choix moraux impactant le scénario du début jusqu'à la fin.

Le coeur du gameplay est, bien évidemment, le côté "juge". La grande majeure partie du jeu se déroule ainsi dans la salle du tribunal. Pour commencer, nous avons les informations de base de l'affaire, à savoir ; le déroulement des faits, les personnes concernées, les crimes prétendument commis et, lorsque c'est possible, des éléments servant de preuve (correspondances, armes du crime, etc.)

La première chose à réaliser sera donc de relier tous ces faits. Pour ce faire, l'on a accès à une "roue des éléments", dans laquelle il faudra sélectionner chaque élément de l'affaire (les personnes, les lieux, les actions, etc.) et y indiquer à quoi chacun correspond.

Ainsi, en sélectionnant un personnage, il faudra indiquer s'il correspond à la victime, à l'accusé ou à un témoin par exemple. Il faudra indiquer si un lieu correspond au lieu du crime, à un lieu servant au déroulement des faits, etc. Ou encore une lettre, il faudra indiquer si elle est une pièce à conviction, un élément donnant des informations sur la personnalité de la personne jugée, etc.

Cette phase permet de révéler des questions qu'il sera possible de poser ensuite à l'accusé. Il faut faire attention, car des éléments peuvent avoir plusieurs désignations (pièce à conviction et déroulement des faits par exemple), mais certains éléments n'apportent rien à l'affaire et vous feront perdre une "vie". Suivant les affaires, l'on a plus ou moins droit à un certains nombre d'erreurs. Si l'on en commet trop, le panneau se vérrouille et il ne sera pas possible de débloquer les autres questions. Ce qui risque d'influencer grandement sur la suite du procès.

Une fois les questions débloquées, il sera ensuite possible d'interroger l'accusé, de faire venir (ou non) les éventuels témoins, etc.

Il est à noter que cette partie du tribunal est très "libre". En effet, chaque question oriente le jury vers une peine plutôt qu'une autre (guillotine, prison ou acquittement). Il est parfaitement possible de ne poser que des questions orientant le jury vers la libération d'un accusé, même si ce dernier est clairement coupable, ou bien inversement avec un accusé clairement innocent.

Le jeu offre souvent de véritables dilemmes moraux. Par exemple, un homme est accusé d’avoir violé une jeune femme de 16 ans. Il s’avère être innocent, mais a déjà été accusé plusieurs fois pour les mêmes faits, sans jamais avoir été condamné par manque de preuve, ce dernier affirmant haut et fort « même si je suis coupable d’avoir violé ces autres femmes, personne n’a jamais réussi à le prouver et je suis innocent ».

Le choix sera donc très moral pour les joueurs. Condamner la personne qui est, dans ce cas précis, innocente, tout en sachant que les précédents méfaits (dont il a avoué être coupable) l'ont mené à  l'acquittement par manque de preuve, ou bien rester fidèle à la loi, et l'acquitter, car l'affaire porte sur cette plainte de viol, et uniquement sur celle- là ?

Mais choisir en notre âme est conscience ne suffit pas, car il faut aussi faire attention à nos décisions, qui influencent grandement la manière dont nous sommes perçus par les différentes factions, tels que le peuple, les révolutionnaires, la bourgeoisie, etc.

Le système de réputation est très important, car avoir une réputation trop basse peut directement mené à un game over. L'on peut se voir être renvoyé du tribunal, ou même carrément se faire tuer !

Cela ne signifie pas pour autant qu'il faut absolument se plier aux exigences des uns et des autres, il est d'ailleurs impossible de tous les satisfaire à chaque fois, toutes les factions ayant des avis et points de vues diamétralement différents.

Pour reprendre l'exemple que je viens de citer de l'accusation de viol, l'accusé est un "héros de la révolution", en première ligne de la prise de la Bastille et acclamé par le peuple, tandis que la jeune femme est la fille d'un duc, qui est le proche du roi Louis XVI fraîchement accusé et décapité. Le peuple ayant une haine farouche envers l'aristocratie, l'accusation du "tribunal populaire" tend à accuser la jeune femme de "volage", et l'ayant "bien cherché" (tiens tiens, les mentalités n'ont pas tellement changé depuis...)

Condamner l’accusé reviendra à vous mettre le peuple à dos, mais fera augmenter votre « amitié » avec les aristocrates et les révolutionnaires (qui font office de gouvernement et qui sont en charge de la justice). A contrario, acquitter l’accusé augmentera grandement le capital sympathie du peuple, mais fera drastiquement baisser celui des autres factions.

Si un accusé est condamné à mort, « l’honneur » revient au joueur d’exécuter la sentence et de faire s’abattre la guillotine.

Mais avant cela, il est tout à fait possible de prononcer un discours afin d’enflammer la foule, et ainsi de gagner de la popularité.

La seconde partie du jeu concerne le côté "stratégie". Au bout d'un certain moment, il sera possible de gérer des quartiers de Paris. Pour cela, il faudra étendre son influence sur chacun des quartiers, avec l'aide des fidèles servants.

En plus d'étendre l'influence, il faudra également faire attention aux agents ennemis, qui tenteront de faire de même pour leur patron, mais aussi faire très attention aux citoyens, qui sont encore "chauds" pour faire justice eux-mêmes et mettre la ville à feu et à sang au moindre prétexte, afin de continuer la révolution, et de "casser du citoyen" qu'ils jugent "monarchiste", et cela avec ou sans preuve (tiens tiens, cela n'a pas changé des masses non plus 😀 )

Durant cette phase, il sera également possible de perpétrer des complots contre nos ennemis politiques (et autres). Durant cette phase, plusieurs actions, ayant un pourcentage de chance de réussite, pourront être menées contre nos ennemis afin de pouvoir faire pression, voire les destituer pour gravir les échelons, ou tout simplement en guise de représailles !

Ces actions et choix auront, comme tous les choix du jeu, de lourdes conséquences sur toute l'aventure !

Durant ces phases, de nouvelles possibilités de gameplay se débloqueront, telles que la possibilité d'effectuer des mini-jeux comme le lancer de dé par exemple.

Ensuite vient la gestion de la famille. Gérer les collègues de boulots, l’aristocratie et le peuple ne suffit pas, il faut également  que nous gérions notre famille,  se composant de notre femme, de nos deux enfants et de notre père !

Chaque jour, il faudra ainsi choisir une activité à faire en fin de journée. Passer du temps avec les enfants, avec notre femme, avec notre père, ou bien faire une balade nocturne en famille, etc. Chaque action améliorera ou diminuera la jauge "d'amour" de chaque membre de la famille.

Suivant les événements et les actions faites durant la journée, il sera parfois impossible de choisir une action, et il est obligé de suivre celle imposée.

Conclusion

We. The Revolution est vraiment un excellent jeu ! Si vous êtes friand de jeu de stratégie/narration avec des choix moraux qui impacteront toute l'aventure, ce jeu est fait pour vous. La période où se déroule le jeu est très (trop) peu représentée, et à cause des très grandes latitude de la "justice" durant cette période, cela laisse (et justifie) la totale liberté durant les procès et les choix possibles.

Grâce au fait que le jeu offre une multitude de choix, cela permet une très bonne rejouabilité, notamment par le fait que les procès eux-mêmes peuvent changer suivant les choix précédents : de nouveaux procès peuvent survenir tandis que d'autres disparaître.

L'ambiance du jeu n'est pas du tout "bon enfant", et les thèmes abordés ainsi que la manière dont ils sont traités sont très "noirs". Meurtre, torture, viol, nécrophagie, complot, etc. font partie des quelques sujets abordés dans le jeu.

We. The Revolution est vraiment un excellent jeu et je le recommande, surtout avec son prix standard que je trouve vraiment bas pour un jeu de cette qualité !


Jeux du moment

>> Liste complète <<