Publicité

One Piece World Seeker – Gomu gomu no Test

Avant de commencer le festin, pour des raisons évidentes de jeux de mots pourris et hautement pervers qui sont passés par la tête de Stéphan en pensant aux pouvoirs du fruit du démon qu'a mangé Luffy, et étant donné le label tout public de ce site, nous avons le regret de vous priver d'une introduction de qualité interdite aux moins de 18 ans. Vous n'aurez donc pas d'allusions à des choses qui s'allongent, et se "durcissent". Vous n'aurez pas d'image de fluide décrit de manière littérale. Et encore moins de scènes venues tout droit de l'esprit pervers d'Eiichiro Oda où des obsédés réclament des culottes. Non, rien de tout ça !
Attendez ne partez pas, revenez tous !

...

C'est bon ? Tout le monde est parti, complètement dégoûté ?
Shi shi shiii !
Youpiiii ! Toute cette viande est donc pour moi tout seul !

Je ne ferai l'affront à personne d'expliquer ce qu'est One Piece, le succès planétaire de ce manga d'Eiichiro Oda parle de lui-même depuis plus d'une décennie.
Par contre, le parcours vidéoludique de la bande de zouaves qui vogue à bord du Thousand Sunny est beaucoup plus tumultueux avec une majorité de titres d'aventure plus que moyens, un jeu de baston 3D perfectible et des spin off de Dynasty Warriors plutôt réussis (on oubliera volontairement le premier de nos mémoires) dont le 3ème, et pour l'instant dernier opus, règne dans cette mer de déceptions.

Mais Ganbarion ne rompt pas avec les précédents jeux d'aventure de la licence en demi-teinte et nous propose One Piece World Seeker qui, cette fois-ci, est un vrai jeu open world qui se déroule sur l'île prison, un lieu où un conflit interne divise ses habitants au bord de l'insurrection. Bien évidemment, Luffy et son équipage d'ahuris débarquent sur l'île et le plus bruyant des pirates va devoir régler les soucis des habitants guidés par Jeanne, jeune femme tiraillée par ces conflits et qui souhaite simplement que la paix revienne sur l'île, désormais envahie par les pirates, la marine et d'autres individus louches.
Ce sera l'occasion de croiser des personnages plus ou moins cultes de la série comme Smoker, Kuzan ou Crocodile, mais également des personnages créés pour l'occasion et qui joueront un rôle dans une histoire très One Piecienne, mais pas vraiment longue. Le jeu se bouclant en une trentaine d'heures en difficile, dont une vingtaine à s'occuper de choses annexes, à se balader sur l'ile gigantesque, à chercher des trésors, etc. C'est dommage, parce que les tumultes bordéliques des arcs de One Piece auraient pu offrir plein de rebondissements et une durée de vie en rab. Mais là, il faudra se contenter du peu qui nous est offert.

Contrôler Luffy est plutôt simple, et ses pouvoirs permettent de faciliter les déplacements sur l'île comme étendre un bras pour grimper sur un toit ou se servir de propulsion pour planer l'espace d'un instant sur de courtes distances. Pour une fois dans un jeu d'aventure One Piece, se déplacer est plaisant et le personnage ne souffre pas des lourdeurs habituelles qu'on a pu croiser sur les précédents jeux de la saga. Surtout après avoir enrichi les capacités de Luffy au travers d'un arbre de compétences qui transformera le maladroit pirate en véritable furie. Le contrôler est vraiment très plaisant.

On ne peut par contre pas en dire autant du système de combat. Plutôt répétitif, car n'utilisant qu'un seul bouton, forçant à générer le sempiternel même combo pour charger la jauge de fluide permettant d'utiliser des attaques spéciales. Sur le papier, pourquoi pas, mais le bât blesse dès lors que l'on désire changer de style de fluide en plein combat.

D'une pression de la flèche de direction bas, Luffy change de style de combat et passe de fluide défensif où la rapidité et les attaques individuelles règnent, à fluide offensif où ce sont les attaques de zones plus lentes, mais puissantes (elephant gun par exemple) qui prendront le relais. Très bonne idée, sauf que le mappage des boutons pour cette action n'est pas idéal et même si on peut changer un peu certains boutons d'action, il reste le souci de latence lorsqu'on désire changer. Luffy doit être immobile pour passer de l'un à l'autre et le changement prend une seconde qui, en plein combat, peut être fatale. Certains ennemis ne plaisantant carrément pas, et je ne parle même pas des boss !

Du coup, on ne change que rarement son style de jeu et c'est bien dommage. Dès lors, surtout, que l'histoire nous permettant d'utiliser Bound Man (Gear 4), son utilité est plutôt anecdotique à cause d'un coût et de conséquences trop importants (utilise toute la jauge de fluide et empêche son rechargement pendant un long moment) comparés à vos autres techniques plus efficaces si vous les avez débloquées et upgradées. D'ailleurs, cela montre un certain manque d'équilibrage, car Eagle Storm pour 2 jauges de fluide est tout simplement surpuissant et peut vider facilement les trois quarts de la jauge de vie d'un boss si elle est utilisée correctement. Alors qu'à côté, Elephant Gatling qui en consomme 3 ne fera pas autant de dégâts.

Autre bonne idée qui ne fait pas mouche: l'infiltration. Passons sur le fait qu'avec Luffy en tant que personnage, la discrétion et la subtilité sont des termes incompatibles, les développeurs ont tout de même essayé d'incorporer un système d'éliminations. Le concept est simple: si vous prenez un adversaire par surprise en appuyant sur la touche d'attaque, vous l'éliminerez instantanément. Cette capacité peut être boostée en utilisant des points de compétences pour enchaîner les éliminations.
Vous pouvez également vous cacher dans des tonneaux et essayer d'avancer discrètement. C'est marrant à essayer, mais le problème étant que les ennemis sont vraiment sur le qui vive et à la moindre suspicion vous colleront aux basques à cause d'une IA un peu trop systématique !
D'ailleurs, en parlant de l'IA, précisons rapidement que pour les combats, elle devient rapidement prévisible, chaque type d'ennemi ayant un comportement précis, il devient très facile d'anticiper les attaques. Et c'est pas plus mal, car même si on peut les prévoir, les éviter sera une autre histoire, surtout contre certains boss. D'ailleurs, si tu me lis Borsalino alias Kizaru : je te déteste.

Visuellement, le jeu est agréable, très coloré et fidèle au design original. Les animations en dehors de celles de Luffy sont par contre minimes, surtout lors des mises en scène, les dialogues et celles des ennemis de base.

Le fan de One Piece que je suis s'est bien amusé sur le jeu, mais est resté frustré sur deux points: l'histoire principale vraiment très chétive et classique, ainsi que le fait que l'on ne puisse ni switcher, ni être accompagné d'autres personnages de l'équipage pour des phases de gameplay un peu différentes. Zoro, Chopper, Brook, Robin et les autres ne seront que des PNJs dont les trois quarts n'auront aucune fonctionnalité dans le jeu si ce n'est de faire acte de présence et donner des missions annexes.

Mais pour tout fan du manga, vous pouvez foncer car sans pour autant être exceptionnel, le jeu est vraiment très plaisant à jouer.


Jeux du moment

>> Liste complète <<