Publicité

Kingdom Hearts 3 – La fin d’une longue attente

L'année 2019 commence fort pour Square Enix. Après de nombreuses années d'attentes, les fans de la licence Kingdom Hearts peuvent enfin poser la main sur le volet qui clôturera l'un des arcs majeurs de l'univers. Même si le studio a pu nous faire patienter avec de nombreux jeux sur différents genres/supports (Remasters, jeux mobiles, ...), il fallait un jour que cet ultime épisode pointe le bout de son nez !

Une histoire pas simple

Kingdom Hearts c'est avant tout l'histoire de Sora, un enfant d'une dizaine d'années qui souhaite, avec ses amis Riku et Kairi qui rêvent, que des mondes autres que le sien existent. Peu de temps après les événements du monde de départ (l'île du destin) qui voit celui-ci se faire engloutir par les ténèbres, Sora hérite du pouvoir de la Keyblade pour réussir à défaire les ennemis qu'il va rencontrer par la suite. Durant la plupart de son épopée, il sera accompagné de Donald et Dingo et devra parcourir les mondes de Disney pour les protéger des Ténèbres.

Lors du second épisode, on rencontre le principal antagoniste de la série : Xehanort. Celui-ci a crée l'Organisation XIII pour pouvoir s’accaparer du Kingdom Hearts qui peut exaucer n'importe quel vœu à celui qui arrive à le contrôler. Bien sûr, Sora arrive à déjouer les plans de ses adversaires grâce aux pouvoirs de la Keyblade et surtout de ses amis. Toutefois, l'aventure ne s’arrête pas là car dans les autres différents jeux qui sont parus sur d'autre supports, on apprend que Xehanort a effectué des voyages temporels pour prendre possession de 12 autres réceptacles afin de faire renaître un ancien événement passé : la guerre des Keyblades (un ultime combat entre les forces de la lumière et celles des ténèbres).

Même si vous n'avez pas joué aux opus précédents, KH3 propose dans un menu annexe des vidéos résumant les différents jeux pour se faire une idée de ce qui se passe avant le début du jeu. Le jeu débute comme à son habitude dans la salle de l’éveil, mais avec la particularité de vous faire voir des événements passés. C'est aussi l'instance où vous pourrez choisir vos bonus de départ qui conditionnent aussi certaines des capacités que vous allez vous approprier tout au long de vos montées en niveaux.

Ce qui frappe, dès le début de l'aventure, c' est la claque visuelle du titre. L'Unreal Engine 4 fait terriblement bien son travail et on est tout de suite transporté dans le monde de Sora et de ses compagnons. L'aventure contre la nouvelle Organisation XII commence directement et elle promet d'être captivante.

Disney mais pas que !

Pour la première fois, Square Enix a fait le choix d'intégrer les univers Pixar à ceux de Disney. Les deux univers choisis du Studio seront Toy Story ainsi que Monstres & Compagnie. Côté Disney, on compte 6 mondes comme celui d'Hercule ou encore de Jack Sparrow (Pirate des Caraïbes). Côté nouveauté, on pourra compter sur Elsa de la Reine des Neiges ou encore Raiponce et le Royaume de Corona. Chacune des aventures mêlera notre héros à celle des protagonistes du monde. Fait assez intéressant : à l'inverse des autres opus de la licence où les histoires pouvaient être inédites, les aventures ici respectent assez fidèlement les films dont elles tirent leurs essences. 

Sachez que vous aurez même le droit à la tristement célèbre chanson d'Elsa "Libérée, Délivrée" durant votre aventure dans son monde (si j'ai réussi à vous la mettre dans la tête j'en suis à moitié désolé). Chaque monde apporte un gameplay qui lui est propre (sans ruiner la cohérence de celui-ci). Point commun à tous les mondes, la verticalité fait maintenant partie intégrante du gameplay permettant à Sora de marcher sur les murs/parois offrant de nouvelles fonctionnalité intéressantes (en plus des coffres bien cachés).

Une des choses qui n'a pas disparu non plus, c'est ce bon vieux vaisseau Gummi. Cet engin vous transportera à travers les mondes. Dans les précédents jeux, nous devions effectuer des missions en side scrolling où le but était d'arriver au point de destination sans que notre vaisseau soit détruit. Les développeurs ont opté pour un choix un peu plus moderne en donnant la possibilité au joueur de pouvoir évoluer dans un niveau semi-ouvert où vous pouvez rejoindre la destination que vous souhaitez. Les combats en Gummi peuvent être pour la plupart évités ce qui est agréable pour ceux qui n'aimeraient pas ce type de gameplay. Il est toujours possible de customiser son vaisseau ainsi que ses satellites pour affronter au mieux nos adversaires dans l'espace. J’espère qu'une fonctionnalité de partage de Gummi fera surface dans le futur car certains joueurs ont été particulièrement créatifs sur l'éditeur.

Parlons un peu du gameplay, cette fois, le studio a souhaité prendre plusieurs idées des précédents opus. On retrouve par exemple le système de forme des Keyblades qui, pour un temps limité, peuvent accéder à une ou plusieurs formes pour améliorer leur efficacité ou leur jouabilité. Par exemple, celle du royaume de Winnie devient une keyblade qui permet de lancer des projectiles à tête chercheuse alors que celle du monde de Toy Story inflige des dégâts de zone assez régulièrement. Les commandes/réactions sont très présentes (voire beaucoup trop) et permettent d'utiliser vos compagnons ou des interactions bien spécifiques (invocation d'un bateau pirate, de tasses magiques, ...). Avec la magie aussi présente, Sora dispose d'un panel assez large pour affronter les hordes de sans-coeur et de simili.

Outre la quête principale, il y a aussi quelques à- cotés à effectuer dans les différents mondes. Tout d'abord, il faudra récupérer des emblèmes fétiches (tête de Mickey) à l'aide de votre Gummi-phone pour débloquer des objets ainsi que la fin secrétée. Il est possible aussi d'y jouer à des jeux d'antan, mais vous devrez au préalable les trouver dans les différents mondes. L'une des longues autres quêtes annexes reste celle de la création Mog qui vous demandera d'explorer beaucoup de recoins de mondes endormis pour forger la Keyblade Ultima.

Un arc qui se termine

Kingdom Hearts 3 m'a absolument transporté du début à la fin tant visuellement qu'au niveau de l'histoire. J'aurais juste voulu en voir plus durant l'épopée principale car l'histoire en ligne droite dure environ 25-30 heures. Si on regarde les autre titres, c'est beaucoup moins, mais on suppose que le studio va ajouter du contenu par des DLCs comme cela se fait souvent (FF15 par exemple). Le jeu reste également assez simple dans son ensemble. Beaucoup de commandes/ réactions ou les liens d'invocations vous rendent presque invincible tout en infligeant des dégâts non négligeables.

Malgré cela, l'histoire et la variété du gameplay incitent le joueur à continuer son aventure jusqu'au dénouement final. On imagine encore beaucoup de choses sur les événements qui se sont passés et que l'on a pu voir et on attend rapidement la suite pour confirmer ou non ses théories.


Jeux du moment

>> Liste complète <<