Publicité

Rogue Empire – Un jeu de rôle roguelike efficace

Le jeu de rôle roguelike Rogue Empire, développé par Portal Entertainment, est sorti début janvier 2018 sur Steam en accès anticipé. Mais c'est juste avant sa sortie prévue le 25 janvier 2019, que j'ai eu l'opportunité de le tester.

 

Modes de jeu

Depuis l'interface entièrement en anglais  -  le jeu n'est pas traduit en français - je lance ma première partie. Trois options s'offrent à moi :

  • la campagne d'"Eghoss" dans laquelle nous incarnons un guerrier humain nommé Eghoss qui tente d'explorer un donjon de 20 niveaux avec 2 boss. Pas nécessairement facile, cette campagne est cependant conseillée pour débuter car elle est plus linéaire.
  • la campagne "Dawn of Shadows", la campagne principale du jeu, dans laquelle le choix de la race et de la classe est donné. Ici, un monde entier à explorer est offert, avec plusieurs donjons à explorer (sur une centaine de niveaux) et une quinzaine de boss à tuer.
  • le donjon "Challenge", un donjon infini dans lequel la difficulté augmente à chaque niveau.

J'ai donc suivi les conseils du jeu, et j'ai commencé par incarner Eghoss, dans la difficulté la plus facile qui désactive la mort permanente.

J'ai également par la suite accompli une seconde partie plus classique. Il y a actuellement sept races et cinq classes :

 

Gameplay

Au lancement de  ma première partie, je lis le tutoriel qui s'affiche sur ma droite. J'avoue être un peu perplexe, les raccourcis ne sont pas forcément les plus intuitifs : il faut utiliser presque toutes les touches du clavier ce qui oblige à une gymnastique entre les numéros du pavé numérique qui servent aux déplacements et les autres touches pour les actions. Par exemple, les numéros 1 à 0, puis F1 à F10 servent à lancer les sorts et autres objets mis en raccourcis dans la barre, P à ramasser le butin ou K à casser les portes. Heureusement, la souris peut aussi être utilisée pour le mouvement, ce qui m'amène au final à assez vite abandonner les touches du clavier pour le déplacement et à  rendre les choses plus agréables.

La carte est assez grande, sans être gigantesque, cela est en effet parfait pour débuter. Il y a assez souvent des portes, demandant des clés en bronze, argent ou or, pour être ouvertes. Ces clés se trouvent en butin sur les monstres. Mais en obtenir une n'est pas définitif car elle peut se casser en étant utilisée. Heureusement, il reste toujours l'option de défoncer la porte, sans aucune garantie de résultats pourtant (sans compter que cela inflige en retour des dégâts au personnage).

 

Les possibilités d'interactions sont assez nombreuses, obligeant à prendre en compte le placement pour augmenter les dégâts infligés, mais également pour réduire ceux subis. Le décor est là pour protéger, autant que pour couper les lignes de vue, et peut également infliger des dégâts aux imprudents avec des pièges.

La vie du personnage est représentée par sa barre, affichée en haut à gauche, qui ne se remonte pas automatiquement. Il faut soit utiliser des capacités de soin, soit boire des potions de vie. Enfin, un système de faim est en place, obligeant à manger des rations (qui sont périssables) régulièrement pour ne pas tomber d'inanition.

 

Progression

Les monstres sont plutôt faciles (en tout cas au début), j'en tue quelques uns et je passe niveau 2 sans transpirer. À travers deux écrans, je choisis comment mon personnage va évoluer. Le premier donne le choix entre des points de caractéristique (agilité, points de vie, constitution ou puissance magique) :

Le second affiche des cartes. En effet, tous les deux niveaux, trois ou quatre cartes aléatoires sont tirées d'un deck, il n'est possible d'en choisir qu'une seule, les trois autres retournent dans le deck pour potentiellement être retirées lors des niveaux paires suivants. Pour revenir à mon niveau 2, j'ai tiré "Study Target I" (étudie la cible : chaque attaque contre la cible applique une modification de -1 force et -1 agilité ; s'applique 8 fois et dure 20 tours), "Leap Attack I" (saute sur la tête d'une cible, la touchant avec son arme équipée ; saute jusqu'à deux cases avec une force impressionnante ; inflige des dégâts multipliés par la distance ; se recharge tous les 5 tours) et "Intimidate" (tente d'intimider la cible pour la paralyser de peur pour les 5 prochains tours ; essayer d'intimider un boss, un champion ou une cible du niveau supérieur au personnage peut échouer ; la portée est la même que l'arme équipée ; se recharge tous les 24 tours).

J'ai opté pour la seconde, un sort de dégâts plutôt efficace.

Le personnage évolue également via son équipement, avec une grande quantité d'emplacements. Le système de dégâts est très similaire à ce qui existe dans les jeux de rôle sur table : les armes infligent par exemple 2 + 1 D6. Il y a également un système de rareté, les objets pouvant être ramassés en version magique (avec la puissance augmentée indiquée sous la forme de "+1" ce qui nous vient également tout droit des jeux de rôle sur table), mais également (d'après le communiqué de presse) en version légendaire.

Les objets se trouvent par terre, dans des conteneurs, et bien sûr en butin sur les monstres. J'ai également croisé durant mon exploration un marchand qui me vendait du matériel contre des pièces d'or, me rachetant également des objets dont je n'avais pas besoin.

 

Mort permanente

Roguelike oblige, si la vie tombe à zéro, cela entraîne la mort du personnage et la fin de la partie (sauf si on possède un anneau de résurrection). Un écran s'affiche alors donnant ses statistiques, avec une comparaison de ses performances par rapport aux autres joueurs :

Des essences d'âme sont données en échange, ce qui permet de ne pas tout à fait avoir joué pour rien. Ces essences s'échangent contre des avantages divers :

 

Ambiance et Histoire

Côté graphismes, je ne suis vraiment pas fan, j'ai toujours eu du mal avec le pixel art, et le personnage fait de grands "bonds" entre les carrés de l'environnement. Je découvre un peu après, qu'en fait, cela vient du mécanisme en tour par tour. Les monstres n'avancent pas tant que je n'avance pas moi-même, ce qui explique donc ce côté un peu haché du mouvement. Une fois cela compris, et après un moment à jouer, cela passe au final assez bien et je ne le remarque pour ainsi dire plus. Les pixels par contre, eux, restent, avec des décors assez répétitifs.

 

Côté musique, c'est sympathique, sans plus. J'ai joué sans le son la plupart du temps.

L'histoire est assez légère dans la campagne que j'ai jouée, avec un seul écran d'histoire au début du jeu, puis un autre un peu plus tard. Dans la campagne principale, les choses se corsent : nous apprenons qu'un ennemi mystérieux appelé "la première ombre" a envahi les Ethistos. Ces êtres dressent de grandes barrières magiques autour des grandes villes du monde. Au même moment, la "First Shadow" (Première Ombre) a disparu, mais les barrières sont restées...

 

Conclusion

Je ne suis pas une fan du genre, j'ai du mal avec les graphismes comme je le disais précédemment, et le côté mourir/recommencer a tendance à rapidement me lasser. Cependant, il faut savoir être objective et ce jeu de rôle, créé par un développeur solo d'Argentine, offre une très bonne copie pour qui n'a pas peur de mourir. De plus, le système de progression basé sur les cartes offre une bonne rejouabilité, sans parler du choix relativement correct en terme de classes et de races, chacune avec ses caractéristiques spéciales, tout cela permet déjà de s'occuper un bon moment si on veut tout tester (il parait que la combo druide/drake est particulièrement efficace). Enfin, les nostalgiques des bons vieux jeux de rôles apprécieront sans aucun doute aussi de retrouver le système qui sent bon les longues parties jusqu'au bout de la nuit.

À ce prix, si vous aimez le style, foncez :


Jeux du moment

>> Liste complète <<