Publicité

Onimusha : Warlords HD – Pandannosuke !

Depuis l'avènement de cette génération de machines, il est une pratique qui se démocratise de plus en plus : celle des rééditions HD.

Certes, la "mode" a débuté avec la PS3 et la Xbox 360, mais leurs petites soeurs ont poussé le vice bien plus loin. Entre remasters HD, rééditions de jeux tout juste sortis sur leur grandes soeurs, portages tels quels, remakes complets, ou éditions entre les deux, on ne sait plus où donner de la tête.

Sincèrement, je ne suis pas fan de ce genre de pratiques, puisque ce sont généralement des moyens pour faire payer les joueurs sans fournir le moindre effort, même si elles ont l'avantage de permettre à une nouvelle génération de joueurs de leur montrer ce qu'étaient de vrais jeux où on ne se faisait pas mâcher le travail avec des QTE, où le tutoriel se limite à du "Ben vas-y, essaie les boutons que tu veux et tu verras bien ce que ça fait", où la barre de vie ne se remplit pas après 3 secondes sans s'être pris de dégâts. J'en passe et des meilleures. Cela a aussi l'avantage de faire découvrir des titres qui aujourd'hui ne sont que des légendes cultes.

Et c'est l'un de ces titres - membre samouraï de la sainte trinité action-aventure de Capcom des années PlayStation 1 et 2 avec Bio Hazard et Dino Crisis- que Capcom nous propose de découvrir ou re-découvrir. Les puristes auront probablement pensé à Onimusha et ils auront bien raison ! Pour les autres, vous pourriez faire un effort tout de même, c'est quand même le titre de cet article !

Ce test va se dérouler un peu différemment de d'habitude, puisque je vais m'adresser individuellement à deux publics : ceux qui ont déjà joué à Onimusha (et cela ira bien vite) et les autres.

 

Amis connaisseurs

Dans cette réédition, Capcom n'a pas offert le traitement remake de luxe comme ont droit les Resident Evil. C'est un simple portage d’Onimusha premier du nom sur lequel Capcom met en avant les points commerciaux qui vont suivre. À vous de voir si cela vous suffit ou pas pour justifier les 19,99€ demandés pour cette réédition dans l’éventualité où vous le posséderiez déjà dans sa version originale.

Les principaux arguments sont :

  • Le jeu compatible avec les écrans au format 16/9ème, ça c'est cool, parce que toutes les télés actuelles adoptent ce format.
  • Un jeu en version HD, c'est moins cool dans la pratique parce que les décors restent les mêmes images 2D précalculées en "pas HD", donc moches et floues, et jurent avec les personnages qui, eux, sont propres et font bien plus jolis que dans l’original, même si c’est pas fou non plus. D'autant plus que le jeu a très mal vieilli techniquement parlant (mais j'y reviendrai dans la partie pour ceux qui n'y ont jamais joué).

  • Une bande sonore (musique et voix japonaises et anglaises) complètement refaite et elle est bien chouette ! Même si sincèrement, je n'ai plus vraiment de souvenirs de la version originale qui date d’il y a quasiment 20 ans tout de même, donc vous dire laquelle est la meilleure serait au dessus de mes forces !
  • Une nouvelle option de maniabilité dite "moderne" se servant des joysticks analogiques, qui entre nous aurait pu être carrément plus adaptée au système de jeu, même s' il y a du mieux par rapport à la maniabilité originale (aussi disponible) qui m'a toujours fait rager, tellement c'est pas naturel comme prise en main.
  • Des succès, plein de succès !
  • Mode facile disponible dès le départ. Bon… Là, on nous insulte, hein les gars ? Parce que finir Onimusha en Normal c’est déjà à la base une promenade de santé.

Et puis c’est tout ! Pas de Compilation avec le 2 et le 3 (et encore mois le 4), ce qui aurait été une super bonne idée tout de même, vu le prix demandé pour un jeu qui a 18 ans. A toi de voir si l’investissement vaut le coup vu que tu connais déjà le jeu ! Au revoir fans d’Onimusha !

 

Aux non-connaisseurs

Je dois maintenant causer aux petiots d’un jeu formidable… Enfin pour 2001.

Donc Onimusha, c’est quoi ? Pour faire simple, c’est un Resident Evil dans un univers de samouraïs et de démons. Mais vu que tu ne connais probablement les Resident Evil originaux que via les remakes entièrement en 3D d’une grande partie des opus ces derniers temps, cette affirmation n’est plus vraiment juste, disons que c’est à peu près comme Resident Evil avec des Samouraïs et des démons.

Comment ça, je ne suis pas clair ? Je vais faire encore plus simple. Donc Onimusha date de 2001 et est sorti sur Playstation 2. A l’époque, les machines n’étaient pas aussi puissantes qu’aujourd’hui, spécialement du côté de la mémoire interne, et les développeurs utilisaient diverses astuces variées pour économiser de la mémoire, de la puissance de calcul. Capcom a développé et usé pour Resident Evil une technologie de semi 3D où la majorité des décors sont en 2D mais pris sous des angles fixes pour être parcourus par des personnages en 3D de manière à ce que l’impression de profondeur et de déplacement 3D persiste. Le gameplay via la croix directionnelle était très étrange, puisque le personnage ne peut s’avancer qu’en appuyant sur la flèche du haut, reculer avec celle du bas, les diagonales servant à le faire pivoter. Pour ainsi dire, c’était quand même une galère pour viser précisément ou pour avancer avec fluidité d’un écran à l’autre.

Mais non seulement, c’était un moyen pour économiser des ressources auprès des consoles, mais cela permettait une certaine mise en scène pour un jeu d’horreur. Le géant japonais a depuis recyclé ce concept pour de nombreux jeux et de nouvelles IP dont Dino Crisis et Onimusha. Ce dernier table très peu sur l’horreur et le jump scare dont la série Resident Evil était friande à l’époque. On a un jeu plus basé action.

On incarne donc Samanosuke, un samouraï qui tente de sauver la princesse Yuki des mains de créatures démoniaques. Par derrière, une petite histoire va se tisser dont je vous laisse découvrir les détails, mais pour mener à bien sa quête, Samanosuke va vite recevoir un gantelet magique capable d’absorber les âmes des démons vaincus et dont la nature de l’orbe activée altérera l’arme de Samanosuke pour un sabre de foudre, une puissante épée de Feu ou une rapide double lame de vent. Les orbes comme les armes pourront être renforcées en utilisant ces âmes absorbées, ce qui ne sera pas de trop pour passer certaines portes et pour affronter certains ennemis.

Dans ce remaster, le gameplay a été pourvu de la possibilité de contrôle Samanosuke et Kaede (une Kunoichi qui accompagne notre Samouraï) via les joysticks analogiques. Si l’idée est louable, même si l'ancienne jouabilité est toujours disponible, l’exécution est quand même à revoir. La faute à un concept qui a mal vieilli et au fait que les développeurs n’ont pas pensé que les changements de plans allaient tant gêner, faisant prendre aux héros des directions totalement involontaires ou taper dans le vide à cause d'un système de semi lock pas toujours perspicace. C’était déjà un peu le cas avec ce système de caméra via l’ancienne jouabilité, mais avec le joystick pour un contrôle plus actuel, c’est limite la crise de nerf pour quelqu’un qui ne s'est jamais essayé à la série auparavant. Preuve que le concept même de ce type de jeu a très mal vieilli et que, de nos jours, il est impensable de voir un titre sortir avec de telles spécificités sans un minimum d’adaptation préalable dans son gameplay.

Mais malgré cela on persiste parce que l’ambiance, le chara design, même si vieillot également, ont leur charme. Les animations et la mise en scène montrent aussi que c’est un jeu d’une autre époque tellement cela reste minimaliste comparé à ce que l’on peut croiser dans n’importe quelle production actuelle. Là, on le tolère car le jeu date d’il y a 18 ans. Ce qu’on tolère moins c’est les 20 € pour environ 4 heures de jeu. Bien plus, si vous êtes perfectionnistes et voulez vous classer en S, tout récolter, débloquer le mode de difficulté Ultime et le finir, cela ne change rien au fait que le jeu peut se finir en moins de 3 heures avec une certaine rejouabilité qui peut tripler voire quadrupler selon le type de joueur que vous êtes. Alors attention, je ne parle pas de 3 heures chiantes, hein ! Ce sont 3 à 5 bonnes heures de jeu passionnantes, mais cela fait quand même chère l’heure de jeu, vous en conviendrez et comprenez maintenant pourquoi j’ai mentionné plus haut le regret de l’absence des opus 2 et 3 (voire le 4, mais ne l’ayant jamais fait, je m’abstiendrai de l’inclure) pour une simple réédition qui ne vaut pas vraiment son tampon “HD”.

Mais si vous avez 20 € qui prennent la poussière

Ou aimez profiter de la générosité de grand-mère,

Que l’action et le sang ne vous dégoûtent guère

Alors Onimusha : Warlords pourrait bien vous plaire. Le jeu d’action/aventure de Capcom est disponible sur Xbox One, PlayStation 4, Nintendo Switch et PC (Steam) en version dématérialisée depuis aujourd'hui, 15 janvier.


Jeux du moment

>> Liste complète <<