Publicité

RollerCoaster Tycoon Adventures – Un parc d’attraction à emmener partout

Créé par Chris Sawyer, RollerCoaster Tycoon sort pour la première fois en 1999 sur PC Windows, un succès immédiat. Mais c'est dans sa toute nouvelle version développée par le studio Nvizzio Creations pour la Nintendo Switch que j'ai eu l'occasion de le (re) tester.

En complément du tutoriel, trois modes sont proposés depuis l'interface principale : le mode Aventure (plus connu comme le mode Campagne dans les précédents opus), le mode Scénario (seize courts défis avec des objectifs à remplir dans un temps imparti) et le mode Bac à Sable (sans buts ni distractions, en type créatif où tout est débloqué avec des fonds illimités ou carrière). Je remarque immédiatement en lançant ma première partie que l'écran tactile est pris en compte, les contrôles s'effectuent à la manette avec les raccourcis toujours indiqués ou directement au doigt. Cela offre une plus grande liberté, un bon point oublié par trop de portages récents sur Nintendo Switch. Par contre, dans l'impossibilité de prendre des captures d'écran, ce seront des images tirées du kit de presse qui illustreront cette présentation.

Les graphismes sont très colorés, avec un grand nombre d'objets animés : les manèges tournent, les visiteurs se promènent, et l'équipe de maintenance s'assure que tout est en ordre. Les objets se personnalisent en plus de 50 couleurs, ce qui permet de créer des parcs dans des ambiances très spéciales, pour mieux s'accorder avec l'une des quatre régions proposées (Forêt Fleurie, Île Inspirante, Lune Merveilleuse et Canyon Apaisant).

En tout, ce sont plus de 120 éléments mis à disposition : des manèges, des attractions, des boutiques, des restaurants, des stands... Et également une foultitude de décorations, des arbres et des plantes, sans oublier les indispensables allées pour que les visiteurs parviennent aux attractions. Les unités sont réparties en six catégories :

  • manèges : junior, famille et extrême
  • montagnes russes :  bois, acier, ailé, hyper, inversé, vertical et turbo
  • restaurants : chariots, stands et bistrots
  • services : magasins, utilitaires et mascottes
  • décorations : plantes, drapeaux, classique, tropical, sci-fi, western
  • terrain : chemin, terrain, clôture, eau, végétation, élévation, efface

L'interface est facile d'accès, via de gros boutons constamment affichés en bas de l'écran qui se sélectionnent rapidement avec les boutons droite/gauche, puis L et R (en plus de constamment garder le recours possible à l'écran tactile). Il y a également un menu pour afficher des statistiques financières et différentes jauges sur la satisfaction des visiteurs, appelés Peeps, avec des calques qui se rajoutent sur la carte pour identifier d'éventuels manques. Dans les modes qui le nécessitent, les permis augmentent les limitations de construction du parc (nombre de décorations, de manèges et de modules de la montagne russe) en fonction de la valeur du parc et donnent accès à des recherches, recherches qui devront ensuite être effectuées en investissant du temps et de l'argent depuis le menu dédié. Après un délai de 30 à 10 jours (plus c'est long, moins c'est cher), une nouvelle unité se débloque.

Un bon niveau de zoom et une caméra libre sur 360° facilitent la vision globale du parc et la construction sans limite. Les unités se tournent à 90°, et se personnalisent dans leurs couleurs, pour laisser libre court à son imagination. Elles peuvent même être bougées et tournées après construction, ne limitant donc pas les refontes globales du parc a posteriori. Par contre, je n'ai pas trouvé de raccourci pour reposer rapidement le dernier élément ajouté, ce qui rend ennuyante la phase de décoration (sélectionner dix fois l'érable dans le menu des décorations, puis des arbres, est franchement inutilement long et agaçant). Cela marche par contre heureusement sur les éléments de terrain comme les routes ou la végétation.

Peu importe le mode, l'objectif principal reste toujours de créer et de gérer le plus beau parc possible. Il faut donc trouver un savant équilibre pour combler les besoins des visiteurs : amusement, souvenirs, toilettes et restauration. Lorsqu'ils rencontrent un gros souci, les visiteurs ont une bulle au-dessus de leur tête, ce qui alerte facilement et rapidement. En complément, des événements ponctuels se déclenchent, avec plusieurs choix qui vont impacter positivement ou négativement le parc en fonction. Cela peut aller d'une somme d'argent à la baisse de tous les revenus ou de l'affluence.

La création des montagnes russes est la fonctionnalité la plus amusante, avec son propre espace de création qui s'ouvre une fois la gare posée. Chacun des nœuds se déplace indépendamment pour créer le tracé, avec la gestion de la hauteur, d'effets spéciaux et de figures (le plus classique étant le looping, mais il y en a bien d'autres plus tortueuses les unes que les autres). Une fois le tracé terminé, des testeurs notent l'attraction suivant trois paramètres : intensité, excitation et nausée. Bien entendu, les deux premiers doivent être le plus haut possible, et le dernier le plus bas possible. Il est même possible de choisir l'apparence des wagonnets pour mieux coller au thème voulu. Une fois que tout est conforme aux exigences, l'attraction peut être ouverte au public.

En conclusion, RollerCoaster Tycoon Adventures est exactement ce qu'il promet : un simulateur de parcs d'attractions joli, coloré et facile d'accès. Il existe un mode qui conviendra à chaque joueur, avec la difficulté appropriée. Offrant une rejouabilité sur le principe infinie, un excellent titre qui ne nécessite en plus pas d'être en ligne, que tout possesseur de Switch amateur de jeux de gestion devrait posséder dans sa bibliothèque, même si le prix un peu élevé pourra peut-être inciter certains à attendre d'éventuelles promotions.

RollerCoaster Tycoon Adventures - 49,99€

Jeux du moment

>> Liste complète <<