Publicité

Ground Runner: Trials – Jusqu’au vertige !

Le 25 octobre, Ground Runner: Trials, FPS en réalité virtuelle développé par le studio londonien indépendant Astrofish Games, a quitté l'accès anticipé. L'occasion parfaite de monter à bord de l'un de ces véhicules pour partir découvrir ce shooter qui se décrit comme une expérience immersive et intensive fusionnant action, combats de véhicules et contrôles manuels.

Au lancement de ma partie, je suis invitée à paramétrer la hauteur et la position de l'habitacle du véhicule pour le placer à une distance confortable autour de moi. Au besoin, le reparamétrage reste accessible à tout moment depuis l'écran d'accueil du jeu, une bonne chose car, comme je le découvrirai par la suite, il est impératif d'être bien placé pour réellement profiter du jeu, les éléments de contrôle se situant sur le tableau de bord. Un peu plus tard, dans ces mêmes paramètres, je découvre le mode confort que j'active, censé réduire le mal des transports en ajustant le champ de vision lors de l'accélération et les collisions.

Les missions débutent par des tutoriels, l'occasion de découvrir les commandes et l'environnement, une gigantesque planète désertique, enchaînement de grands espaces brun/rouge avec d'immenses amas de rochers, et même parfois de petits lacs et des canyons. La faune et la flore semblent inexistantes à la surface de cette planète, au contraire des cristaux Torsion, des minéraux violets qui apparaissent un peu partout et que je vais m'employer à ramasser durant les missions à venir.

Après avoir fini d'admirer le paysage fort bien recréé malgré une certaine monotonie des couleurs, je me concentre sur les commandes et empoigne le manche des gaz avec ma main droite. En le tirant vers l'avant, la moto accélère, il me suffit de le ramener vers moi pour ralentir, ou de le pencher d'un côté ou de l'autre pour tourner. Avec le pavé sous le pouce, j'active un booster temporaire et freine pour une rotation rapide du véhicule.

Les cristaux sont mon principal objectif mais, plutôt que de m'obliger à les détruire par collision (bien que cela reste possible), je me vois armée de double-pistolets. Ces armes sont rangées dans deux holsters devant moi, sur le tableau de bord, et nécessitent d'être empoignées pour être dégainées. Pour ne pas lâcher l'accélérateur, je n'utilise la plupart du temps que le blaster en main gauche et garde la manette des gaz en main droite.

Comme les choses seraient sinon trop simples (et ennuyantes), une corporation s'intéresse aussi aux cristaux et leurs vaisseaux tournoient dans les airs pour envoyer sans relâche des drones mineurs à la surface. À moi de les détruire, pour récupérer les cristaux qu'ils portent et également m'attribuer les ceux qu'ils convoitaient, tout en évitant de prendre trop de dégâts, je ne voudrais pas abîmer mon beau véhicule. Bien sûr, les deux pistolets ne sont que le départ d'un arsenal bien plus létal, comprenant des lances-roquettes ou des canons-laser.

Grâce aux cristaux récupérés qui se convertissent en crédits, mais également aux pièces récupérées sur des noyaux de puissance, j'améliore mon véhicule suivant trois critères : vitesse, maniabilité et puissance. Le prix augmente de manière exponentielle, m'obligeant à ramasser toujours plus de cristaux, pour plus d'efficacité.

Pour ajouter du contenu, en complément des missions de la campagne solo, un mode arcade est là pour emmener directement au coeur de l'action, avec ici du tir dans sa plus simple brutalité. Le contenu est donc correct, surtout pour un jeu en réalité virtuelle, avec une certaine rejouabilité offerte par le mode arcade.

Du côté du mal des transports, malgré le mode confort activé, j'ai commencé à être incommodée après environ trente minutes et j'ai dû arrêter après quarante-cinq car je ne me sentais pas bien. Le pire pour moi est de devoir tirer, parfois vers l'arrière, alors que le véhicule est en mouvement, obligeant à tourner la tête à tout va et donc à perdre de vue la ligne d'horizon. Pourtant, dans les retours sur Steam, la majorité des joueurs ne s'en plaignent pas, même des personnes qui se disent sensibles comme je le suis, donc le mieux si le jeu vous intéresse serait sans doute pour vous de le tester, quitte à demander un remboursement si vous souffrez de malaise.

Le jeu est disponible pour les casques de réalité virtuelle Oculus Rift, HTC Vive et Windows Mixed Reality. Je l'ai pour ma part testé avec l'HTC Vive sous Steam :


Jeux du moment

>> Liste complète <<