Publicité

Citadel: Forged With Fire – Des magiciens, des dragons et des balais volants !

Après avoir joué à de nombreux jeux de survie sandbox, de Life is Feudal à ARK:Survival Evolved, et plus récemment Conan Exiles ou Rend, je ne pouvais que tester Citadel: Forged With Fire. J'ai profité de l'une des plus grosses mises à jour publiées sur le titre depuis le lancement de l'accès anticipé pour m'y mettre. À cette occasion ont notamment été refaits le système de progression incluant les sorts, les menus, l'agriculture, la cuisine, les quêtes, la personnalisation du personnage, les maisons, les raids...

 

Création du personnage

Au lancement, deux choix possibles : soit rejoindre un serveur (officiel ou non), soit lancer une partie solo. N'ayant pas particulièrement envie de jouer avec d'autres personnes et de me lancer dans des guerres JcJ, j'ai directement opté pour créer un monde sur mon ordinateur avec tout un tas d'options. J'ai globalement laissé les paramètres par défaut afin de ne pas modifier mon expérience de jeu.

 

La création du personnage est assez bien réalisée et offre diverses options de tailles et de couleurs, avec des avatars féminin et masculin, et la possibilité d'agir directement sur chaque partie du corps. Étrangement, il y a un petit effet de flou sur le rendu, je ne sais pas pourquoi et ça rend le processus un peu désagréable.

 

Premiers pas

Ayant créé une nouvelle héroïne acceptable, je fais mes premiers pas dans le monde et me laisse guidée par le tutoriel qui se présente sous la forme de quêtes simples données par un PNJ. Comme presque tous les jeux de survie, ma première tâche consiste à récupérer du bois et de la pierre. J'erre un peu dans la citadelle où je me trouve, avant de réaliser qu'il y a des cailloux et des branchettes qui traînent dans la caverne même où je suis apparue.

Un passage dans l'interface d'artisanat et voilà, parfait, j'ai désormais ma hache, les arbres en tremblent d'avance.

Des pierres levées dans la cour me donnent des informations supplémentaires sur ce que je peux faire. Un peu plus loin je découvre des portails, sans doute liés au combat entre joueurs, avec deux équipes, une rouge et une bleue. Je ne vois pas trop l'intérêt dans mon cas, je ne m'en suis donc pas occupée. Les graphismes sont agréables, même si certaines textures sont un peu brutes, notamment sur les bâtiments. Il y a également des défauts grossiers comme sur la capture d'écran ci-dessous à gauche où vous remarquerez un petit jour entre le mur et le haut.

Par contre, une fois dans la nature, la forêt et ses animaux offrent un meilleur réalisme, avec de jolis échappées, mais ça reste malgré tout un peu en dessous de ce que certains jeux sous Unreal 4 proposent. J'accomplis quelques quêtes, dont des quêtes répétables, je tue des sangliers, des loups et des élans, j'aide un PNJ rencontré dans une maison, je tue des orques et des fées dans un camp pour leur voler leur coffre, et je gagne des niveaux.

Ces niveaux me donnent des points de caractéristiques (à répartir entre vie, mana, dégâts infligés et capacité de transport) et des points de connaissances à investir dans trois catégories d'arbres : objets martiaux (armes, armures et bijoux), utilitaires et éléments de construction.

J'apprends notamment comment faire de nouveaux vêtements qui améliorent ainsi ma résistance... et mon look (oui, ça c'est une question de point de vue, je vous l'accorde). La seconde tenue que je suis capable de faire par la suite a quand même meilleure apparence !

 

La carte est assez gigantesque, il y a fort judicieusement des tours dispatchées un peu partout qui débloquent le voyage rapide mais, à pied, comptez certainement plus d'une heure pour aller d'un bout à l'autre.

 

Créations de sorts

Le système est plutôt original car les armes créées n'ont aucune capacité, il existe actuellement des bâtons, des baguettes, des haches, des épées, des gantelets de mêlée, des marteaux. Je me suis pour ma part spécialisée dans les bâtons, n'ayant pas assez de points de connaissance pour investir dans toutes les branches.

Une fois un arme créée, il faut lui ajouter des sorts depuis le livre des sorts. Cela se fait en choisissant l'une des écoles de magie (mon bâton a projectile, zone, utilitaire et personnel), puis en ajoutant potentiellement une essence et des composants. Les essences se récupèrent sur les ennemis, j'ai ainsi eu des essences de givre et de mort, mais il en existe a priori d'autres types. Les composants eux améliorent l'efficacité générale du sort créé, il se créent ou également se trouvent dans le monde en butin.

Une fois tout ajouté, il suffit de choisir comment relier les sorts (clic gauche ou clic droit) et le sort est lié à l'arme. À n'importe quel moment, le sort peut être recréé, ce qui écrasera le sort précédent sans possibilité de retour, il faut donc être plutôt sûr de son coup.

 

Housing

Un peu lassée d'accomplir des quêtes, je me lance dans la construction d'une maison pour tester le système ! Je débute en faisant ça de manière normale, en collectant du bois, encore et encore. Heureusement, je suis en plein forêt, donc les arbres ne manquent pas. Je réussis à créer une bâtisse assez moche (il faisait nuit avant que je ne la détruise donc on ne voit pas grand chose sur la capture d'écran, mais croyez-moi sur parole), l'outil est pratique, avec beaucoup d'objets différents, des murs, des plafonds, des sols, des portes, des fenêtres... J'apprécie notamment que les fenêtres et les portes soient des éléments supplémentaires à ajouter sur des murs déjà existants. Cela permet de modifier facilement les zones d'entrée/sortie sans avoir à tout démolir.

 

Peu convaincue, je préfère créer des citadelles que de ridicules constructions (en même temps le nom du jeu intègre bien le terme citadelle, non ?), j'active un code de triche pour que les éléments ne coûtent plus de ressources. Je suis désormais libre de construire sans limite et de donner libre cours à mon imagination. Les éléments se placent bien et, même si le toit est un peu technique à mettre en place, ce n'est pas pire que sur d'autres jeux.

Je place à l'intérieur diverses machines d'artisanat, afin d'être en mesure de me créer mon équipement (forge, travail du bois, tissage), mais également des régénérateurs de vie et de mana (car cela ne remonte pas seul, il existe bien des puits dans la citadelle, mais c'est tellement plus pratique d'avoir ce qu'il faut chez soi), des générateurs de ressources (bois et pierre), une pierre de réapparition (comme ça, si je meurs, je reviens ici), un déconstructeur (pour récupérer les composants des objets).

 

Dans une autre pièce, autour du trône qui me permet de revendiquer la demeure, je place des éléments de décoration, des tableaux, des lanternes, des tonneaux, un lit, une armoire, un coffre, une peau de bête au sol, une table avec des chaises. Il n'existe pas de petits éléments comme des bougeoirs ou des plats, mais le rendu est plutôt sympathique (juste dommage que l'herbe n'est pas automatiquement coupée sous les éléments de fondation et dépasse ainsi au milieu de ma chambre à coucher).

Je place des champs dans ma cour, avec des arroseurs automatiques. Je peux y planter des graines, que j'ai dû auparavant créer sur l'une de mes machines.

Sans oublier une entrée magistrale avec une étrange statue.

Déjà correctes sur les constructions en bois, les possibilités avec les constructions en pierre sont encore plus nombreuses avec des formes biscornues qui s'adaptent à pratiquement toutes les situations. Vous pourrez ainsi faire des tours rondes, ovales ou octogonales, placer des meurtrières, entourer le tout de chemins de ronde, sans oublier les indispensables escaliers en colimaçon pour accéder aux étages. En quelques minutes (grâce aux codes de triche), je fais sortir  de terre un petit avant- poste.

 

Et là, j'ai fait une super tour de guet (pourquoi fait-il toujours nuit quand je termine mes constructions ?).

Des objets défensifs s'ajoutent aux bâtiments pour se défendre contre les autres joueurs, mais également contre les créatures du monde. De ce que j'ai pu tester : une herse, un bouclier, un obélisque de flammes, une tour-missile. Ces éléments s'améliorent sur trois niveaux, pour gagner en efficacité (exemple : au rang 1 le bouclier va protéger, au rang 2 il infligera des dégâts aux ennemis et au rang 3 il soignera aussi les alliés).

 

 

Des balais ?!

En fouillant dans l'arbre de connaissance, je découvre dans les utilitaires quelques capacités intéressantes, et notamment "brooms". Des balais ? Intriguée, je dépense quelques points, je me dépêche de lancer la production sur mon établi et oui, c'est bien un balai que la machine me crée. Je l'équipe... et je peux monter dessus et me mettre à voler !

 

Cela consomme énormément de mana, ce qui m'accorde tout au plus une minute de vol (que je peux ensuite régénérer au rythme de 4 par secondes grâce à un anneau, ce qui est plus rentable que rester à ne rien faire dans un puits). Je me rappelle alors les portails rouge et bleu de l'entrée, et je me mets à rêver à des matchs de Quidditch. Enfin, des matchs sans doute très violents car les armes sont utilisables depuis son balai ce qui promet des rencontres musclées.

Et ce n'est pas totalement un rêve, car il y a bien des structures pour faire des matchs, avec un but horizontal et un autre vertical ! Bon là du coup, je regrette un peu d'être toute seule sur mon serveur...

 

Domptage

Dernière fonctionnalité que j'ai testée car c'est un peu technique (merci le wiki au passage). Il faut déjà réussir à récupérer une essence de lumière, qui se trouve sur les monstres amicaux. Après avoir tué une bonne quantité de bestioles en tous genres, la cinquantième m'a enfin donné ma rune (bien sûr, les 5 suivantes aussi, sinon ce ne serait pas drôle). Cette rune m'a permis de placer un sort utilitaire appelé "Pacify" dans une nouvelle arme créée pour l'occasion (cela n'est pas utile de le mettre sur son arme habituelle). Un cheval trottait autour de mon donjon, j'ai donc tenté de le dompter, mais pour cela il faut remplir la barre bleue autour de son portrait, ce qui prend une éternité, surtout que le foutu animal continue à courir et que le sort coûte pas mal de mana à canaliser, ce qui ne permet pas de le combiner avec le balai pour le suivre.

Après une éternité, j'arrive enfin à mes fins, je nomme ma monture et j'accède à un menu d'où je peux définir son comportement (passif, défensif ou agressif) ainsi que sa position (suivre ou rester). Le cheval possède également un inventaire dans lequel je peux glisser la selle précédemment créée dans un de mes établis.

Elle devient donc une parfaite monture. Sur son dos, je ne peux pas utiliser mes capacités de combats, mais ses propres capacités. Aucun souci par contre pour ramasser les plantes et autres ressources au sol sans descendre de selle.

Tout comme moi, le cheval a un niveau, ainsi qu'une barre de vie. Et s'il est un peu trop téméraire, adieu joli cheval. Je n'ai plus qu'à récupérer ma selle et trouver un nouveau compagnon. Snif.

Mais j'ai déjà oublié le cheval, j'ai lu qu'il était possible de dompter des dragons... des dragons !

 

Conclusion

Ma première heure de jeu n'a pas été très convaincante, je n'avais pas compris le système de sorts sur les armes et je ne remontais pas ma mana, j'étais donc totalement inefficace, et je ne voyais pas trop bien les objectifs dans ce monde au demeurant sympathique mais qui, à première vue, ne brillait pas par son originalité. Et puis j'ai mieux compris comment l'artisanat s'appréhendait, dans ce monde rempli de magie où tout se gère autour de puissantes runes. J'ai commencé à créer du meilleur équipement, ma sorcière a appris à se défendre, puis les système d'housing et de vol ont achevé de me convaincre.

Citadel: Forged With Fire n'est sans doute pas le jeu de rôle en monde ouvert le plus complet qui existe, certains de ses systèmes restent assez obscurs, et d'autres comme le domptage sont laborieux. Mais c'est le seul à ma connaissance qui propose ainsi un univers exclusivement de magiciens, avec un système de construction qui, pour les grosses structures, est l'un des plus robustes que j'ai eu l'occasion de tester. Il y a encore pas mal de bugs, notamment sur les serveurs en ligne qui souffrent a priori de temps de latence. Il suffit également de lire les forums pour voir que les soucis rencontrés par les joueurs ne manquent pas. Mais les développeurs travaillent continuellement à améliorer le jeu, encore en accès anticipé rappelons-le, avec des patchs quasi hebdomadaires qui ne pourront qu'améliorer sa qualité. À noter qu'actuellement le jeu n'est qu'en anglais, il n'y a pas beaucoup de textes à lire donc cela ne pose pas un gros souci, même si cela pourra en déranger certains.

En tout cas, j'ai pour ma part passé un excellent moment à parcourir ces nouvelles terres et, après une dizaine d'heures, je prévois d'y retourner très prochainement. J'ai une nouvelle citadelle à construire et un dragon à dompter !


Jeux du moment

>> Liste complète <<