Publicité

Helium Rain – Les convoyeurs galactiques de l’extrême

Actuellement en accès anticipé sur Steam, Helium Rain est un jeu de simulation spatiale créé par un studio indépendant parisien, Deimos Games. Grâce à une clé fournie par l'éditeur, j'ai pu aller découvrir la galaxie qu'ils nous préparent.

Depuis une interface déjà très propre sur fond bleu, je lance ma première partie, dans le premier emplacement de sauvegarde, et découvre l'histoire à travers une série d'écrans successifs. Pour résumer les événements, nous nous trouvons en 2250, l'humanité a tenté de partir à l'exploration de la galaxie, ne découvrant malheureusement que des lunes inhabitables après un long voyage de 24 années-lumières. Certains humains ont alors voulu revenir vers la Terre, tandis que d'autres désiraient tenter de survivre sur place dans des stations spatiales. Une guerre a éclaté durant laquelle l'énorme vaisseau colonial a été détruit, hypothéquant toute chance de retour. Dans un climat tendu, les compagnies de minage et d'exploration tentent de survivre alors que tout espoir d'un jour pouvoir revivre à l'air libre s'est envolé.

Nous sommes à la tête de l'une de ces compagnies, ne possédant pour le moment qu'un seul vaisseau, la partie débutant par sa personnalisation avec un nom, un code d'immatriculation, des couleurs représentatives et un emblème. Le choix reste encore assez limité pour cette dernière, mais cela se trouve compensé par les couleurs variées. Rien de bien définitif comme je le découvrirai par la suite, la plupart de ces paramètres se modifiant par la suite depuis le jeu sans coût.

 

Puis c'est le grand saut dans le vide spatial aux commandes de notre tout nouveau vaisseau spatial. Les commandes se révèlent assez simples à prendre en main, en plus d'être bien expliquées par le tutoriel, même s'il vous faudra, pour bien faire, passer le clavier en QWERTY. A travers le hublot, je découvre une galaxie aux graphismes réalistes donnant l'impression de regarder ces images que les télescopes nous montrent : l'immensité spatiale avec ses vastes espaces sombres et ses champs d'étoiles sans fin. Mon vaisseau possède deux emplacements de cargo (les grosses croix indiquées 0/50 sur la capture d'écran ci-dessous) ainsi que des éléments qui pourront être personnalisés pour en améliorer son efficacité.

Du côté des mécanismes de jeu, la galaxie est organisée sous la forme de secteurs, chacun accessible via la carte orbitale qui donne un aperçu des différents lieux visitables, de nouveaux endroits se débloquant au fur et à mesure de la partie. Chaque voyage prend du temps de jeu, calculé en jours, ce qui pose potentiellement souci pour certains contrats ayant des impératifs d'horaire.

Ces contrats sont disponibles dans chaque secteur et se débloquent dès l'arrivée. Ils demandent, pour ce que j' en ai vu, soit d'acheminer des biens, soit des personnes, le principe consistant dans les deux cas à se rendre d'un point A à un point B. Dans le cas de personnes, il faut les prendre dans une station, puis les emmener dans une autre. Pour les marchandises, parfois il faut les acheter à un marchand spécifique, ou alors se débrouiller pour les trouver. Chaque secteur étant spécialisé, il faut parfois refaire un bond vers ailleurs pour trouver les bonnes ressources. A la clé, de l'argent et des points de recherche.

Sauf en possédant l'arrimage automatique, une grande partie des contrats se passe à négocier les phases d'approche où il faut aligner le vaisseau sur plusieurs paramètres pour que les crochets se mettent en marche. Tout cela s'affiche sur l'ordinateur de bord, en bas à droite (je m'en sors mieux sur la capture de gauche que sur celle de droite).

Une fois sur la station, un menu s'ouvre pour donner accès aux différentes possibilités : commerce, réparation, amélioration... Si jamais une personne d'un contrat se trouvait à bord, elle monte automatiquement sur mon vaisseau dès l'appontage.

Un arbre technologique très complexe débloque au fur et à mesure des éléments de gameplay. J'ai  ainsi pour ma part la possibilité de pouvoir créer des stations scientifiques.

Mais ne vous attendez pas, comme vous pourrez le voir sur les vidéos de présentation du jeu, à vous lancer dès le début dans des batailles spatiales. Le jeu nous place dans le rôle d'un marchand des étoiles, une bonne partie du gameplay consiste à livrer des produits de stations en stations en profitant de la quiétude des paysages offerts par les magnifiques planètes aux atmosphères envoûtantes, le tout sur une musique orchestrale ajoutant à la majesté des environnements. Après 4 à 5 heures de jeu, l'aspect qui peut paraître rébarbatif et répétitif des premières livraisons sera vite oublié lorsque vous commencerez à jouer dans la cour des grands en étendant votre empire commercial. Construction de vos propres stations, élaboration de nouveaux vaisseaux (dont les vaisseaux de guerre pour le combat ou les vaisseaux de commerce qui prendront le relais des livraisons), production de vos propres ressources et, éventuellement, actions de guerre contre d'autres factions,  autant d'actions déjà prises en charge ! Vous pourrez même, si vous avez les nerfs assez solides, vous engager dans la voie dangereuse de la piraterie, à moins que vous  ne vous contentiez de naviguer dans l'espace en toute quiétude, loin des conflits des autres, en vous imaginant être dans un nouveau numéro des convois galactiques de l'extrême. Finalement, c'est bien ce qui définit le genre de la simulation, offrir à chaque joueur sa façon de vivre sa partie. Helium Rain réussit merveilleusement bien sur ce point, me donnant l'impression de poser mes marques dans un univers proche de The Expanse ou de Battlestar Galactica.

Si je devais faire un reproche, ce serait du côté de l'interface. Non pas sur son apparence, les menus sont agréables et parfaitement intégrés au style du jeu, donnant vraiment l'impression de se trouver dans son cockpit devant l'ordinateur de bord, mais les informations sont souvent trop éparpillées, obligeant à jongler d'un onglet à l'autre pour trouver les informations sur une mission, un secteur, un vaisseau en cours de construction...

Si vous avez la patience de développer votre empire, ou tout simplement que vous aimez la tranquillité offerte par les simulations de transports, alors vous trouverez un grand plaisir à parcourir la galaxie d'Helium Rain, un jeu plein de surprises possédant une plus grande complexité qu'il n'y paraît de prime abord et en plus entièrement traduit en français ! Sans oublier des mises à jour régulières, le tout à un prix plus qu'abordable !


Jeux du moment

>> Liste complète <<