Publicité

Fearful Symmetry & The Cursed Prince – La symétrie mise à l’épreuve !

Fearful Symmetry & The Cursed Prince est un jeu développé par Gamera Interactive, édité par SOEDESCO Publishing et sorti le 12 décembre 2017.

 

Histoire

Fearful Symmetry possède une petite histoire. Elle n’est guère très développée, ni très importante, le jeu étant un jeu de puzzle dans lequel on enchaîne différents niveaux. D’ailleurs, elle peut se résumer en quelques lignes :

Un personnage décide un jour de voler les « parchemins de la symétrie », qui sont réputés pour être porteurs de malédictions. Alors qu’il s’échappe avec les parchemins, dans l’autre monde,  apparaît un autre personnage, mystérieux,  encapuchonné et envoyé en mission afin de « trouver le salut ».

 

Jeu et gameplay

Le jeu est donc une succession de niveau « puzzle » à résoudre. Mais là où il se démarque des habituels jeux, c’est que l’on contrôle non pas un, mais deux personnages en « miroir » et simultanément.

Le jeu est, comme son nom l’indique, symétrique. L’écran se divise en deux, avec la partie gauche qui est « normale », le « monde de lumière » et la partie droite, le « monde des ténèbres » qui est le miroir du premier. Mais cela ne concerne que les déplacements, la construction des niveaux, elle, est différente. Ce qui ajoute une difficulté supplémentaire. Le but du jeu est d’arriver à amener les deux personnages à la sortie du niveau, mais attention, la moindre erreur tuera l’un ou l’autre des personnages, voire les deux, et il faudra tout recommencer.

La difficulté vient donc principalement des déplacements. Par exemple, si l’on déplace le personnage du monde de lumière vers la gauche, le personnage du monde des ténèbres ira vers la droite. Si on le déplace vers le haut, le second ira vers le bas, et ainsi de suite.

Mais cela n’est que la première difficulté. La seconde difficulté vient du fait que chaque partie a des pièges et chemins différents. Les premiers niveaux sont assez simples, le chemin sera le même pour les deux personnages, mais au fur et à mesure, cela se complique. Il faudra, par exemple, bloquer un des personnages pour continuer à déplacer le second afin qu’il atteigne un endroit souhaité sans que le premier ne se déplace et ne meure, car son chemin à lui est différent.

Les niveaux regorgeront ainsi de pièges et d’éléments du décor qui bloqueront les personnages. On retrouve ainsi les éternels piques au sol, flèches tirées du mur, mais aussi des pièges à loups, des trous cachés, des fantômes qui apparaissent sans crier garde, etc. Il faudra également utiliser des plaques de pression, interrupteur, etc. afin de libérer les chemins. Le plus souvent, l’interrupteur est dans un monde et permet de libérer le chemin dans l’autre monde.

Le jeu propose également de jouer 3 personnages dans le « monde de lumière ». Le premier est un personnage « normal », qui ne possède aucune capacité spéciale. Le second personnage permet de brûler des éléments autour de lui en lançant une petite boule de feu bleu. Le dernier, quant à lui, permet de sauter par dessus une case. Chaque personnage se jouera dans les mêmes niveaux, mais permettra ainsi de les réaliser de manières différentes et même de ramasser des ânkh [des « bonus » qui ne servent qu’à atteindre le « 100 % »] autrement inaccessibles avec un autre.

Fort heureusement, la difficulté va croissant et de manière « calme ». C’est-à-dire que l’on ne passe pas d’un niveau facile à un niveau très compliqué. Petit défaut [en ce qui me concerne], c’est que l’on est, dans de très nombreux niveaux, obligé de faire du die and retry pour réussir à les réaliser, car les pièges sont invisibles jusqu’à ce que l’on tombe dedans. J’aurais préféré que tous les niveaux puissent se résoudre autrement qu’en mémorisant par cœur et bêtement les emplacements des différents pièges.

 

Graphisme, son et optimisation

En ce qui concerne les graphismes, c’est du pixel art. Je trouve le jeu bien fait et joli, sans pour autant atteindre l’excellence, mais pour un jeu de ce genre, cela « fait le travail ».

Pour ce qui est du son, la musique est bonne, mais elle devient vite énervante, car il n'y a en effet qu’une seule musique durant les niveaux. Cela devient vite rébarbatif et tape sur le système à la longue.

Et pour finir, l’optimisation. Le jeu n’a aucun souci de ce côté-là. Aucun bug, pas de crash ni rien. Cela est plutôt normal, vu que c’est un « petit » jeu qui ne demande pas une bête de course. Vous pourrez même y jouer sans problème sur un laptop.

 

Conclusion

Fearful Symmetry & The Cursed Prince est un bon petit jeu de puzzle divertissant et vous proposera quelques heures de jeu. Il vous faudra compter environ 4 h pour boucler les niveaux avec le premier personnage. Le fait d’avoir 2 autres personnages qui, même s’ils évoluent dans les mêmes niveaux, offre une petite rejouabilité dans le fait qu’il est possible de réaliser les niveaux différemment grâce aux compétences liées aux personnages.


Jeux du moment

>> Liste complète <<