Publicité

Railway Empire – La conquête de l’Ouest des chemins de fer

Railway Empire est un jeu de stratégie/simulation prévu pour fin janvier sur Steam et consoles. Et j'ai eu l'opportunité d'y jouer en avant-première grâce à une bêta presse.

Plusieurs modes sont déjà disponibles au lancement de ma première partie : campagne, scénarios, mode libre et mode bac à sable.

Pour profiter d'un tutoriel, il est conseillé de débuter sa partie par la campagne, se déroulant ainsi, pour ce premier chapitre, en 1963 au lancement de l'Union Pacific Railroad.

Dans ce mode, tout comme avec les scénarios, les pré-requis sont fixés, il n'est donc pas possible de configurer la partie. Contrairement aux modes libre et bac à sable qui eux donnent pour la plupart accès au paramétrage du capital initial, de la ville de départ, du nombre de concurrents, de la difficulté de l'IA et du réseau ferroviaire (facile/réaliste). Les missions sont catégorisées suivant trois modes de difficulté, facile à difficile, pour aiguiller les joueurs vers les défis les plus adaptés.

Dans tous les modes, le concept reste le même : placée à la tête d'une compagnie de chemin de fer, j'ai pour objectif de relier des villes ou des industries pour mettre en place un réseau de chemin de fer efficace et rentable sur l'ensemble du territoire américain. Les objectifs seront simplement différents et plus ou moins obligatoires.

La première étape consiste à positionner une gare, petite (40 000$), normale (100 000$) ou grande (200 000$). Plus la taille de la gare est importante, plus les délais de chargement et de déchargement seront courts et le nombre de voies libres élevé. Bien sûr, comme vous avez pu le voir, ce n'est pas le même budget ! Pour servir à quelque chose, la gare doit être posée dans la zone d'effet de ce qui doit être desservi:  plus elle sera proche du centre-ville, plus les passagers seront nombreux.

 

Une fois les quais posés, il est temps de construire les voies en prenant en compte le pourcentage de pente. Plus la pente est élevée, plus le coût de la construction est important. Comme l'argent ne tombe pas des trains, la construction de rails se doit d'être réalisée avec minutie et, parfois, effectuer un détour pour passer en plaine se révèle bien plus rentable que de couper à travers une colline! Surtout que les locomotives devront ralentir dans les courbes ou lors de trop grandes montées, impactant sur le long terme la rentabilité d'une ligne. L'outil n'est cependant pas toujours très maniable, empêchant de faire des courbes pourtant à première vue correctes.

 

La ligne est une combinaison entre une locomotive (à acheter) et un parcours créé en sélectionnant les gares à visiter. Bien sûr, il faut prendre en compte les sens des voies, mais également les besoins de chaque ville. Passagers, courriers ou marchandises, les flux vont d'un endroit à un autre, et sont plus ou moins nécessaires suivant les industries locales. L'objectif est de limiter l'utilisation de chariots pour que le maximum passe par le train. Notre train! Tout en comblant les besoins des habitants pour que les villes se développent (les villes ne s'agrandissent que si 60% de la demande en marchandises est comblée)... et aient toujours plus besoin de notre réseau ferré.

Pour augmenter l'efficacité d'un train, deux possibilités d'agir :

  • par le personnel engagé à bord : l'ingénieur et le chauffeur augmentent la performance d'un train pour atteindre des vitesses plus élevées, le conducteur invite les passagers à payer plus cher tandis que le gardien empêche tout type de sabotage et augmente le prix du fret.
  • par l'ajout de wagons : la voiture-restaurant augmente la recette des tickets de 20%, le wagon réfrigérant augmente la recette des marchandises de la nourriture de 20%, le wagon de queue offre un bonus pour tous les employés de 20% et enfin le wagon postal ajoute 20% aux recettes de marchandises du courrier.

 

Grâce à des points d'innovation gagnés automatiquement chaque semaine, l'entreprise gagne l'accès à de nouvelles locomotives et à des technologies augmentant l'efficacité des hommes et des machines. Ces technologies se débloquent et sont accessibles petit à petit au fur et à mesure du temps qui passe, mais également des nœuds achetés (il est nécessaire de prendre des innovations voisines pour avancer).

Facile à première vue, le jeu cache de nombreux paramètres à prendre en compte qui complexifient les parties. Deux trains ne pourront par exemple pas emprunter la même voie au même moment: il est donc nécessaire de prévoir des voies de débordement aux bons endroits pour leur permettre de se croiser avec des signaux pour définir quelle voie fonctionne avec quel sens. Il faut prévoir des tours d'assemblage pour fournir de l'eau, du sable et de l'huile de graissage aux locomotives sur leur trajet et, sans gares équipées de bâtiment de maintenance, les trains vont tomber en panne. Les membres du personnel ont des caractères pouvant être incompatibles, engendrant des tensions et une mauvaise efficacité d'une équipe, impactant les bonus. Les villes, en grandissant, vont accueillir de nouvelles industries, requérant donc de nouvelles ressources devant être acheminées. L'argent, nerf de la guerre, vient vite à manquer avec toutes les voies, gares et bâtiments à construire, il est alors possible de boursicoter ou de contracter des obligations bancaires (prêts).

Amusantes, des coupures de journaux suivent l'actualité historique de cette époque, mettant également en avant les performances de notre société ferroviaire.

Complexe, Railway Empire est un excellent jeu de simulation plus addictif qu'il n'y parait. Mes premières parties ont été assez catastrophiques, j'ai rapidement échoué : merci et retour au menu principal. Mais j'ai persévéré, passant un long moment à tenter de parfaire ma maîtrise de la construction de voies ferrées pour optimiser mes constructions et gagner de précieux dollars, puis à constamment ajuster mes trajets pour maximiser les livraisons de marchandises, étendant peu à peu mon réseau ferré vers de nouvelles villes, reliant de nouvelles industries, créant des plateformes d'échange, modernisant mon réseau en investissant dans des locomotives plus rapides, tout cela en essayant d'atteindre les objectifs. J'ai beaucoup échoué, mais j'ai également, à chaque fois, mieux réussi et profité de mes erreurs, ce qui est important pour éviter un sentiment de frustration ne donnant plus envie de jouer.

Encore en bêta, le jeu a un peu moins de deux mois pour se peaufiner avant sa sortie et cela est très encourageant. Il y a tellement de données qu'il m'est difficile d'affirmer qu'il n'y a pas de bugs, cela serait trop compliqué à vérifier, mais j'ai eu cependant quelques comportements étranges, comme des trains refusant de desservir une gare pourtant bien reliée, des trains partant à moitié chargés, des passagers ne se rendant pas à une destination pourtant correctement desservie (mais avec un changement de train)... Le bug le plus agaçant concerne le placement des gares/voies qui parfois se révèlent non utilisables car la courbe est jugée trop serrée par le jeu. Dans la mesure où la gare ne peut plus être déplacée une fois placée, il n'y a plus qu'à jeter 50 000$ à la poubelle pour la détruire et la replacer correctement. Même si ce n'est pas réaliste, il devrait être possible de bouger une gare non encore reliée au réseau ferré car 50 000$ est une grosse somme en début de partie, cela peut tout simplement hypothéquer ses chances futures.

Malgré ces quelques défauts, j'ai vraiment apprécié l'expérience et j'ai hâte de voir ce que les développeurs préparent pour le lancement et au-delà de cet excellent jeu de simulation embarquant en pleine ruée vers l'or ! Vous pouvez pré-commander le titre à -15% jusqu'au 26 janvier, date de sa sortie :


Jeux du moment

>> Liste complète <<