Publicité

WRC 7 – Des courses de rallye exigeantes

Le jeu de rallye WRC (pour World Rally Championship) revient dans un septième opus sorti le 15 septembre sur PlayStation 4, Xbox One et Steam. Et j'ai eu l'opportunité de faire quelques courses sur la version PlayStation 4 du titre.

 

Gameplay

A peine le moteur allumé, je me retrouve dans l'action, lancée sur un premier circuit qui sert de tutoriel et de paramétrage. En effet, suite à mes (pitoyables) performances lors de cette course d'essai, le jeu me propose de jouer en boite automatique et en difficulté facile. Non, réellement ? Est-ce que l'état de ma voiture à l'arrivée ou le trophée obtenu aurait quelque chose à voir avec ça ?

 

Comme tout jeu de course, la gâchette de droite permet d'accélérer, celle de gauche de freiner et reculer, tandis que le joystick L assure la direction.

Jouant en boite automatique, je n'ai pas eu besoin de changer les rapports, contrairement au frein à main (cercle), parfait pour prendre les épingles à cheveux. Le carré est le "panic button" pour faire réapparaître le véhicule lors d'une sortie de route (avec un malus de temps à la clé).

La sensibilité du joystick est importante et la physique très exigeante, il ne faut pas grand chose pour faire un tête à queue ou accrocher une falaise....

Les terrains sont variés, asphalte, neige, graviers, boue, changeant la façon dont le véhicule réagit aux commandes. Du coup, les habitudes prises sur un revêtement sont à réadapter pour la prochaine course où il faudra aborder avec un braquage et une vitesse différents les lacets de la route. Le circuit devient un enchaînement de dérapages (contrôlés on va dire), d'accélérations et de freinages chaotiques.

 

Afin d'anticiper les virages et d'éviter la catastrophe, les instructions très précises du co-pilote sont affichées au milieu en haut de l'écran, également dites à l'audio. Une jauge sur la gauche se remplit, indiquant l'avancement sur le circuit. Par contre, pas de classement des autres concurrents, la course s'accomplissant seul comme sur les vrais rallyes et à l'aveugle. Le temps affiché en haut à droite est là à titre informatif, car il n'est pas possible de savoir si la performance est bonne jusqu'au tableau d'affichage final où le temps est comparé à celui des autres.

Voici une course un peu laborieuse réalisée en mode carrière :

 

Modes

Il y a trois modes de jeu : course rapide, carrière et multijoueur. Après m'être fait la main sur une ou deux courses libres, je me suis lancée dans une nouvelle carrière assez peu brillante de pilote.

 

Une fois le personnage créé, je me retrouve dans l'interface dédiée d'où j'accède au calendrier des courses et à mon classement actuel sur la saison. Il y a surtout cet espace si important à visiter après chaque course (surtout pour les conducteurs du dimanche) : le garage pour la réparation. L'équipe de maintenance a un temps limité entre chaque course, 45 minutes, et les dégâts prennent plus ou moins de temps à être réparés, demandant donc de prioriser les réparations lorsque le véhicule a pris trop de dégâts. Tant que c'est de la carrosserie, tout va bien. Si cela concerne des pièces moteur, c'est vite autre chose !

Les courses s'enchaînent et, après chacune, un classement général est calculé. En fonction, le moral et l'efficacité de l'équipe sont impactés.

Ce sont en tout treize rallyes du Championnat du monde, répartis dans quinze pays sur quatre continents. Voici trois autres courses, les deux premières sont réalisées sur le circuit Corse et la troisième en Italie.

 

Ambiance

Les graphismes sont magnifiques, les paysages variés et réalistes nous emmènent à travers des villages et des champs, louvoyant entre des bottes de foin ou évitant les ravins des routes escarpées de Corse. Les courses se passent à des moments différents de la journée, le soleil est plus ou moins haut dans le ciel, créant des effets de lumière parfois gênants bien qu'impressionnants.

Pas de musique, juste le ronflement du moteur, les hurlements de la foule (à ne pas percuter ou cela réinitialise immédiatement la voiture avec un malus) et la voix du co-pilote qui utilise les termes techniques du rallye avec une rapidité impressionnante... Droite 3 court 30 mètres. Gauche 4 court étroit 40 mètres. Équerre gauche 30 mètres étroit bosselé... Un charabia peu compréhensible s'il n'était pas accompagné des icônes avec un code de couleur affiché au milieu en haut de l'écran.

 

Conclusion

C'est beau, immersif... mais exigeant. WRC 7 s'adresse aux meilleurs pilotes en manette, avec un gameplay qui ne laisse pas de place aux écarts de conduite. Gagner des courses et s'assurer une réussite sur le long terme dans les championnats demande une maîtrise certaine, rendant le jeu non accessible aux débutants ou aux joueurs occasionnels qui se lasseront vite des dernières places. Si par contre un peu de défi ne vous fait pas peur, foncez !

Le jeu est disponible sur PlayStation 4 (59,99€), Xbox One (59,99€) et Steam (39,99€) :


Jeux du moment

>> Liste complète <<