Publicité

FFXIV – FanFest Las Vegas 2016 : Conférence sur le folklore et la localisation

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore01

C’est dans la bonne humeur que débute cette nouvelle conférence où Bayohne accueille un Koji Fox sautillant et à la limite de l’euphorie.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, jetons un rapide coup d’œil au CV de monsieur Lore.

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore04

 

Koji Fox est venu avec son bébé, sa fierté, la chair de sa chair, son rêve : le Lore Book. Une image a été rapidement censurée par le staff, il ne pouvait pas montrer ça, parait-il. Le livre dévoile ses sensuelles mensurations : 304 pages tenant dans un livre de format A4, soit environ 1,2 kg de lore !

Koji s’enflamme : son livre résisterait à une apocalypse, ça serait même le livre survivant, le Livre de Koji ! Son papier est tellement épais... Certains déchireraient des pages d’un livre banal pour un faire du papier toilette. Mais celui-ci est bien trop résistant pour en faire un tel usage !
Et puis la couverture, regardez un peu ce travail ! Koji s’est acharné sur Paint pour faire comprendre ce qu’il imaginait comme couverture. Quelques améliorations plus tard, ça donne ce que l’on voit à l’écran.

On notera l’absence du nom de l’éditeur sur le livre. C’est une volonté de Koji, il voulait un livre à l’allure ancienne, 16eme/17eme siècle, époque où on ne mettait pas l’éditeur dessus ! Il n’y a pas de code-barre non plus.

On retourne aux diapos des chiffres qui fait part d’une nouvelle information : le nombre de mots.

  • Environ 400 000 en japonais,
  • 1 240 000 caractères pour la version anglaise, 205 000 mots. Il y a 680 mots par page et des mots de 6 lettres en moyenne.

Le choix des polices a aussi pris du temps. Koji voulait quelque chose qui se lit bien, mais qui garde le thème « livre d’époque ».

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore10

Place au contenu. 20 % du texte présent est issu d’articles déjà en ligne sur The Lodestone par exemple ou lus en jeu. Les 80 % restants ont été spécialement rédigés pour le Lore Book. Koji Fox précise bien que ça ne veut pas dire que c’est 80 % de choses jamais abordées, mais du lore qui devait être écrit.

Enfin Koji précise qu’il n’a pas travaillé tout seul sur le livre, on retrouvera d’ailleurs le nom de tous ceux qui y ont participé à la fin. Il y a 5 traducteurs, 3 correcteurs et plusieurs testeurs QA.
Il aura fallu 5 mois pour réaliser le Lore Book et 1000 bugs (c’est parce que Koji écrivait tout en buvant de bonnes bières artisanales... !), « presque » tous corrigés !
Des exemples de ces erreurs restantes sont montrés. Sur le premier, on peut lire « La marque de Halone » alors qu’il s’agit de celle de Menphina sur l’illustration. Ils ont remarqué cette erreur juste après l’impression anglaise. Ils ont pu intervenir à temps pour que ça soit corrigé avant l’impression de la Japonaise.

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore11
En dehors de ça, les versions JP/EN sont sensiblement similaires. Il y a une petite différence qu’on peut voir sur la capture d’écran ci-dessous : une citation précède la description du personnage en anglais alors qu’en japonais c’est une petite bio (Clan, âge, genre, centres d’intérêt.) C’est quelque chose de très répandu Japon dans les guides, les différents livres sur le lore. Ces informations se retrouvent côté anglais dans la description du personnage.
Les citations sont toutes issues du jeu, Koji nous invite à vérifier par nous même.

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore12

D’habitude Koji Fox traduit plus qu’il n’écrit de textes originaux. Cette fois c’était à lui de créer et ça lui a vraiment beaucoup plu. Il a par exemple parlé des cartes Arcane. On ne parle toujours que des principales alors que le deck en est composé de 60. Il a dû expliquer toute l’histoire de ces cartes, du deck, comment il est utilisé, dans quels jeux, etc.
Il donne un autre exemple : Les Sept Enfers et les Sept Paradis. Il a une anecdote amusante à ce sujet. Retour à la 1.x. Il y avait 6 Enfers, parce que 6 éléments. Au même moment Koji traduisait un doublage, celui d’un pirate, Bloedin. (Merci à Glirhuin pour le nom :D) C’est un personnage qu’il affectionne beaucoup, qui est même son préféré.
En tant que pirate, il se doit de jurer et « Six Hells » ça ne sonnait pas super bien à l’oreille de Koji. Il est donc allé voir le Monsieur Lore de l’époque et lui proposa plutôt « Seven Hells », qu’il trouvait plus punchy. Il a donc fait modifier le lore pour que « Seven Hells » soit plus cool à entendre de la bouche du pirate !

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore13

Changement de sujet avec la mise à jour 3.4 : Soul Surrender.

Beaucoup de fun à travailler dessus. Beaucoup de combats aussi et la musique de Soken, travailler dessus, c’est un vrai bonheur pour Koji. Il parle alors d’Alexander, de ce fameux rap...

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore14

 

On reste dans le domaine de la musique avec cette fois Equilibrium, la chanson de Sophia.

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore16

Imaginez Koji Fox au bureau, une semaine avant la sortie de la mise à jour, quand Soken lui demande de créer des paroles pour un morceau. Pas de problème, il calcule le délai, c’était un jeudi, il pensait livrer ça mardi ou mercredi. Soken répondit « En fait je pensais enregistrer ça demain ». La tête de Koji à ce moment :

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore17

Il reprend son histoire : il a ensuite passé les 4 heures suivantes en panique. « Holy crap, holy crap, holy crap ». Il cherchait l’inspiration, pensant au scénario, à trouver des rimes, ces fameuses et fichues rimes ! Lorsque la montre afficha 10 h, il se dit qu’il ne devait pas tarder, il risquait de louper son dernier train pour rentrer chez lui. Il avait terminé à environ 80 %. Sa tablette en main, il continuait de réfléchir, entouré d’employés ivres.  
ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore18

Au final c’était lui le mec bizarre dans le train, car il chantonnait sous l’œil un peu méfiant des autres passagers ! Les gens devaient se dire « il n’est pas bien ce type, il parle tout seul ». Koji Fox, toujours expressif illustre encore ses propos de sa personne :

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore19

Le texte prêt, il l’envoya à la chanteuse, Ayumi, qui répéta toute la nuit et fut prête pour enregistrer le lendemain. Il ne fallut qu’une heure pour le faire. Koji explique que ces paroles sont différentes de ce qu’il écrit habituellement. D’habitude il essaie de faire quelque chose de neutre, pas d’interprétation personnelle afin que chaque aventurier puisse interpréter les paroles à sa façon. Mais pour Equilibrium, Koji avait une histoire à raconter.
C’est l’histoire d’une jeune fille du continent de Meracydia, à l’époque où l’empire allagois lance son attaque. Elle se tient en haut d’une falaise et regarde l’océan, sa robe en laine est tachée de rouge.
Son père a participé à la bataille contre l’empire allagois et y perdit la vie. Sa mère récupère par la suite les vêtements du défunt et, dans un coup de folie, se met à battre sa fille. Cette dernière ne comprend pas, ne sait pas quoi faire, elle prie la déesse. La divinité entend son appel et lui murmure : la mort de son père a brisé l’équilibre de sa famille, celui de sa mère. Pour restaurer cet équilibre, elle doit tuer sa mère. La fille s’exécute et la déesse poursuit : « tu as maintenant perturbé la balance de ta famille, tu dois mourir ».
C’est ainsi que la jeune fille se tient au bord de cette falaise, et saute. L’équilibre est rétabli, mais laisse un cœur vide à la mer. En somme Sophia est la déesse, la balance. Elle n’est ni bonne ni mauvaise. Si le mal domine, elle aidera le bien et inversement afin que l’équilibre soit. Pour Sophia rien d’autre ne compte.

Nouvelle image à l’écran, celle de Ga Bu :  « Tout le monde aime Ga Bu, dans l’équipe de localisation on aime aussi Ga Bu. Il y a tellement à dire que nous lui avons dédié un tableau blanc, on a même créé cette capture d’écran : qu’est-ce que Ga Bu ferait ? ». S’ensuivent quelques exemples, qu’on peut voir sur l’image : faire « l'electric boogaloo », acheter un « gazebo » (belvédère, bon forcément ça rime moins bien en français).

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore20

On continue dans l’humour avec un « everything I do, I do it for Bu ». Certains auront de suite reconnu la référence à ça :

Mais il est temps de quitter Ga Bu et d’aborder un autre sujet...

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore21

Bayohne est perplexe, répétant « pourquoi ? Pourquoi ? » Koji fait alors défiler les diapos...

Monsier Lore continue : vous avez déjà vu ce qu’on obtient quand on cherche « year of the cock » sur Google Images ?

Les mots manquent à Bayhone, mais Koji retrouve un peu de son sérieux. Chaque année l’événement saisonnier du Nouvel An, la Fête de la Transition, a lieu sur FFXIV en rapport avec l’année de l’animal désigné. On a eu un Kabuto serpent argenté, un autre dragon noir ébène. Cette année ce sera le « Red Cock Kabuto » d’après l’équipe de traduction. Mais au vu des problèmes que ça pouvait créer (la comm', la loi, tout ça...), ils l’ont finalement changé. Bayhone supplie la foule de ne pas demander le retour du Red Cock. Koji sourit d’un air calculateur en répliquant qu’il reste encore la quête à traduire et qu’ils peuvent toujours aller très loin avec...

Allez cette fois, on aborde un sujet vraiment sérieux, sisi ! C’est le nom de l’extension qui est expliqué. Certains ont déjà remarqué qu’en japonais elle ne signifie pas la même chose. Sa signification serait plutôt Crimson Liberator (s) (le(s) sauveur(s) pourpre(s)).

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore28

Comment le titre a alors évolué de « Crimson Liberator » à « Stormblood » ? Comme on le sait déjà, le titre des mises à jour est souvent différent du japonais. On peut voir sur l’image ci-dessous le titre anglais de chaque MàJ et sa traduction du japonais. Ainsi on avait « Dreams of Ice » en anglais, mais « Frozen Fantasy » en japonais.
La conception d’un titre commence par une visite de Naoki Yoshida à l’équipe de localisation. Il explique dans les grandes lignes le contenu de la mise à jour, parfois exprime la volonté de voir tel ou tel mot dans le titre. Par exemple pour « Defenders of Eorzea », il avait insisté sur l’utilisation de « defenders ». Pareil pour « Revenge of the Horde » et le mot « revenge ».

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore29
Ils essaient aussi de trouver un titre qui soit aussi compréhensible pour ceux ne parlant pas anglais, qu’on ressente un peu ce qui se cache derrière ces mots. Celui de Soul Surrender était d’abord (en espérant que je comprenne bien : D) « Heir in errant » (l’hériter errant). Rappelons que celui en japonais signifie « ceux qui ont hérité de l’Âme ». Mails l’équipe de localisation avait peur que cette expression soit mal comprise, Heir (héritier) pouvant ressembler à « hair » (cheveux). Ils ont alors opté pour Soul Surrender, des mots qui rappellent des titres de jeu, de film.

On revient au nom de la première extension : Heavensward. Ils cherchaient un nom correspondant au monde du jeu, qui avait un impact. Ils ont commencé leur réflexion à partir du mot « Heaven », un S fut ajouté, car il y a plusieurs paradis pour Eorzéa. Mais les gens ont pensé à « sward » (pelouse) ou à une faute qui aurait pu être « sword » (épée). La confusion était là et l’équipe de localisation ne voulait pas reproduire ce petit problème.

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore30

LOLWUT?

Il fallait trouver un mot avec un fort impact. Plusieurs suggestions ont été faites. Évidemment, Koji fait vivre comme depuis le début son récit et n’hésite pas à donner une forte intonation aux mots comme pour Revolution, ou Deliverance donc il fredonne ensuite quelques notes : « Imaginez Susan Calloway chanter ça, houmpf ». Mais tous ces mots ne fonctionnaient pas pour un titre, on les avait déjà entendus dans d’autres jeux ou film.

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore31

DELIVERANCE, DELIVERAAAANCE

Retour à la case départ pour l’équipe de localisation. Elle repense au titre japonais et au mot « Crimson ». Elle décide de partir sur « Red » et imagine différents titres.

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore32

Red... Is Dead ?

Mais d’un point de vue légal, c’était l’enfer avec ce mot red, qu’on retrouve partout. Cette idée est rayée aussi !
Autre angle d’approche : en utilisant davantage de mots, on a plus de chance que ça soit accepté. Une nouvelle vague de titres voit le jour : "Blood Liberty", "The Crimson Uprising", "Revolution Dawn".
Cette fois, cette longueur faisait davantage penser à un titre d’une mise à jour importante qu’à une extension pour les équipes de développement. Les graphistes quant à eux, ne voyaient pas non plus cette longueur d’un bon œil. Et pour Bayone ce n’était pas facile de caser un tel titre dans un tweet qui ne peut contenir que 140 caractères ! Le CM remercie d’ailleurs Koji pour le long « Letter from the producer live », à chaque fois qu’il écrit ça...

Revenons-en à Heavensward. Retour à au thème « un mot pour un titre d’extension », mais un mot que jamais personne n’a utilisé avant ! Cette fois l’équipe puise son inspiration dans un dictionnaire d’Oxford du XVIe siècle, afin de trouver un mot que personne ne connait. « The Rebellant » est la première suggestion, mais comme le souligne Bayhone, on doit utiliser Google pour le comprendre ! (J’ai testé, je suis tombée sur ça et en cherchant mieux sur ça. Un petit ctrl+F Rebellant sur la page pour trouver/minuteculture). Bref, Rebellant ça ne va pas.
Dernière idée : un mot composé et TADAAA, Stormblood naquit. Que d’émotion.

Koji rappelle que même s’il adore parler du lore, ce n’est pas lui le maître du domaine. Le « Lore Master » c’est Banri Oda, mais il ne pouvait venir au FanFest, travaillant sur l’histoire de la 4.0. Les 20 dernières minutes de la conférence seront d’ailleurs dédiées à lui puisque Koji lui a soumis une liste de questions auquel le Lore Master devait répondre. Petite « bio » avant :

  • Possède une bibliothèque à la maison contenant 100 000 livres, tous bannis par le Vatican.
  • Il a au moins 3000 ans.
  • Il marche de et jusqu’à son travail, chaque jour, dans une couche de près d’un mètre de neige jaune. Et en plus la pente est raide, que ce soit à l’allée ou au retour.
  • Il se tient derrière toi à cet instant précis ! 

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore33

C’est parti pour les questions-réponses ! Attention aux spoilers si vous n’êtes pas à jour dans l’épopée !

  • Je viens de combattre les Guerriers des Ténèbres, et je croyais que c’était le Guerrier de la Lumière et sa troupe qu’on voit dans les trailers.
    Leur mage noir parle et ce n’était pas une voix de femme.
    Bayhone ponctue cette question d’un « RÉPONDS À ÇA ! »

L’explication est très simple : on pense forcément que, s’il y a des similarités entre la partie du jeu sur les Guerriers des Ténèbres et le trailer, c’est que c’est la même chose. Mais non, ce n’est pas le cas. Ce mage noir ce n’est pas le « Magus », ce n’est pas la même personne. Ce n’est pas le même groupe, car ils viennent d’un autre monde qui évolue en parallèle du nôtre.

 

  • Certains Aventuriers des Ténèbres ont des jobs auxquels nous n’avons pas accès : Ranger à la place de Bard, Magus à la place de Black Mage, Knight au lieu de Paladin, Devote au lieu de White Mage. Comment ont-ils débloqué ces jobs ?

On en revient à l’explication précédente : différent monde et donc différentes évolutions, langages, concepts. Magus, Knight et Devote sont à l’origine issus de Final Fantasy III.

 

  • Pourquoi Garuda ressemble-t-elle à un humain, avec un corps et visage humain plutôt qu’à un Ixal ? 
    A-t-elle été imaginé par un allagois qui, a ce moment, a eu un rôle à jouer dans la création de l’Iksalion ? 

Vous trouverez cette réponse, ainsi que tant d’autres dans le Lore Book ! Achetez le Lore Book !

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore34

Achetez mon beau Lore Book !

  • J’ai entendu que vous lisiez un nombre considérable de livres, c’est une part entière de votre travail.
    Pourriez-vous citer trois autres travaux qui vous ont inspirés lors de la création du monde de Final Fantasy XIV ?

La réponse de Oda est conséquente :

Quand il est question d’un nom, j’utilise bon nombre de dictionnaires et d’encyclopédies qui se concentrent sur l’histoire, l’anthropologie, la biologie, la mode, les armes, les langues, etc. Si je ne devais en retenir qu’un, ça serait Giants, Monsters and Dragons, une encyclopédie sur le folklore et les mythes. (ndlr : que je vous ai trouvé ici, pour ceux que ça intéresse) Je l’utilise pratiquement à chaque patch, depuis que j’ai rejoint l’équipe originale de Final Fantasy XIV. Cette encyclopédie a conçu un bestiaire avec différentes catégories, comme les géants, les monstres ayant un lien avec la lune... Ça m’aide vraiment beaucoup à trouver des noms.
J’aime aussi beaucoup la science-fiction et je passe beaucoup de mon temps libre à en lire. Ça m’aide aussi à construire le monde de Final Fantasy. Mon œuvre préférée reste la saga Le Cycle d’Ender, (ndlr : votre rédactrice dévouée a aussi cherché ça.) en particulier le second livre, La Voie des Morts, quand il s’agit de créer du lore et des quêtes.
Enfin, je ne travaillerais pas sur un Final Fantasy si je n’aimais pas la Fantasy ! Je pense particulièrement à A Song of Ice and Fire. Toutefois mon œuvre préférée de fantasy est japonaise ! C’est un livre de Tomoko Inouichi (ndlr : l’orthographe du nom n’est peut-être pas la bonne) dont le titre pourrait se traduire par « Describe  of Sorcery » (ndlr encore : j’ai un doute, ici, Koji pourrait très bien dire aussi « The Scribe of Sorcery »...). Ce que j’aime dans ce livre, c’est les différentes descriptions faites de la magie. La magie à partir d’inscriptions, à partir de pierres, la magie tirée des corps ou encore enfermée dans des céramiques. C’est une source d’inspiration quand il doit créer des magies et actions.

 

  • Pendant les cinématiques de la bataille finale contre la fratrie de Nidhogg, il n’y avait pas un seul chevalier dragon présent.
    Pouvez-vous nous expliquer ce que l’Ordre des Chevaliers fichait pendant cette importante et charnière bataille contre Nidhogg ? 

C’est simple, ils sautaient ! ils ont sauté si haut que... En fait la caméra était assez basse donc on ne les voyait pas. Mais passons à la prochaine question !

 

  • Reste-t-il encore beaucoup de la planète Hydaelyn qui ne soit pas explorée et découverte ? Avons-nous encore des continents entiers à découvrir et visiter ?

Dans les dernières années de la 6e ère astrale, on a progressé dans la navigation maritime, mais aussi dans les airs avec les aéronefs. Ceci entraîne une augmentation des explorations.
En cette dernière année, beaucoup de régions montagneuses ont été découvertes, ou plutôt redécouvertes puisque les allagois avaient pratiquement tout exploré et que leur connaissances ont été perdues.
Toutefois, il y a des chances pour que d’autres lieux demeurent inexplorés, comme Azys Lla qui est un continent flottant.
Il y a aussi  le continent de Meracydia qui demeure inconnu du fait de son hostilité, il a peu de documentation à son propos.

 

  • Est-ce que quelqu’un a pris la place de Teledji Adeledji à la tête du Syndicat ?

Habituellement, la personne à la tête du Syndicat est choisie par Nanamo. Mais dernièrement, vous aurez probablement remarqué qu’elle a eu quelques problèmes avec eux... Actuellement elle s’interroge : doit-elle nominer quelqu’un ou simplement dissoudre l’organisation ? Bien sûr le Syndicat de son côté ne veut pas perdre son pouvoir en se faisant démanteler.

 

  • Ao Ra ! Comment ça se passe lorsque leur corne ou queue sont endommagées, enlevées ? Est-ce qu’ils sentent quelque chose à travers elles ? Est-ce que ça repousse ou c’est perdu à jamais ? 
    Et qu’en est-il de leur ouïe ? On suppose que les cornes sont creuses.

Koji Fox a une réponse du Master Lore, il est sûr que ça va intéresser beaucoup de monde, notamment les roleplayers jouant Ao Ra. Koji précise qu’il y a d’ailleurs beaucoup d’informations dans le Lore Book. Tout d’abord, il est difficile de retirer une corne ou la queue. Les cornes poussent en continu jusqu’à ce qu’elles atteignent une certaine taille. Si elles se retrouvent endommagées, elles vont alors repousser lentement jusqu’à leur taille maximale.
Les cornes sont effectivement creuses, elles captent des vibrations et aident les Ao Ra à entendre. Ça ne veut pas dire qu’ils entendent mieux que les autres races, les Lalafels sont d’ailleurs supposés être ceux qui ont la meilleure ouïe, les Ao Ra entendent différemment.

 

  • Dites-nous ce qui est arrivé à Niellefresne !

Il ne nous le dira pas ! Pas parce qu’il ne veut pas, mais parce qu’il y aura Stormblood... Ohhhh, ça tease !

 

  • Dans le Thanalan, il y a deux routes, l’une nommée Royal Allagan Sunway et l’autre Starway.
    Comment ces routes ont-elles été nommées ? Pourquoi ont-elles conservé leur nom sur les cartes modernes ?

Pour la première, c’est facile : la route va d’Est en Ouest comme le soleil. Pour la seconde, c’est aussi simple : elle va du sud au nord, comme les étoiles pendant la nuit.
Quant au fait que leur nom soit toujours présent bien que la civilisation allagoise soit éteinte suite au cataclysme... Revenons après le cataclysme, où les survivants pensaient que la mort des allagois était due au faut qu’ils n’avaient pas écouté les dieux, qu’ils les avaient défiés avec leur technologie et les avaient mis en colère. Les dieux ont alors déclenché le fléau. Les gens restants ont détruit tous les vestiges de la technologie allagoise pensant que si d’autres s’en rappelaient, ils oublieraient à nouveau les dieux et pourraient déclencher un nouveau cataclysme. Il y a eu un mouvement très anti-technologie après le fléau. Le peu de technologie allagoise qui a survécu, fut celle inaccessible, car dans les cieux.
Mais alors, comment ces routes ont-elles conservé leur nom ? Tout simplement parce que les routes étaient très importantes, pour voyager, pour le commerce. Le peuple avait beau avoir détruit toute technologie allagoise, il avait quand même conservé ses routes, parce que, diantre ! Que c’est pratique une route ! C’est ainsi qu’elles existent depuis des centaines d’années, témoignant de la puissance de la civilisation allagoise et de ses prouesses technologiques.

 

  • Il y a un certain nombre de tableaux, de portraits et de paysages disponibles pour les quartiers résidentiels, mais lorsqu’on observe leur description, on y lit « artiste inconnu ».
    Pouvez-vous faire la lumière sur ceux qui ont travaillé sur ces œuvres ? Peut-être pourrions-nous avoir des quêtes sur ces artistes Eorzéens, reclus et anonymes ? 

C’est une excellente idée, Koji ne va pas en parler ici, mais ça ferait clairement une bonne série de quête et l’équipe d’Oda va y réfléchir.

 

  • Maintenant qu’on sait que la cybernétique existe, est-ce que les gobelins vont créer un bras pour Raubahn ou c’est seulement un truc d’Illumati ? 

Oda est complètement pour cette idée, et l’amènerait même plus loin : créer un bras avec une arme à feu au bout, comme Barret de FFVII. Koji Fox quant à lui, préférerait une bonne vieille main à la Jamie Lannister. Il demande l’avis du public qui s’exclame « Barret ! »

 

  • Et la plus importante des questions : vous préférez les chiots ou les chatons ?

C’est la question qui a demandé le plus de réflexion à Oda. S’il devait vraiment en choisir un, ça serait les chatons. La foule exulte ! Mais à la maison il a un chien et un chat, des poissons, un hamster... Il aime les animaux.

ffxiv-fanfest-lasvegas2016-lore35

Il reste encore une bonne centaine de questions à poser à Oda, mais il ne pouvait répondre à tout, ayant beaucoup de travail avec Stormblood. Koji Fox va faire le tri et lui en envoyer. Ainsi quand Oda aura le temps, il pourra y répondre et Koji postera ces réponses surement sur les forums de The Lodestone.

C’est sur cette précision que s’achève la conférence et ce compte-rendu. J’ai taché de vous faire vivre cette conférence comme si vous y étiez, en étant aussi précise que possible. J’espère que vous ça vous aura plu !


Jeux du moment

>> Liste complète <<