Publicité

Memoria – Aperçu

Memoria est un point-and-click développé par Daedalic, la suite des Chaines de Satinav. Il est possible de faire Memoria sans avoir joué aux Chaines de Satinav mais ne l'ayant moi même pas fait, j'ai eu l'impression de passer à côté de pas mal de choses. Donc si vous en avez l'occasion commencez par le premier.

A mon sens, le point-and-click est un parti pris d'un point de vue narratif. Le style de jeu en devient basique, ne demandant aucune compétence particulière au contraire des FPS qui demandent de bons réflexes et un temps de réaction conséquent. Le point-and-click se base avant tout sur son scénario et sur la façon dont il est amené. Et là, on se heurte à ce qui pourrait être un problème majeur : le jeu et ses sous-titres sont entièrement en anglais. Personnellement, je pense qu'en faisant un petit effort le jeu est abordable mais il faut avouer que ça freine un peu l'immersion.

Je me suis fais la même réflexion en commençant

Je me suis fais la même réflexion en commençant

Memoria possède une qualité graphique prodigieuse. Les décors enchanteurs vous transporteront aisément dans l'ambiance que le jeu construit. Les déplacements sont assez rigides mais ce n'est pas un frein car vous passerez le plus clair de votre temps à trouver des solutions aux énigmes et à écouter les personnages narrer l'histoire.

Vous avez la possibilité de faire apparaitre les éléments avec lesquels interagir.

Vous avez la possibilité de faire apparaître les éléments avec lesquels interagir.

Le jeu a la bonne idée d'alterner deux histoires dans deux époques différentes avec deux héros, Sadja, princesse du Sud et Geron, oiseleur. Cela permet d'avoir une narration fluide pour chacune des deux histoires. En alternant, cela relance l'intrigue à chaque fois pour notre plus grand bonheur.

Comme tout point-and-click qui se respecte, Memoria vous amènera à faire travailler vos méninges. Les énigmes étant la clef de voûte de tous les jeux du genre, Memoria n'y échappe pas. Il faut avouer qu'elles sont bien construites même si en de rares cas, la chance et le hasard seront des alliés plus fiables que la logique. Je tiens bien à préciser que c'est très rare !

Un succès se cache ici. Tout dépendra de votre réponse.

Un succès se cache ici. Tout dépendra de votre réponse.

Le héros possède la capacité de détruire ou de réparer certains objets grâce à la magie. Et nous allons être amenés à utiliser nos talents très tôt.

Histoire de vous donner un bref aperçu du jeu, le premier personnage non-joueur nous demande de l'aider à faire tenir debout une maquette. Nous ne pouvons pas utiliser notre magie directement, il convient donc de trouver autre chose. Il nous faut en fait ouvrir le coffre derrière nous, prendre la bouteille et la briser avec la magie. Ensuite, il faut placer les débris de verre autour de la maquette et la reconstituer de nouveau par magie. La maquette se trouve donc dans la bouteille et tient en place grâce aux parois !

En résumé, Memoria se révèle être un excellent point-and-click. Il a tout pour plaire et la barrière de la langue est le seul réel problème.  On peut espérer un patch de sous titres dans un futur proche même si il y'a peu de chance qu'il soit officiel. Malgré ses quelques défauts d'animation et certaines énigmes un peu bateau, l'histoire et l'ambiance graphique vous feront bien vite oublier ses défauts mineurs.

Pour ceux qui voudraient se lancer dans l'aventure, le premier opus (The Dark Eye: Chains of Satinav) est disponible sur Steam pour le prix de 6.79€ mais seulement jusqu'au 28 octobre. Le jeu est en anglais mais il possède néanmoins des sous-titres français.

Quand à Memoria vous pouvez le trouver ici au prix de 19.99€.

Sur ce je vous laisse en compagnie de la bande-annonce du jeu :


Jeux du moment

>> Liste complète <<