Publicité

Dungeons 2 – Incarnez le mal absolu !

Vous en avez marre des jeux où vous incarnez le brillant chevalier en armure venant occire les forces du mal ? Dungeons 2 inverse les rôles et nous place aux commandes du mal, cherchant à détruire le bien ! Sorti en mai sur PlayStation 4 et PC, j'ai eu l'opportunité récemment de tester la version console de ce jeu déjanté entre gestion et stratégie.

Classe, n'est-ce pas ? J'ai débuté ma partie en mode campagne, en sachant qu'il est possible de jouer également en ligne ou, pour ceux que l'histoire n'intéresse pas, en escarmouche. N'ayant jamais joué à ce jeu, et désirant connaître donc les mécanismes, j'ai opté pour la campagne qui sert également de tutoriel.

La première mission se déroule sur la carte de Port-Ir-Réal (ce nom me dit quelque chose...) où le mal doit poser son empreinte. Les gens sont trop heureux. Surtout, il y a des petits poneys aux cheveux roses. Et ça, ce n'est pas possible de laisser faire.

Cette carte est vraiment là pour apprendre les bases. Le narrateur (qui au passage est vraiment plein d'humour, toujours avec une petite réflexion par rapport à la situation, se moquant des développeurs et surtout des clichés des jeux d'aventure) m'explique comment diriger ma créature, le Mal ultime, une grosse abomination avec une hache, à l'aide du curseur transformé pour l'occasion en grosse main démoniaque ! Je me promène sur la carte, détruisant les constructions humaines pour répandre le fiel maléfique ! C'est visuellement bien foutu car l'apparence change au fur et à mesure de ma progression, les verdoyantes contrées devenant tristement lugubres.

Dans les profondeurs de la terre, il est ensuite temps de construire mon antre. Pour cela, il faut déjà tout d'abord libérer de la place en détruisant le remblai. Je peux ainsi modeler les profondeurs à mon envie, faire de grands espaces vides, de petites chambres, d'énormes pièces... Le mal n'a aucune limite. A gauche, j'ai ainsi créé une salle au trésor tandis qu'à droite je suis en train d'agrandir mon terrain pour faire une nouvelle pièce. Vous pouvez voir qu'au milieu de la salle au trésor (tout comme tout en haut à droite) des éléments sont restés intacts : c'est un filon d'or que mes morveux vont pouvoir exploiter.

 

Une fois la place libérée, il faut allouer les carrés désirés à une fonction. Puis, sur ces carrés, je peux ajouter des éléments : des lits, des ateliers, des alambiques. Il est important donc d'avoir des pièces suffisamment grandes pour y poser les éléments requis (et plus on met d'élément, plus la productivité sera grande). Heureusement, pour les apprentis méchants, il est possible à tout moment d'agrandir une pièce (et même de la rétrécir car les remblais peuvent être reposés).

Je ne peux avoir qu'un nombre limité de créatures, tout type confondu (une quinzaine en général). Dès la troisième mission, j'ai déjà des orcs (les combattants), des gobelins (les ingénieurs) et des morveux (les travailleurs). Bien sûr, comme il faut un peu de tout, cela devient rapidement difficile de rester dans la limite. En fonction des besoins du moment, il ne faut pas hésiter à sacrifier des unités en les jetant dans la fosse de la salle du trône. Nous sommes les vilains en même temps ! Pas de pitié !

Le tutoriel est vraiment bien fait, la seule chose qui m'a bloqué lors de ce premier niveau concerne les commandes. Peu habituée à jouer à ce type de jeu sur console, j'ai désespérément envie d'une souris pour pouvoir cliquer sur mes unités. Pourtant, l'interface est bien faite, les raccourcis plutôt bien pensés... En fait, ça vient dès la seconde, voire la troisième pour les moins habilités aux consoles.

Je réussis malgré l'adversité à diriger mes troupes qui sortent victorieuses face aux idiots de nains cupides et de chevaliers valeureux. Les missions continuent et s'enchaînent. J'apprends comment sortir de mon antre pour attaquer l'extérieur, gérer mes troupes à plusieurs endroits et utiliser les compétences spéciales de mes unités. Ainsi, une missions me propose d'utiliser un gobelin assassin qui a la faculté  d'être invisible et de débloquer les portes. Très pratique pour aller en exploration dans un donjon ennemi imprenable par l'accès principal trop bien gardé (le narrateur se fera une joie de me traiter d'idiote si je persiste à tenter de passer par l'avant malgré les conseils et le gobelin furtif) !

De nouvelles pièces viennent agrémenter mon antre. Alors que je n'avais au début que la salle au trésor (pour stocker mon or) et la brasserie (car les méchants, ça boit), je peux désormais avoir un hôpital (pour soigner mes unités tombées au combat), une salle des tortures, ou encore une antre de la besogne où des gobelins fous peuvent apprendre à faire des pièges, améliorer des pièces ou encore faire des recherches. Le nombre d'unités reste par contre bloqué à 15, ce qui limite pas mal, cette limite pouvant être augmentée grâce à une école de magie (qui voit l'arrivée des sorcières).

Les pièges sont notamment très utiles pour assurer une surveillance passive de l'antre quand notre vilainie s'abat ailleurs. Les héros du bien sont trop idiots pour comprendre qu'un trésor peut être piégé ! "Mouhahaha"

Le narrateur, j'en ai déjà parlé, mais je ne peux que revenir dessus avec quelques exemples croustillants dont vous pouvez trouver l'intervention sous-titrée dans la partie supérieure des deux captures d'écran ci-dessous :

Même si j'avoue que j'aurais parfois préféré jouer sur mon PC, les commandes viennent finalement assez vite et se révèlent faciles à prendre en main après une ou deux missions de campagne. En plus, cette version possède du contenu exclusif : Pixieville”, "Morningwood”, "A Chance of Dragons”, "A Song of Sand and Fire” et "A Clash of Pumpkins”, apportant 11 cartes, une multitude de nouveaux ennemis et 30 heures additionnelles de jeu. Comme si cela ne suffisait déjà pas avec la campagne solo, ses 2 deux factions jouables, ses 26 créatures uniques et les différents modes de jeu comme les quatre modes compétitifs avec jusqu'à quatre joueurs. Bon, je présume que vous l'aurez remarqué, mais les DLC ne sont pas sans rappeler une certaine série (ou livres !). Des références au Seigneur des Anneaux et à Warcraft sont également nombreuses.

Difficile de ne pas aimer ce jeu. Les graphismes sont agréables, les commentaires truculents, les missions bien menées, l'interface pensée pour une utilisation à la manette. Le seul bémol pourrait venir du rythme : l'or vient vite à manquer, obligeant parfois bêtement à attendre que les caisses se renflouent sans grand chose à faire que d'observer les morveux courir partout (et impossible d'investir dans 50 morveux comme il y a toujours cette limite de 15). Du coup, la phase gestion/construction du donjon en devient inutilement trop longue.
Si vous aimez la stratégie et l'action, et que vous avez raté Dungeons 2 lors de sa sortie en mai, alors rattrapez-vous ! Vous pouvez le trouver sur Amazon vraiment pas cher dans sa version PC (13,11€ à l'heure où je regarde), mais également sur Steam ou le site officiel de l'éditeur, Kalypso (14,99€). Sur PS4, il est un peu plus cher, autour des 39,99€ (sur Amazon).


Jeux du moment

>> Liste complète <<