Publicité

FFXIV – La fête des demoiselles

La fête des demoiselles approche à grand pas et cette année, la guilde des orfèvres organise un concours de poupées.

Venez nous montrer vos talents

Les préparatifs sont en cours dans tout Eorzéa pour célébrer pendant deux semaines cet événement en l'honneur de la princesse Edvya. Tout les artisans se précipitent actuellement dans les différentes cités pour fabriquer la plus belle poupée possible et connaitre richesse et célébrité.

FF-Fetepoupee

La plus belle des poupées

Le printemps est de retour en Éorzéa et Nophica, dans son immense bonté, a jugé bon de lui faire don de nombreux et inestimables pêchers. Les cités-États, en ce moment même parées d'un magnifique voile fuchsia, ont vu affluer en masse des jeunes filles d'une beauté époustouflante dont le comportement convivial ne peut signifier qu'une chose : la fête des demoiselles, ce jour béni où les jeunes filles des quatre coins d'Éorzéa sont traitées comme des princesses, approche.

Comme toujours, l'Œil de mithril cherche à en savoir plus sur les coulisses de ce festival, et notamment sur les services offerts par la guilde des orfèvres. La queue aux portes des Joyaux d'Eshtaime s'étend jusqu'à l'allée de rubis alors qu'ils n'ont pourtant aucun accessoire particulier en vente. Quelle mouche a bien pu piquer toutes ces personnes ?
La réponse est simple, mes chers lecteurs : cette année, pour la fête des demoiselles, qui a été créée en l'honneur de la princesse Edvya, la crème des artisans d'Éorzéa a été mise à profit pour concevoir de délicates poupées à l'effigie de la princesse.
Celles-ci seront donc vêtues de parures plus magnifiques les unes que les autres, et ce sont les jeunes femmes joyeuses de chaque cité-État qui éliront leur poupée préférée parmi toutes les figurines. Le meilleur artisan pourrait bien connaître la richesse et la célébrité vu l'intérêt suscité par le concours. Voilà la raison pour laquelle la guilde attire autant d'artistes désireux de faire de leur poupée la plus esthétique des créations. Pour répondre à la demande, les orfèvres des Joyaux d'Eshtaime travaillent d'arrache-pied afin de fournir à leurs clients perles et tapisseries en tous genres. Mais à peine les ont-ils terminées qu'elles sont déjà vendues.

Les étals de l'allée de rubis sont remplis de ces marchandises, mais j'imagine que cela ne va pas effrayer les aventuriers ; ces braves gens ne reculent devant rien pour dénicher un trésor. La fête de cette année offre une myriade de possibilités et, avec un peu de chance, peut-être que votre poupée sera élue la plus belle de toutes.

Havak Alvak

 

Et pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous invite à lire les origines de la fête des demoiselles, ci-dessous :

La disparition de la princesse Edvya

Il y a trois siècles, Ul'dah était dirigée par un sultan à la poigne de fer : Baldric Thorne, un homme craint dans toute la région pour ses accès de colère soudains et sa rapidité à faire justice. Les Douze jugèrent bon de donner au sultan une fille unique, Edvya, qu'il aimait bien plus que le soleil et la lune. Et c'est cet amour inconditionnel qui poussa Baldric à s'assurer que rien ni personne ne pourrait faire du mal à sa fille adorée. Il lui interdit donc de quitter le palais royal et la plaça même sous la surveillance d'un cortège de plus de cinquante servantes et sénéchaux.

Mais l'envie de découvrir le monde était si forte, qu'un jour, la princesse demanda à la fille d'un meunier, venue au palais avec sa mère livrer de la farine aux cuisines, de lui prêter ses vêtements. Sans sa tiare et sa somptueuse robe, échapper à la vigilance des gardes n'était plus qu'une formalité. Cependant, le sultan ne mit pas longtemps à comprendre que quelque chose ne tournait pas rond et, découvrant que sa fille avait disparu, sombra dans une rage profonde. Il lanca toute l'armée du sultanat à la recherche de la princesse. Pensant qu'Edvya avait été enlevée par la famille du meunier, le sultan fit mettre à sac leur demeure. Il les fit ensuite arrêter, torturer, et jeter aux oubliettes.

Heureusement, la princesse ne s'était pas aventurée bien loin et fut rapidement retrouvée par les hommes de son père dans un marché, tout près d'Ul'dah. Une fois en sécurité dans l'enceinte du palais, Edvya raconta toute l'histoire à son père, lui expliquant que c'est elle qui avait forcé la jeune fille à l'aider et le suppliant de se montrer clément avec sa famille. Réalisant que ses prisonniers étaient innocents, il les fit libérer et convoquer. Non seulement il leur présenta ses plus plates excuses, mais il demanda également aux architectes royaux de leur fabriquer une nouvelle maison. Enfin, contre toute attente, Baldric proposa à la fille du meunier d'être son sénéchal pour un jour car, pour lui, toutes les jeunes filles du sultanat, nobles ou non, devaient recevoir le respect qui leur était dû.

Il ne fallut pas longtemps pour que cette démonstration d'humilité se répande dans tout Ul'dah. Les habitants apprécièrent le geste de leur souverain et commencèrent à le voir autrement que comme un despote au cœur de pierre. Le sultan décida même de consacrer une journée par an à l'élection d'une jeune fille ordinaire pour laquelle il jouerait les sénéchaux, comme il l'avait fait avec la fille du meunier.

 

Pour participer à cet événement, vous devez vous adresser aux sénéchaux royaux dans les trois cités :

Et voici un petit aperçu des récompenses récupérable.

Vivement la semaine prochaine !


Jeux du moment

>> Liste complète <<