Supernatural – 12 saisons fantastiques

Durant les vacances de Noël, j'ai à chaque fois deux semaines où il ne se passe pas grand chose. Aucune sortie. Aucune annonce. Du coup, pas vraiment grand chose à faire, que ce soit au travail ou sur Game-Guide. En plus, durant ces vacances, mon fils était chez mes parents. Du coup, j'en profite toujours pour m'immerger dans un monde virtuel, l'occasion de fuir un peu la réalité et le blues de fin d'année qui vient invariablement. En 2015, il y avait eu le RPG de Telltale, Game of Thrones. J'y avais passé pratiquement toutes mes vacances à faire, et à refaire, les épisodes pour voir toutes les variations et essayer de sauver le maximum de personnages ! En 2014, il y avait eu Chuck, le nerd qui se retrouve avec dans sa tête les bases de données combinées de la CIA et de la NSA, faisant de lui un super-espion...en tout cas sur le papier.

Cette année, je me suis plongée dans le monde de Supernatural. Un peu par hasard, il faut bien l'avouer. Nous cherchions sur Netflix un truc et le programme nous a proposé cette série. Clamoune l'a lancée... et puis pouf. Je me suis retrouvée en compagnie des Winchester. Et leurs 12 saisons ! Au moins, nous avons choisi de quoi nous occuper pour un moment.

Supernatural, créé par Eric Kripke, raconte les histoires de deux frères, Sam (Jared Padalecki) et Dean (Jensen Ackles). Ils sont dans le business des Hunters, les chasseurs de créatures surnaturelles. Leur père, John (Jeffrey Dean Morgan), était un chasseur, engagé dans une quête sans fin de vengeance à la recherche du démon aux yeux jaunes qui a tué leur mère alors que Sam avait 6 mois. Ils ont été élevés par cet homme dur, craint et respecté dans ce milieu où vampires, loup-garous et fantômes existent.

Au début de la série, John a disparu et Dean est inquiet. Il vient chercher l'aide de son frère qui a décroché depuis une bonne année pour faire des études et tenter de vivre une vie normale. Sam le suit à contrecœur, il ne veut pas rempiler, il a fui ce monde de violence et de voyages constants qu'il endure depuis sa naissance (Sam a environ 20 ans au début). Mais lorsqu'il revient, sa petite-amie est morte, tuée par le même démon aux yeux jaunes qui a tué leur mère, Mary (Samantha Smith). Il décide donc de reprendre la route avec son frère pour traquer ce démon et retrouver son père. Espérant toujours pouvoir raccrocher après ça... Enfin, douze saisons plus tard (soit en gros douze ans), ils sont toujours sur les routes.

D'épisodes en épisodes, nous suivons les boys, traversant les Etats-Unis au volant de Baby, la voiture de John, désormais à Dean, une Impala de 1967 qu'il adore bricoler et surprotège (devenant pratiquement le troisième personnage du show). Dans leur coffre, des sacs à sortilège, des épées, des couteaux, des pistolets, des canons sciés, du sel... Ils vont là où ils trouvent des affaires, se faisant passer pour des agents du FBI dès que des meurtres étranges sont recensés. Ils s'installent dans un motel, enquêtent, interrogent les locaux, piratent les bases de données, cherchent des informations sur les monstres, puis les tuent (non sans prendre de nombreux coups au passage) avant de repartir vers ailleurs.

Ils font un boulot ingrat, dangereux, les monstres sont souvent bien plus forts qu'eux et ils frôlent la catastrophe un nombre incalculable de fois (à croire que leur technique de chasse est souvent on fonce dans le tas, on se fait attraper, on se libère, on tue le monstre). Ils vont en Enfer, au Paradis, au Purgatoire. Ils meurent, perdent leur âme, font des pactes avec des démons, se battent contre des anges et combattent l'Apocalypse et les Léviathans. Ils tuent des dieux, des cavaliers, des fantômes, des fées, échangent un repas avec la Mort, et se lient d'amitié avec une faucheuse. Ils deviennent vampire, sans âme, chevalier de l'enfer... ils meurent, et s'en sortent, encore et toujours !

Malgré les épreuves qu'ils traversent, les connaissances qu'ils collectent, les artefacts qu'ils trouvent, les Winchester restent des hommes. Avec leurs faiblesses. Ils ont des souvenirs honteux de moment où ils ont craqué et massacré des innocents. De choix qu'ils ont fait, préférant sauver la vie de leur frère impactant l'humanité toute entière. De tous leurs amis, laissés derrière, morts alors qu'eux réussissent encore et encore à duper le destin. Ils sont prêts à tout, à tous les sacrifices, pour s'en sortir car ils sont tout l'un pour l'autre, ils sont une famille, et ils n'envisagent pas une vie où l'un des deux serait mort. Même s'ils boivent plus que de mesure, enchaînent les conquêtes sans lendemain, dorment dans des squats ou des motels minables, fraudent pour avoir de l'argent, sauvent des gens sans aucune reconnaissance, se retrouvent accusés des pires crimes, ils continuent malgré tout à chasser.

Plus les saisons avancent, plus ils se retrouvent embarqués dans des situations d'ampleur mondiale et ils ne peuvent tout simplement plus s'arrêter. Lorsqu'ils essaient de temps à autre (autant Sam que Dean aura environ une année de break à un moment), les problèmes les rattrapent systématiquement.  Ils ne peuvent tout simplement pas ignorer les articles de journaux ou les news sur internet parlant d'un cas étrange qu'ils identifient immédiatement comme une potentielle menace surnaturelle. A partir d'un moment, ils ne le veulent d'ailleurs plus, car c'est dans leur sang, leur héritage, leur malédiction. Et ils sont bons. Ils sauvent les gens, beaucoup de gens, voire le monde dans sa globalité à certains moments. Et même si seule une poignée de personne sait ce qu'ils font, ils sont juste heureux à la fin de la journée de pouvoir quitter la ville, en vie, tous les deux, en sachant que les habitants ne se feront pas bouffés.

Il y a quelques personnages très intéressants qui croisent leurs chemins. John, leur père, même s'il n'est pas longtemps là à l'écran est récurrent dans de très nombreuses discussions, les deux frères suivant ses traces et ayant toujours en leur mémoire de nombreux souvenirs de leur père qu'ils livrent peu à peu. Bobby Singer (Jim Beaver) est une sorte d'oncle, qui remplace pour les garçons la figure paternelle. Hélène et Jo sont deux chasseuses qu'ils rejoignent régulièrement dans un bar de chasseurs que tient Hélène. Chuck, l'auteur, le prophète. Kevin, un autre prophète... Mais il y en a tant d'autres que je ne peux que difficilement vous citer sans vous révéler trop d'éléments sur le développement de l'histoire, je vais juste m'étendre un peu plus sur deux en particulier même s'ils arrivent respectivement saison 4 et 5...

Castiel (Misha Collins), l'ange du Seigneur, est l'un des plus drôles avec ses dialogues croustillants, en total décalage avec le monde qu'il ne comprend pas. Il se lie d'une amitié complexe avec Sam et Dean, et les suivra dans de la plupart de leurs expériences, passant lui-même par bien plus d'épreuves en ces 10 ans qu'il n'a enduré depuis des millénaires. L'acteur est désormais un personnage principal et son personnage prend de plus en plus d'importance au fur et à mesure des années, à se demander comment les frères faisaient sans lui (et nous les spectateurs sans son humour).

Il y a également Crowley (Mark Sheppard), un démon des croisements arrivant saison 5, qui grimpe dans la hiérarchie infernale en Enfer et se rapproche étrangement des frères, leur apportant une aide inattendue (et également pas mal d'inconvénients également, il faut bien l'avouer). Mais lorsque la situation est désespérée, avoir un démon de son côté est un mal pour un bien. Avec Castiel, il apporte un équilibre parfait.

Le show propose des épisodes sur le format classique "monstre de la semaine/intrigue principale", allant même parfois sur certains à ne faire qu'évoquer l'intrigue principale dans quelques dialogues pour se concentrer sur le monstre de la semaine. Je ne dirais pas que sur les douze saisons, il n'y a pas de remplissage. Forcément, on en trouve. Mais les scénaristes essaient constamment se de se renouveler et de prendre inspiration dans les mythes et légendes de notre monde.

Il y a également des épisodes extraordinaires avec des partis pris. Comme Baby entièrement filmé depuis la mythique Impala. Ou encore Monster Movie où ils reprennent les clichés des anciens films d'horreur. Ils s'inspirent de shows populaires pour certains, et les références sont pléthores.

Enfin, mes préférés, les épisodes méta. En fait, dans leur monde, le prophète de Dieu, Chuck, suit les aventures des frères via des rêves. Ignorant qu'il est prophète, et ayant du mal à joindre les deux bouts, il a décidé d'en faire une série de livres qui sont publiés dans une petite maison d'édition. Lorsque Sam et Dean tombent sur leurs livres dans une librairie, ils sont particulièrement agacés et l'auteur n'en revient pas de voir ses héros sonner à sa porte. Les livres n'ont fort heureusement pas remporté un grand succès, mais ils ont malgré tout une petite fanbase. L'occasion pour les scénaristes de remercier les fans de la série télévisée en reprenant certains des courants de la communauté (comme par exemple la théorie que Sam et Dean auraient une relation amoureuse). Cela donne des épisodes totalement décalés, venant adoucir le noir tableau du quotidien de nos héros.

Pour conclure sur ça, je ne peux que citer les Ghostfacers, un groupe de chasseurs de fantôme du dimanche qui sont persuadés de tout savoir, alors qu'ils n'ont jamais vu de vrais fantômes. Sam et Dean vont les croiser de manière récurrente. Et forcément, lorsque de vrais fantômes s'invitent, les professionnels tentent de sauver les amateurs, persuadés que ce sont eux les professionnels. Je vous laisse imaginer ce qui suit !

Car oui, malgré tout, les démons, les monstres, les horreurs qu'ils traversent, l'humour est omniprésent. L'humour noir de Dean. Les débats entre les frères. La naïveté de Castiel. Les frasques de Crowley. Les situations ubuesques dans lesquelles ils se retrouvent. Et cela donne un mélange détonnant d'action et d'horreur. Mais également d'humour et de famille. Car le sens de cette série revient finalement à ce que j'expliquais au début, ces deux frères, cette famille, qui ne se limite pas forcément aux liens du sang, et qui sont prêts à tous pour survivre, et aider leurs prochains.

En note à part, Supernatural, c'est également une fanbase exceptionnelle, qui a permis malgré les années au show de perdurer (franchement, y'a pas beaucoup de série actuellement qui peut se targuer d'avoir duré aussi longtemps). Il a d'ailleurs été renouvelé hier pour la saison 13 (!). Car il y a une sorte de sentiment d'appartenance à la "famille" qui s'étend à tous les fans. Au-delà de l'écran, les acteurs, très impliqués dans la promotion, sont de toutes les conventions (parfois tous les week-ends), avec leurs vraies familles, leurs femmes et leurs enfants, partageant un lien plus fort qu'une simple série. Et cela se communique au quotidien pour les fans suivant leurs Facebook/Twitter/Instagram.

Vous l'aurez compris, j'ai vraiment été embarquée dans cette histoire et j'ai pris un énorme plaisir à suivre les aventures des deux frères pendant 249 épisodes. Si vous cherchez une série pour vous occuper pendant 10 458 minutes, soit 174 heures, vous avez trouvé. Juste, ne vous arrêtez pas trop sur les premiers épisodes, ils datent de 2005 et forcément... bah ça date un peu à tous les niveaux. Rassurez-vous, la série évolue avec son époque et vaut vraiment le coup. Enfin, en tout cas, moi j'ai vraiment adoré et je n'ai qu'un seul espoir désormais : que la série continue au moins jusqu'à son trois-centième épisode comme l'espèrent les acteurs (soit milieu de la saison 14) !

 SUJET : Supernatural
 CATEGORIE : Série
 Auteur
Créatrice de Game-Guide, je suis passionnée par tout ce qui touche à la science-fiction ou la fantasy, que ce soit via les jeux vidéo, les séries, les films, les livres... N'hésitez pas à me contacter pour rejoindre l'équipe ou si vous rencontrez un souci sur le site.

Jeux du moment